Gregoire Barbey

28/05/2012

Il y a ces soirs crépusculaires

Il y a ces soirs crépusculaires
Où se mêlent absence et silence
Où les maux épuisent les mots
Comme une lame plantée dans l'âme
Comme une volonté en putréfaction
Le soleil qui se couche à l'horizon
Sans promettre de ne jamais revenir
Et l'envie d'en faire autant
Partir loin, là où les rayons illuminent
Même les cœurs les plus sombres
Pour inonder les déshérités assoiffés
De l'écume des derniers adieux
S'en aller là où les paroles s'étouffent
Et les sourires se cristallisent
Parce qu'il y a de l'Espoir
Au-delà des cercueils de béton
Parce qu'il y a de l'Amour
Même par-delà l'espace et le temps
Parce que j'irai partout où tu iras.

Ce vide abyssal
Je le comblerai
Peut-être un jour.

28 mai 2012.

23:16 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.