Gregoire Barbey

19/07/2012

À Genève, les politiciens n'aiment pas les kebabs

 

Chronique, 19.07.12 21h25

 

Il y a, actuellement, une polémique concernant les drapeaux qui sont exposés sur le pont du Mont-Blanc. En effet, ceux-ci représentent des visuels de « Döner Kebab », réalisés par un artiste qui a remporté le concours annuel du Quartier des Bains, ce qui ne semble pas être du goût de tous au sein de notre bonne vieille ville de Genève. À tel point qu'Alain de Kalbermatten, sur son profil Facebook, nomme cette affaire le « kebabgate ». Veut-il, en qualifiant ce travail artistique d'insignifiant, faire changer d'avis les pontes du PLR pour l'élection complémentaire au Conseil administratif qui ne le trouvaient pas suffisamment à droite ? C'est une éventualité.

 

Il est néanmoins évident que cette exposition ne mérite pas un tel engouement de la part de nos politiciens, qui auraient meilleur temps de régler des problèmes beaucoup plus urgents, notamment en matière de logement ou de mobilité. L'été oblige, la chaleur monte vite à la tête. Mais quand même, en arriver-là pour si peu, c'est affligeant.

 

De surcroît, si les drapeaux avaient représenté une cuisine qui ne provienne pas du Moyen-Orient, nous n'aurions sûrement pas eu à subir cette vague de discours plus creux les uns des autres. Ni tomber sur des publications de la sorte sur les réseaux sociaux. Bref, une saisissante histoire de caniveau, qui démontre une fois de plus les intérêts qui poussent nos représentants à s'émouvoir. Rien de nouveau sous le soleil, en somme. Ou alors, si, quelques drapeaux, qui ne resteront pas longtemps dans la mémoire des automobilistes trop occupés à s'énerver dans les bouchons interminables du pont du Mont-Blanc, point névralgique de l'immobilité genevoise.

 

 

Grégoire Barbey

 

 

Kalbermatten.PNG

21:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : polémique, kalbermatten, plr, kebab, pont du mont-blanc |  Facebook | | | |

Commentaires

Je suis le premier à manger avec plaisir un kebab mais là, franchement, je ne vois pas ce qu'il y a d'artistique dans ces drapeaux.
Comme vous le dites très justement, les autorités auraient bien mieux à faire que de gaspiller temps (et argent) avec de telles activités.

Écrit par : A. Piller | 20/07/2012

Moi je les trouve assez amusants ces drapeaux, je regrette juste qu'ils répètent 20 fois la même image, ça aurait été plus original d'introduire une certaine diversité (p.ex. le vendeur de hot-dogs, de sandwiches, le pizzaiolo, pour rester dans la même thématique). Ainsi la déambulation sur le pont aurait pu être prétexte à découvertes.

Maintenant, de là à qualifier ceci d'"art", et à lui accorder un prix, franchement... Plutôt que l'indignation visiblement recherchée par cette démarche "transgressive", celle-ci aurait plutôt tendance à susciter une consternation désabusée...

Transgression, le mot est lâché... il suffit de se rendre sur le site du quartier des bains pour se rendre compte que c'est le projet le plus primaire qui a été choisi. L'art doit-il absolument être provocateur, fût-ce aux dépens de la démarche artistique elle-même?

Écrit par : Punica Fides | 20/07/2012

Effectivement très amusant, j'aurais qund même mis un drapeau sur deux pour moins de monotonie "Halal"

Écrit par : quintart | 20/07/2012

parce que l'art doit rester confiné aux galeries?
si tu veux de l'art, tu vas à la galerie.
si tu veux du lait, tu vas à la laiterie (enfin, la migros ça va aussi)
et si tu veux du co2, tu vas sur le pont du mont-blanc.
lorsque tout est bien rangé, l'art ne dérange plus... n'est-ce pas m. de kalbermatten.
et bien, cet art héraldique a visiblement suscité un début de débat chez certains sur les lieux, les fonctions, les limites de la création. éternelle ritournelle, certes, mais nécessaire. espérons que ce débat soit productif et ne tombe pas dans une vaine stérilité.

Écrit par : sylvie | 20/07/2012

Tu te trompes MacDo aurait entrainé un bien plus grand nombre de c.....Et comme à Genève nous n'avons pas de cuisine particulière nous nous serions retrouvé avec des drapeaux blancs.
Mais à tout prendre une bonne réédition devant l'inanité des préoccupations politiques n'aurait elle pas été préférable??

Écrit par : Louis-Charles Lévy | 20/07/2012

L'art ne doit pas servir à confiner les gens dans leurs certitudes. Non, je vois l'Art comme transgressif, voire corrosif. Il doit chercher les nœuds, les mettre à nu, les dépasser.
Cette exposition, loin d'être une idée révolutionnaire, a le mérite de pointer du doigt un problème. Je vous laisse deviner lequel !
En tout cas, au Quartier des Bains, ils n'ont pas voulu suivre le modèle de l'intelligentsia genevoise, et ils ont très bien fait !

Écrit par : Grégoire Barbey | 20/07/2012

J'adore les kebabs mais la honnêtement, je fais une indigestion. Je trouve cela ridicule. L'art doit être transgressif mais je pense que le moment et le lieu sont très mal choisis. Les fêtes de Genève sont un lieu ou pour moi on doit sublimer la ville, la mettre en valeur. Même si l'idée est pas mal, cela reste une image de pub très moche en noir est blanc répéter 24 fois (why). Merci de choisir une œuvre ou les genevois pourront un peu se retrouver.
Et puis, quelle finesse de nos politiciens, notre ville qui accueille en cette période énormément de touristes du moyen orient et là vous leur mettez des kebabs sous le nez. Je ne suis pas sure qu'ils viennent chercher ce genre de choses à Genève, surtout en période de ramadan. J'espère vraiment qu’ils vont enlever cette insulte à la beauté de notre ville le plus rapidement possible.

Écrit par : paul lerouge | 24/07/2012

Les commentaires sont fermés.