Gregoire Barbey

19/03/2012

Des distractions superficielles

 

Invraisemblance : la proportion affligeante du commun des mortels qui perd son temps à commenter des résultats sportifs et à défendre les couleurs de leur patrie. Non pas que je renie l'intérêt du sport – bien au contraire. Mais de grâce, soyons cohérents ! Si nos semblables dépensaient autant d'énergie à protéger et promouvoir leurs intérêts et la nécessité du bien commun, nul doute que le visage de la politique en serait drastiquement changé.

Mais il va de soi que certains préfèrent la passivité du spectateur à la difficulté des responsabilités de l'acteur.

Que je me prenne, une fois de plus, à espérer que la tendance s'inverse un jour, ne me surprend guère. Ce qui serait plus étonnant, c'est qu'il y ait un véritable changement en la matière.

Alors je retournerai, comme à l'accoutumée, à mes occupations, le cœur lourd d'une certaine déception, celle de voir que des événements sans grande importance concrète surpassent – et de loin – la propension qu'ont mes contemporains à s'occuper de ce qui devrait les animer, à savoir la prise en main de leur destinée, et l'implication qui va de paire avec un investissement inconditionnel pour la sauvegarde de ses droits, de ses intérêts et de ses valeurs.

Peut-être, et je dis bien peut-être, suis-je trop rêveur pour prendre conscience que la vie est suffisamment courte pour ne pas devoir de surcroît perdre en temps précieux des années à débattre en politique ?

Il est tout-à-fait possible que cela soit moi qui me fourvoie, à vouloir croire dur comme fer qu'il y a plus important que les distractions superficielles. Pour un épicurien, cela paraît pourtant contradictoire.

Aller, je cesse d'être de mauvaise augure, ne serait-ce qu'un instant...

 

Grégoire Barbey

11:54 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : interrogation, réflexion, politique, intérêt, bien commun |  Facebook | | | |

Commentaires

Je suis de cet avis Grégoire, très bon billet, merci!

Écrit par : faire part | 19/03/2012

"Non pas que je renie l'intérêt du sport – bien au contraire. Mais de grâce, soyons cohérents ! Si nos semblables dépensaient autant d'énergie à protéger et promouvoir leurs intérêts et la nécessité du bien commun, nul doute que le visage de la politique en serait drastiquement changé."

Tout est dit et quand je le dit les gens ne le comprenne pas. Alors je suis bien heureux que vous en remetiez une couche. Le commun des mortels, je veux parler du mouton, celui qui consomme, celui qui commente, celui qui est au courant de tout et de rien, celui-là a juste besoin qu'on lui répète tous les jours qu'il peut changer son monde s'il le veut. Il faut juste espérer que cela rentre dans sa tête.

Merci encore une fois!

Écrit par : plume noire | 19/03/2012

@plume noire ,on est pas tous clonés,on peut encore et c'est un droit réfléchir par soi-même surtout face aux nombreux schizophrènes des Zieglotrons sans doute , et surtout se dire que l'ordinateur est aussi un objet à ranger dans le superflus. Excepté pour les entreprises et handicapés,mais les vrais,pas les fainéants qui sont légion s'imaginant prendre le pouvoir de la pensées et changer le monde grâce à d'utopies idées comme trier des bouteilles en les séparant par couleur alors qu'elles sont mélangées sitot après,comme quoi réfléchir par soi est plus que vital de nos jours

Écrit par : lovsmeralda | 20/03/2012

@lovsmeralda
"on est pas tous clonés,on peut encore et c'est un droit réfléchir"

Heureusement que nous ne sommes pas tous des clones! Comment nous habillons-nous ? qu'écoute-t-on comme musique ? quels émission regardons-nous ? quelles sont nos habitudes ? Répondre simplement à ces quelques questions tout en regardant la télévision nous amène à se dire "mon dieu" avec la technologie que l'on a, on est guère plus évolué que les romains. Il est d'ailleurs d'aileurs drôle de voir des similitudes entre l'époque que nous vivons et la fin de l'Empire Romain.

"Excepté pour les entreprises et handicapés,mais les vrais,pas les fainéants qui sont légion s'imaginant prendre le pouvoir de la pensées et changer le monde grâce à d'utopies idées comme trier des bouteilles en les séparant par couleur alors qu'elles sont mélangées sitot après,comme quoi réfléchir par soi est plus que vital de nos jours"

Votre rapprochement avec les écolos me fait doucement rire. Les hommes politiques sont des petits garçons qui ne savent pas jouer ensemble qu'ils soient écolos, socialiste, udc ou autres. En regardant juste 30 années d'existences, je vois que socialement les problèmes sont les mêmes : y a toujousr une crise, y a toujours du chômage et toujours plus de nécessiteux. Si nous n'avons pas sombré c'est qu'effectivement une infime partie des gens n'est pas clôné. Mais ce n'est qu'une question de temps.

Écrit par : plume noire | 20/03/2012

@Plume noire,cinq sur cinq avec vous.Heureusement il existe encore des parents ayant le courage de dire non aux occupations surchargeant l'élève après l'école ou lors des congés,comme m'a dit une mère ,c'est pas parceque d'autres occupent bientot à 200 pour cent leur gosse que je vais les imiter,donc y'a encore de l'espoir pour le futur!

Écrit par : lovsmeralda | 20/03/2012

L'espoir je ne le vois pas.

En 2007 en regardant un simple reportage sur temps présent sur les subprimes, qui n'avaient pas encore éclaté, j'ai compris que l'on avait fabriqué une bulle qui allait péter à la gueule. Tous les professionnels disent qu'ils avaient rien vu.

Entre 2008-2010 on nous a rassuré. La crise va passé. J'ai doucement rigolé car entre la perte et ce que l'on a réinjecté on est très très très loin du compte. Donc j'ai planifié une fin de crise pour 2018, si on ne change rien au système.

Enfin, les grosses crises amènent de toute façon à la guerre car il faut relancer l'économie. Donc non l'espoir je ne vois pas. Préfère faire du bien à mon échelle et autour de moi.

Quant mes gamins, quand j'en aurai, je les tournerai vers l'art car ainsi ils sauront toujours faire autre chose que ce que l'on dit de faire à l'école, au collège ou à l'uni.

Un de mes amis de plus de 30 ans est actuellement à l'Uni. Il m'a dit que les prof étaient très bons pour te dire des conneries du genre :

"Messieurs, dammes il faut que vous passiez un bachelor parce que c'est le meilleur papier. Un fois passé le même professeur te fait comprendre que c'est de la merde et qu'il faut continuer et ainsi de suite. Le monde du travail est bouché si tu vas l'Uni (ca dépend encore le métier) c'est aussi bouché si tu vas en apprentissage. Le seul espoir c'est que l'homme peut être va enfin de se rendre compte du mur devant sa gueule...le problème c'est que cela arrive souvent mais trop tard. Alors SHOW MUST GO ON!

Écrit par : plume noire | 20/03/2012

Les commentaires sont fermés.