Gregoire Barbey

03/03/2012

Maudet, l'homme qui n'était d'aucun lobby, au sein d'un parti lobbyiste !

Pierre Maudet, lors de sa conférence de presse du vendredi 2 mars 2012 relayé sur le site de la Tribune de Genève, a annoncé sa candidature à l'élection partielle pour briguer un siège au Conseil d'État et remplacer ainsi la place laissée vacante suite au départ de Mark Muller.

« Je ne suis l'homme d'aucun lobby » a-t-il assuré. Si tel est le cas, que fait-il des membres de son propre parti, qu'il représentera bien évidemment si ce mandat lui est accordé ?

Je me propose d'énumérer quelques noms parmi les plus connus, cela constitue donc une liste non-exhaustive :

 

  • Jacques Jannerat, député du Parti Libéral-Radical, Directeur de la Chambre du Commerce et de l'Industrie.

  • Nicolas Aune, Secrétaire Général de l'Union Industrielle genevoise, membre du Parti Libéral-Radical.

  • Blaise Matthey, ancien député Libéral, Directeur de la Fédération des Entreprises Romandes.

  • Gabriel Barillier, député du Parti Libéral-Radical, ancien Secrétaire Général de la Fédération des Métiers du Bâtiment.

 

Alors si Monsieur le Maire est persuadé lui-même de n'être l'homme d'aucun lobby, peut-être devrait-il changer de famille politique, ou faire le ménage devant la porte de son parti ?

Accordons-lui tout de même le bénéfice du doute, par éthique plus que par conviction, et voyons ce qu'il dira face à cette réalité.

Pour ma part, je n'ai pas peur d'affirmer que le Parti Libéral-Radical constitue un lobby en lui-même, tant ses relations avec des syndicats patronaux, entreprises immobilières et tant d'autres sont étroites sinon incestueuses.

Il est évident que je ne donnerai pas mon vote à Maudet. Mon pronostic va pour l'élection d'un(e) membre du Parti Socialiste, à moins qu'un autre candidat se déclare. Un Vert Libéral pourrait avoir ses chances, en l'occurrence.

Nous verrons si le Parti Libéral-Radical soutient son jeune poulain la semaine prochaine. Si tel est le cas, espérons qu'il répondra à cette interrogation.

 

Grégoire Barbey

 

417746_321090117938126_100001114228490_855976_31845537_n.jpg

Montage effectué par Marcel Chombier

Commentaires

Un Vert Libéral ne sera jamais élu au Conseil d'Etat dans la configuration politique actuelle^^

Écrit par : Adrien Faure | 03/03/2012

Je parle d'une supposition. Partant du fait qu'apparemment aucun UDC ni PDC ne se portera candidat, je présume qu'un Vert Libéral pourrait briguer le siège, ses chances de réussites sont au moins aussi élevées que la candidature de Stauffer, sinon plus, puisque c'est un parti naissant.

Écrit par : Grégoire Barbey | 04/03/2012

Cher Grégoire, vos jugements politiques demandent à être encore un peu affinés. Le fait d'être copain d'un vert'lib particulièrement remuant ne fait pas de lui un candidat valable au CE. Etre le Vizir Iznogoud de la Commune Libre n'est pas la meilleure manière de devenir Khalife du Canton.
Les partis sont par définition des lobbys, soit des groupements de gens ayant des intérêts communs. Le PS et les Verts, par exemple, se disputent le plaisir d'être le lobby des bobos, des fonctionnaires et des locataires, tandis que les personnels peu qualifiés sont aujourd'hui plutôt représentés par le MCG. Dans votre prochain papier sur le ou la candidat(e) désigné(e) par le PS, il serait intéressant de vous pencher sur cette question: combien de cadres de ce parti ont été nommés ces dernières années, dans l'administration tant municipale que cantonale dirigée par des élus de ce parti ?
Pour en revenir aux lobbys, vous n'ignorez pas que pour qu'un système social puisse fonctionner, pour que des salaires soient versés, pour que l'on ait de quoi manger à acheter dans les magasins, il faut que des gens y travaillent. Avec en gros deux options: soit la société (l'Etat) s'en charge et généralement cela marche assez mal (par qu'il n'y a plus "la motive") soit des entrepreneurs privés s'en chargent. Avec la "motive" de gagner du pognon.
C'est le cas dans notre société. Les entrepreneurs, représentés par les noms que vous citiez, sont donc essentiels au bon fonctionnement de notre société. Après, qu'ils puissent avoir tenance à exagérer, c'est inhérent à leur "motive" et c'est pourquoi il faut des lois, des régulations, des syndicats pour les encadrer et contrer leurs excès potentiels.
Les entendre et leur donner l'occasion de s'exprimer est cependant essentiel. D'ailleurs, même le Parti Commuiste Chinois vient de prendre la décision de faire entrer des entrepreneurs au sein de son comité central, qui est l'organisme qui détient le vrai pouvoir en Chine.
Bref, à Genève, ces entrepreneurs sont plutôt au PLR, quelque fois au PDC et à l'UDC, rarement ailleurs, même s'il y a des exceptions qui confirment la règle. Pierre Maudet n'a aucune honte à être du même parti que ceux qui font tourner le canton. Mais il est sain en revanche qu'il ne soit pas "leur" chose. De ce point de vue, je ne me fais aucun souci. Il saura les écouter, écouter la partie adverse et trancher en son âme et conscience. Parce que c'est dans sa nature et qu'il tient à son image, mais aussi parce que le PLR est un parti nouveau, qui a besoin de consolider sa base sociale.
Les radicaux étaient le parti des PME et des fonctionnaires de droite ou du centre, les classes moyennes en gros, tandis que les libéraux représentaient plutôt les intérêts des patriciens genevois, la Rue des Granges et Vandoeuvres... L'irruption du MCG, ajoutée à la crise, a bouleversé la donne, fragilisant l'Entente. Mais le nouveau parti est complètement à côté de la plaque, promettant monts et merveilles, sans aucun début de solution concrète. Si ce n'est potentiellement d'accentuer le côté "grec" des welsches et de Genève en particulier jusque dans sa variante colonels...
Héritier des deux partis qui ont bâti la Genève moderne, le PLR a compris le message. On ne peut pas réussir à construire le bien des gens uniquement par le haut. Il faut aussi s'occuper de la base. Et c'est bien ce à quoi des gens comme Maudet et Longchamp entendent s'employer. En construisant des logements, en modernisant les infrastructures de transport, en réablissant la sécurité dans les rues, en pensant la région... Aucun des deux n'est effectivement inféodé à un quelconque lobby, je les connais suffisament pour en témoigner. Ils connaissent leurs représentants, certes et les considérent comme des interlocuteurs incontournables, mais ils ne feront la politique d'aucun de ces lobbys, qu'il s'agisse de la construction et de la chambre genevoise immobilière (Aumeunier, vous l'avez oublié dans votre liste, PLR lui-aussi) ou de l'ASLOCA, dont la candidate socialiste serait la représentante...
Pas plus qu'ils ne feront la politique du syndicat des gendarmes ou celle de la défense des petits malfrats. En matière de sécurité, il s'agit d'utiliser toutes les possibilités de la loi, avec sévérité car le laxisme n'a que trop duré, mais dans les limites de la loi. Celle-là même précisément qu'un Stauffer n'a que trop tendance à vouloir contourner, bien qu'elle soit l'expression du législateur, donc du peuple dont il se réclame à corps et à cris.
Le rôle de l'exécutif consiste à trancher entre les désirs des différents lobbys opposés, à aller de l'avant sur une voie médiane, ou parfois plus à gauche, ou plus à droite, mais sur la voie qui parait la plus opportune pour arpenter l'avenir, dans l'intérêt commun.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/03/2012

Je précise, Grégoire, que je n'ai aucune idée de qui sera le candidat désigné par les Verts Lib' le 14, et si même il y aura un candidat, celui-ci n'ayant à mon avis aucune chance et risquant soit
1) de faire un score ridicule
2) d'en faire un moins ridicule, pris essentiellement sur l'électorat de Maudet et dès lors de contribuer à ce que le duel de 2ème tour soit entre Stauffer et la (le) socialiste.
Je me sens assez proche, idéologiquement des Verts lib, pour oser leur recommander de ne pas commettre cette erreur.
J'ai en revanche une petite idée sur l'identité du petit personnage vert semeur de zizanie qui vous a soufflé les noms des lobbiystes du PLR. Cela ne m'étonne pas de lui, c'est bien là manoeuvre politichienne dont il est coutumier. Cela m'étonne davantage de vous, de vous prêter à ce petit jeu indigne...

Écrit par : Philippe Souaille | 04/03/2012

Il manque Édouard Cuendet, secrétaire des Banquiers privés genevois.
Mais je crois lire dans les propos de Grégoire "Le Maire a menti" (marque politique au PLR, voir affaire Muller).
Effectivement on ne peut être élu sans lobbies. Mais il faut avoir le courage de l'admettre. Et je suis persuadé que Carole Anne Kast, Anne Toracinta ou même le Prince de Genève n'auront le même mépris envers la population.

N.B. je suis un lobby, celui des gens d'en-bas, celui qui donne les clés et qu'on ne regarde pas, mais qui voit tout, comme s'il occupait le penthouse.

Écrit par : L'Autre | 04/03/2012

Les banquiers privés sont partout, l'Autre, même chez les Verts, c'est dire. Et combien de princes du socialisme ou même de l'ultra-gauche, dans les communes, sont natifs du meilleur (petit) monde genevois ?

Écrit par : Séraphin Lampion | 04/03/2012

@ps

Croyez-vous que l'absence d'une loi cantonale à caractère pénal qui permette de lutter contre le bonetau en l'érigeant en délit soit le fruit de la volonté populaire ou plutôt de l'incurie de ceux que vous appelez élites ? Moi, je n'ai jamais entend Maudet, juriste, proposer quoique ce soit d'efficace !

Maudet a un petit défaut : il n'a jamais travaillé. Ou alors genre stage de quelques semaines. C'est un politicien professionnel depuis l'adolescence. Froid, lissé et calculateur. Et je le reconnais, il calcule bien. Mais la vraie vie, celle des défavorisés, il ne la connaît pas. Stauffer oui, il la connaît.

Quand au PLR c'est le parti néolibéral des riches qui veulent prendre aux pauvres pour donner au riches. Le calomniateur Weiss, celui qui a au moins traité 7 fois Stauffer de voleur, estime que le pauvres de Genève sont trop riches. Et vous aussi.

Écrit par : CEDH | 04/03/2012

@SL. Le banquier Rouge est connu, mais est celui des Verts ?
Les Princes sont tous issus d'un lignage connu...mais pas de tous, je commance; Sommaruga de la Croix Rouge, Toracinta de la RTS, Tornare des Cottier/Bernacsoni.
Je vous laisse le soin de continuer...

Écrit par : L'Autre | 04/03/2012

CEDH : Excellent!

Est indigne pour M. Souaille tout ce qui ne va pas dans son sens ultra-libéraliste et élitiste. Que de chemin parcouru depuis son passé trotzkyste. C'est ce qui s'appelle brûler ce qu'on a adoré. Quoique l'autoritarisme soit une caractéristique commune aux deux idéologies.

Écrit par : Johann | 04/03/2012

Je ne sais pas ce qui arrive à Souaille, mais il file un mauvais coton depuis quelques temps. A lire ces interventions, on dirait qu'il est engagé dans un concours d'âneries sentencieuses avec Pierre Kunz. Je sais qu'il a toujours tiré son fonds de commerce du même blabla fumeux sur les classes moyennes, l'entrepreneuriat, le gouvernement au centre, etc., mais d'habitude, il essayait de donner un peu de relief à sa rhétorique. C'est comme s'il suffisait d'évoquer le MCG pour qu'il perde les pédales...

Écrit par : Plouf | 04/03/2012

Philippe Souaille, je trouve vos allégations désolantes, parce que j'ai obtenu ces données autrement que par l'intermédiaire d'un quelconque Vert Libéral.
Mais si vous aimez calomnier, grand bien vous en fasse.

Écrit par : Grégoire Barbey | 04/03/2012

@ GB

Les propos de Souaille, aussi désagréables qu'ils puissent être pour vous, ne sont nullement de la calomnie. Souaille n'a pas mis en cause le fait que vous étiez un honnête homme. Tout le contraire du député PLR Weiss, qui n'a pas l'habitude de se mouiller, et qui aime à traiter Stauffer de voleur, au point qu'au sommet de son extase récente, il lui a jeté à la face par 7 fois, au moins, le vocable voleur. Allez donc compter sur le site officiel les éructations de Weiss. Vous serez surpris du calme de Stauffer.

Écrit par : CEDH | 04/03/2012

Dont acte, Grégoire, si vous le dites.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/03/2012

CEDH, je me souviens que vous m'aviez reproché d'utiliser des sous-traitants, pour la production de mes films, plutôt que des employés, bien qu'il s'agisse de contrats d'entreprise en bonne et due forme, avec des gens étant officiellement au bénéfice du statut d'indépendant, payant les charges correspondantes, facturant leurs prestations, etc... malgré cela, vous trouviez cela déplorable, pour des motifs d'ordre disons syndicaux.
Je trouve curieux qu'en ce qui concerne le MCG, vous sembliez d'avis contraire: les 50'000 Francs versés par la Constituante devaient expressément servir à payer un collaborateur salarié, dûment déclaré. La fonction d'Indépendant assistant parlementaire n'existe pas par définition, puisqu'il faut au moins trois clients pour pour prétendre au statut d'Indépendant et que l'on voit mal un tel assistant servir trois partis différents !
Malgré cela, le MCG, sous la houlette de son Président omniscient Eric Stauffer, qui n'est plus à un à-peu-près près avec la loi et les règles de bienséance, a cru bon d'encaisser le pactole et de le dépenser. Comment ? Il semble que dans un premier temps, M. Stauffer ait argué en avoir été le bénéficiaire, en échange des menus travaux effectués pour le groupe MCG à la Constituante. Mais sans pouvoir produire les fiches de salaire, et récépissés de charge sociale qui aurait pu le prouver. A première vue, un observateur pourrait en conclure qu'il s'agit de travail au noir, ce que perso, je me garderais bien de faire...
Dans tous les cas le MCG avait-il le droit de conserver cet argent sans pouvoir prouver qu'il l'avait bien dépensé de la manière prévue? Non. Avait-il raison de le garder ? Non. Le tribunal administratif a tranché. Comment appeler le fait de tenter de conserver de l'argent public indûment acquis ?
Un détournement ? Du vol ? Je ne me prononcerai pas. Mais je trouve étonnant que le MCG se permette de crier au scandale et à l'escroquerie pour des rémunérations, certes élevées, mais parfaitement légales (par exemple dans l'affaire des SI), mais semble considérer comme anodine le fait de chercher à s'attribuer des revenus de manière parfaitement illégale...

Écrit par : Philippe Souaille | 04/03/2012

@ Philippe Souaille
Cher Monsieur, je vous cite ci-dessous et vous pose la question suivante:
Avez-vous de manière factuelle recensé les travaux de ces deux Messieurs dans les domaines que vous mentionnez dans votre texte ?
Si tel est le cas, je serais heureux du complément que vous allez nous mettre à disposition afin de nous convaincre !

Il faut aussi s'occuper de la base. Et c'est bien ce à quoi des gens comme Maudet et Longchamp entendent s'employer. En construisant des logements, en modernisant les infrastructures de transport, en réablissant la sécurité dans les rues, en pensant la région

Écrit par : tempestlulu | 04/03/2012

D'emblée, il y a lieu de relever que la Chambre administrative de la Cour de justice, qui a prononcé l'arrêt auquel vous et votre ami Weiss faites référence, n'a pas transmis la procédure au Procureur général. Ce qu'elle n'aurait pas manqué de faire (elle en a l'obligation) si avaient existé des indices de commission d'une infraction par Stauffer ou d'autres.

Ce qui précède démontre très clairement que vos insinuations -et les éructations de votre amis Weiss au Grand Conseil- ne sont que calomnies et me dispense de vous donner un cours de droit administratif.

Écrit par : CEDH | 04/03/2012

Lulu je pourrai vous faire remarquer que je parlais au futur, mais dès à présent, Longchamp a clairement réorganisé son département des affaires sociales, pour le rendre plus efficace, plus performant et donc plus durable. Parce que si la crise se prolonge, les recettes de l'Etat vont baisser et il est essentiel que les services sociaux ne gaspillent pas l'argent du contribuable.
En accélérant le traitement des dossiers des nouveaux chômeurs, il a permis que ceux-ci soient pris en charge et retrouvent du travail plus rapidement, le chômage de longue durée étant le principal obstacle à la reprise d'emploi. Depuis maintenant deux ans, le taux de chômage genevois baisse, quand celui de la moyenne suisse augmente.
Vous me direz qu'il a pour cela envoyé des chômeurs de longue durée à l'assistance sociale. Je suppose que dans un certain nombre de cas, c'est vrai. Mais si en deux ans ou plus, vous ne trouvez pas de travail à Genève (alors que des clandestins qui débarquent en trouvent dans la semaine ou dans le mois), c'est peut-être qu'effectivement il y a un problème d'ordre social ou psychologique ou tout simplement un problème de formation à régler.
Il importe qu'il soit réglé là où il doit l'être, par des services spécialisés. Qui eux pourront vous placer dans des structures de retour à l'emploi, étudiées pour des cas peu susceptibles d'être lachés sans bouée dans le grand bain. Cela me rappelle une discussion avec un syndicaliste de la TSR, à l'époque où j'y travaillais, qui protégeait quelques individus, alcooliques notoires totalement improductifs, qui selon moi auraient été plus à leur place dans des institutions qu'à la cafétéria de la télévision, occupant des postes à ne rien faire, et percevant les salaires ad hoc, alors que d'autres, du fait de budgets en compression devaient bosser deux fois plus à leur place, tandis que des tas de jeunes ou moins jeunes, compétents et dynamiques, piaffaient dehors...
Quant à Pierre Maudet, il a mené à bien la réforme du système des agents muncipaux, désormais considéré comme un corps de police auxilaire partie prenante des différents aspects de la sécurité dans le canton. La guerre contre l'insécurité est loin d'être gagnée, mais entre Jornot, les policiers municipaux et les réformes en cours à la Police, ce sont les armées d'un ordre juste, équitable et raisonnable qui se mettent en place.
Pour le reste, je dois interrompre mes interventions sur les blogs ces jours à venir, car j'ai beaucoup de travail.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/03/2012

Grégoire, vous pensez donner votre voix à un parti au-dessus de tout soupçon. Je comprends la foi qui vous habite. Vous dénoncez avec force les scandales dans lesquels ont trempé les politiciens. Vous n'admettez aucune erreur de leur part. Et, votre plume acérée dénonce Pierre Maudet. Vous avez aussi réclamé la tête de Mark Muller.

Voilà, elle est tombée. J'espère que Mark Muller trouvera une place aussi rapidement que Valérie Garbani. Cette dernière a été engagée par Sandrine Salermo. Valérie Garbani occupe le poste de juriste à la gérance immobilière.

Votre joyeux cynisme quant à la mise en location de l'appartement de Mark Muller pourrait être utilisé pour Sandrine Salermo. Elle loue aussi un appartement à la caisse de pension. Serait-il lui aussi à louer?

J'ai oublié de mentionner l'appartenante politique de ces deux femmes!

Écrit par : Noëlle Ribordy | 04/03/2012

Vous semblez sous-entendre que mon allégeance irait au Parti Socialiste. Laissez-moi écartez vos soupçons.

Écrit par : Grégoire Barbey | 04/03/2012

ouf! 0:) Bonne soirée.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 04/03/2012

Les commentaires sont fermés.