Gregoire Barbey

28/03/2012

Le déclin du PLR est irrémédiablement programmé, songeons à l'avenir

 

Le 27 mars 2012, le Président du Parti Libéral-Radical Alain-Dominique Mauris s'est fendu d'un communiqué de presse en réaction à l'alliance consentie entre l'UDC et le MCG.

Ce même parti qui réclame sur un ton Grand Seigneur le siège qu'il a perdu, et qui vante à tort et à travers la nécessité absolue de l'Entente, n'hésite pas à employer les plus viles stratégies électoralistes pour parvenir à ses fins, à savoir un « soutien à la majorité de droite au Conseil d’État ». Comprenez ici : afin que le PLR garde son hégémonie cantonale.

C'est donc, une fois de plus, des tentatives d'alliance infructueuses qui poussent le PLR à s'exposer publiquement et dévoiler ses stratagèmes. Genève ne compte pas. Le seul désir de ce parti en déclin est de pouvoir aligner son jeune champion, Pierre Maudet, pour conserver tant bien que mal un règne qui s'essouffle et peine à se renouveler.

À nouveau, de la même manière qu'après l'annonce de la candidature du Vert'Libéral Laurent Seydoux à l'élection partielle du 17 juin, les vieux dinosaures libéraux-radicaux nous illustrent leur médiocrité par un communiqué cinglant d'incompétence et de traîtrise dont eux seuls ont le secret.

Il ne faut pas se méprendre, la tactique est claire, et si Maudet échoue à son élection, le PLR accusera tous ceux qui ne l'auront pas soutenu d'être responsables de son échec.

Espérons que le PDC, un parti qui mérite une considération beaucoup plus positive que son allié de l'Entente, ne restera pas les bras croisés pendant que certains poignardent le dos de ses membres, à seules fins électorales.

Je le dis, l'Entente entre le PDC et le PLR doit maintenant cesser. Il faut reconsidérer les forces en place et transférer la gouvernance vers une véritable politique centriste. Le PDC pourra, avec patience, considérer l'intérêt d'une alliance future avec les Vert'Libéraux (PVL), qui ne sera pas possible avant que l'Entente dans sa programmation actuelle, si souvent bafouée, n'ait été dissoute.

Œuvrons pour Genève, pour le Peuple, non pas pour des intérêts obscurs qui ne flattent que quelques particuliers.

L'avenir de la politique et de la Suisse est dans la rétro-innovation des comportements qui ont fait la grandeur et la stabilité (toute relative évidemment) de notre pays confédéré.

Rétro-innovation : récupérons ce qui fit la cohésion politique de notre pays, au détriment des récentes formes qu'ont prises certains de nos partis traditionalistes. L'électorat à tout prix n'est pas viable dans une structure politique fédéraliste.
Dans un contexte semblable à la démocratie française, c'est évidemment une stratégie qui, quand bien même elle est discutable, favorise nettement celles et ceux qui y ont recours. Toutefois, il ne faut pas confondre deux situations politico-structurelles différentes sur tous les points, ou presque.
La convergence de nos similitudes est presque inexistante. Ne nous leurrons pas. Agissons pour la politique de notre pays.

À bon entendeur.

 

Grégoire Barbey

20:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : plr, pierre maudet, alain-dominique mauris, communiqué de presse, déclin, entente, pdc, pvl |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous devriez vous remettre au cigare et arrêtez la moquette !

Écrit par : Tim Leary | 28/03/2012

C'est d'un constructif !

Écrit par : Grégoire Barbey | 28/03/2012

«J'ai reçu de l'UDC un projet de convention électorale, c'est un véritable ukase, une liste d'exigences non négociables», juge Alain-Dominique Mauris, président du PLR.

Alors, j'ai beau lire et relire cette convention, je ne vois pas! En quoi les exigences du MCG sont-elles inacceptables par le PLR?
Le beurre et l'argent du beurre...c'est ce que veut le PLR?

Écrit par : Pépin | 28/03/2012

@ Gregoire,

Je suppose que vous parlez du déclin du PLR au niveau genevois. Bon il faut dire que c'est aussi le cas en matière de sièges en ce qui concerne les chambres fédérales. Mais en Suisse le déclin du PLR est aussi relatif avec les votations populaires. De ce côte-ci les électeurs sont plus souvent du même côté que le PLR.

A part cela le PDC et le PLR sont des alliés naturels et fiables; je ne vois pas trop pourquoi ils se tourneraient le dos. Ils ont trop d'intérêts politiques en commun.

D.J

Écrit par : D.J | 28/03/2012

A Monsieur Grégoire BARBEY






















































































































































































































































































































































































































A Grégoire BARBEY

La traitrise, la force, il semble que vous n'ayez que ces mots à la bouche, plutôt devrais-je dire dans vos écrits vis-à-vis du PLR.

Quant au PLR, je vous rassure, en présentant la candidature de Monsieur Pierre MAUDET, notre formation politique montre qu'il se soucie de la bonne marche des institutions, mais aussi d'une certaine forme de respect, qui fait grandement défaut lorsque vous regardez les séances des parlements législatifs. Quant vous dites Oeuvrons pour le Peuple, on croirait entendre le MCG, qui s'approprie le fait de défendre les citoyens.

Pierre MAUDET est un homme qui a le sens du dialogue, qui est à l'écoute, pour avoir effectué des campagnes électorales à ses côtés, je sais qu'il porte un soin tout particulier à trouver des solutions.

Cordialement,

Béatrice FUCHS















A Grégoire BARBEY

Écrit par : beatrice fuchs | 28/03/2012

Les commentaires sont fermés.