Gregoire Barbey

19/07/2012

« On ne permet de dire qu’à celui qui ne peut rien »

 

Je poursuis ici mes entretiens avec le journaliste Pascal Décaillet. Nous abordons ici le thème de la liberté, plus spécifiquement celle qui nous permet de nous exprimer. 19.07.12 16h21

 

GB – Pascal, en rapport avec le titre de votre blog, pourriez-vous me parler de la liberté ? Qu'incarne-t-elle à vos yeux ? Et quelle est-elle ? Ce sont des questions, vous qui aimez l'Histoire, qui ont traversé les âges sans jamais n'avoir trouvé ne serait-ce qu'une réponse satisfaisante...

 

PaD – Je ne suis pas philosophe, et serait bien incapable d’en donner une explication philosophique. La création de mon blog coïncide à peu près avec l’époque où j’ai créé mon entreprise, acquis des locaux et du matériel, et même (plus tard) engagé des collaborateurs. En clair, je me suis lancé dans le vide, comme entrepreneur indépendant. L’une des multiples acceptions de ce mot, « liberté », pour moi, c’est cela. Il y a du vertige et du risque. J’aime.

 

GB – Je pense que nous philosophons toutes et tous, à notre manière. Oui, votre entreprise est une forme de liberté. Je me suis toujours interrogé sur ce mot, qui tient à cœur à tant d'êtres humains, mais qui pourtant n'a aucun fondement. Je suis comme Einstein dans ce dilemme, je ne crois pas à la liberté, car cela supposerait que nous sommes vierges de tout déterminisme extérieurs et de nécessités intérieures. Insoluble, au fond.

 

PaD – Tant de choses nous déterminent, c’est sûr. Mais pour la part qui dépend de nous (Epictète), il vaut absolument le coup d’élargir au maximum le champ du possible. Au risque de vous décevoir, je suis peu au parfum des puissantes réflexions des philosophes sur la liberté. Mais très concerné par le frottement mesurable de l’Histoire : liberté de la presse, liberté d’expression, liberté de commerce. Les trois, avec une étonnante simultanéité, apparaissent autour de la Révolution française. Y compris dans nos cantons romands.

 

GB – Les philosophes grecs ne discutaient pas de la liberté. Pour eux, elle était acquise. Or, en parler revenait à la remettre en question. Cette liberté de la presse, n'est-elle pas également déterminée par certains rapports de force, notamment financiers ? Tout n'est pas entièrement libre. Nous pouvons nous exprimer, mais nos blocages intérieurs ne nous feront pas dire ce que nous ne voulons pas. Par crainte. Tout cela relève d'une extrême complexité.

 

PaD – Admettons qu’aucun journal ne soit totalement libre. Soit par la rigidité d’une charte rédactionnelle. Soit, en effet, par la nature des actionnaires. Certes. Mais, dans les grandes lignes, la presse de nos pays est une presse libre. Et c’est une chance inouïe que nous avons, quand on se compare à tant d’autres pays. Quant à nos blogs – le mien, le vôtre – nous sommes très libres de nos propos, non ?

 

GB – Ah, si seulement ! Il y a, derrière ces blogs, des yeux qui scrutent, qui épient. J'avais, il y a quelques mois, publié un article. Censuré. Alors, cette liberté, permettez-moi de ne point y adhérer.

 

PaD – Elle n’est jamais totale ! Mais rien, dans la vie, n’est total. Rien n’est absolu. C’est sans doute pour cela que j’ai toujours préféré la lecture des livres d’Histoire, avec la réalité tangible de ce qu’ils montrent, à celle des philosophes. Je parle ici de mes lectures non-littéraires, vous l’avez compris. A ce propos, si jamais l’Histoire récente de l’Italie vous intéresse, je vous recommande absolument la monumentale biographie de Mussolini par Pierre Milza, chez Fayard.

 

GB – Oui, l'Histoire de l'Italie m'intéresse, je note votre conseil. Elle est le berceau de l'Europe telle que nous la connaissons aujourd'hui, avec la Renaissance, et la transgression de valeurs séculaires dont elle fut l'instigatrice. C'est cette forme-là de liberté que j'apprécie. Secouer les esprits immobiles. Interroger les certitudes. Non rien, en effet, n'est absolu. À part peut-être les mots.

 

PaD – A votre âge, en 1979 (où j’ai passé mon été à Losone !), je ne disposais strictement d’aucun espace éditorial. J’écrivais déjà des articles au Journal de Genève certes, mais c’étaient des piges, évidemment pas des éditos. Et vous, en début de carrière, vous jouissez déjà avec votre blog, qui est de bonne facture, d’une liberté quasi-totale d’expression dans l’espace public. Vous vous rendez-compte de la chance que vous avez ?

 

GB – Oui, je m'en rends compte. Et j'essaie d'employer cette liberté à bon escient, en la portant dans tous les domaines susceptibles de m'intéresser. J'en suis reconnaissant, mais quelque part, me revient toujours en tête la phrase de Denis Diderot par laquelle je conclurai : « La liberté d'écrire et de parler impunément marque, soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple. On ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien. »

 

PaD – Magnifique citation ! Mais un conseil : n’attendez jamais, en matière éditoriale, qu’on vous « permette » quoi que ce soit. La liberté, prenez-la. Arrachez-la. Ne demandez rien à personne. Foutez-vous de l’avis de vos pairs, et même de vos proches, de vos amis. Soyez un emmerdeur. Une sale tronche. Il me semble d’ailleurs que vous avez, dans cet ordre-là, plutôt bien commencé. Continuez !

 

Grégoire Barbey + Pascal Décaillet

16:21 Publié dans Débats pascaliens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pascal décaillet, grégoire barbey, débat, entretien |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.