Gregoire Barbey

27/04/2012

La CCIG, Merck Serono et le comité directeur du PLR : l'inceste indélicat

 

Avec la récente polémique sur la fermeture du site genevois de Merck Serono, de nouveaux éléments défrayent la chronique. Aujourd'hui, François Naef a démissionné de son poste de Président de la Chambre de commerce, d'industrie et des services (CCIG), puisqu'il est également l'actuel patron de la firme pharmaceutique.

Toutefois, trois noms sont à notés au sein de la direction de la CCIG.

Philippe Meyer, membre de la direction.

Jacques Jeannerat, député au Grand Conseil, également membre de la direction.

Nathalie Hardyn, adjointe de direction.

Ces trois personnes font partie du Comité directeur du Parti Libéral-Radical genevois (PLR/GE).

Il faut dès à présent se poser plusieurs questions. Tout d'abord, que savaient-ils, en étroite collaboration avec le désormais ancien Président de la CCIG François Naef, de la situation de Merck Serono ? Rappelons quand même que la CCIG soutient la candidature de « l'homme de l'action responsable », à savoir le Maire et membre du Conseil administratif de la ville de Genève Pierre Maudet (PLR).

Celui-ci s'était publiquement présenté comme n'étant « l'homme d'aucun lobby ». Dès lors, comment croire à la crédibilité de ses propos ? Pour ma part, je remets clairement en question la véracité de ses dires. En pleine campagne électorale, une telle catastrophe ne doit pas être prise à la légère, et je suis persuadé que le Peuple saura prendre la bonne décision lorsqu'il s'agira de voter le 17 juin prochain pour le ou la futur-e Conseiller-ère d'État. Un homme si proche des plus gros lobbys de notre République et Canton de Genève peut-il vraiment prétendre être totalement étranger à leurs pratiques et leur influence ? Un peu de décence, Monsieur Maudet, nous ne pouvons croire que vous n'avez strictement aucun rapport avec votre propre parti !

L'heure des comptes viendra. Et le Peuple, souverain, décidera s'il vous fait confiance ou non. Pour ma part, je ne voterai pas pour vous, quand bien même vous pourriez avoir l'envergure du poste que vous briguez. Il vous faudra plus que des mots pour convaincre.

 

Grégoire Barbey

 

Sources :

http://www.ccig.ch/CCIG/Structure/Direction/tabid/105/language/fr-FR/Default.aspx

http://www.plr-ge.ch/l-equipe/

21:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : plr, merck serono, pierre maudet, candidature, conseil d'État, ccig |  Facebook | | | |

Commentaires

"une inceste indélicate"

inceste est du genre masculin

Écrit par : Johann | 27/04/2012

Pour être complet, deux autres membres de la Direction de la CCIG, à savoir Charles Lassauce et Eric Biessel, ne sont ni membres du PLR ni, pour autant que je le sache, d'un autre parti. Par ailleurs Jacques Jeannerat est issu de la famille radicale, alors que Nathalie Hardyn et Philippe Meyer sont des anciens libéraux, le hasard de la fusion ayant fait qu'ils se retrouvent aujourd'hui PLR les trois. On trouvera aussi beaucoup de PLR à la Chambre genevoise immobilière, à la Fédération des entreprises romandes ou encore à l'Association des banquiers privés: ça n'étonnera personne, nul besoin de s'en cacher et d'ailleurs c'est parfaitement normal, le PLR étant le parti qui défend l'économie et dont les membres sont largement constitués de patrons et cadres du monde de l'entreprise et de la finance. Je trouve toutefois le terme de "lobby" à la fois réducteur et populiste. Les caciques socialistes qui se trouvent à la tête de syndicats ou de structures parapubliques forment alors tout autant un "lobby", et finalement pourquoi pas? C'est une chose d'appartenir à une famille politique et tant qu'élu, c'en est une autre d'en être l'otage, le fantoche. Il est normal que dans une démocratie, la société civile comprenne différents groupements qui défendent chacun certaines valeurs, et que ces groupements trouvent leur extension dans les partis politiques et jusque chez les élus. En attendant, laissons aux cafés du commerce le plaisir de débattre à l'infini du rôle des "lobbys".

Écrit par : Ashwani Singh | 09/05/2012

Les commentaires sont fermés.