Gregoire Barbey

25/04/2012

Adieu !

 

Les aléas du destin surprennent. Un sourire, quelques mots échangés, et puis le néant, la vie qui s'en va, les silences éternels, un requiem pesant ; nous sommes si fragiles, comme des brindilles que le vent a vite fait de balayer. Qu'elle est belle la vie ! Mais elle peut être courte ou cruelle, aussi.

Elle nous enseigne bien souvent à ne pas nous attacher, prendre du recul sur ce qu'elle nous fait ressentir. Ne pas nous laisser emporter par la certitude d'être éternels, lorsque nous sommes mortels et périssables. Il nous faut vivre sans détour, vivre sans remords, vivre avec passion, avec amour. Les querelles humaines peuvent paraître bien peu de chose lorsque tranche l'existence, retirant ça et là des êtres qui ne s'y attendent pas. Eux ne le sauront jamais, seuls ceux qui restent pleureront les disparus. La mort est là, infatigable, pour nous rappeler à l'ordre. Elle veille, silencieusement, sournoisement. Et elle ne se fait pas prier. Elle fauche, puis s'en va. Jusqu'à quand ?

Aujourd'hui, c'est une personnalité qui quitte la scène genevoise. Peu importe les griefs, les désaccords ou les rapports de force, rendons hommage à l'homme, et à son combat.

Alors adieu à toi, qui laissera un grand vide au sein des tiens. Que le repos te soit doux, pour nous, il va falloir continuer, et ce, quand bien même tu nous rappelles que rien ne dure jamais.

 

Grégoire Barbey

17:45 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hommage |  Facebook | | | |

Commentaires

Tous n'est qu'éphémère. Une raison de plus pour vivre dans ce monde comme si l'on était éternel et pour vivre pour l'au-delà comme si l'on devait mourir demain. Les amis comme les adversaires doivent être respectés et appréciés lorsqu'ils sont là et non seulement lorsqu'ils sont partis. Les sourires narquois n'ont pas leur place. Si l'on prétend tenir un discours réfléchi, cela ne doit pas être seulement pour réfléchir sa propre image dans un miroir.

Écrit par : mauro poggia | 25/04/2012

2ème cadavre retrouvé en moins d'un mois dans le quartier des Grottes, poignardé pour une connerie de 50 balles ou un gramme de matique pour colmater les fuites !

allez savoir, mais là, la moyenne augmente, plus la peine de parler des heures de gloire d'Est-side Chicago !!!

Écrit par : Corto | 25/04/2012

Les commentaires sont fermés.