Gregoire Barbey

30/08/2012

Convention Jornot-Maudet : répression sans réflexion ?

 

Chronique 30.08.12 13h54

 

Le nouveau ministre de la sécurité Pierre Maudet et le procureur général Olivier Jornot ont effectué hier une conférence de presse afin de présenter leur programme commun : une convention qui établit huit axes prioritaires pour lutter contre la criminalité à Genève. Sans préjuger préalablement de l’utilité de ce texte, il est néanmoins possible d’établir une lacune désormais redondante dans la vision sécuritaire des politiques.

 

Systématiquement, la réponse aux problèmes liés à la criminalité est la même : il s’agit d’user de la répression. Certes, les délits doivent être punis, d’une manière ou d’une autre, nul ne conteste ça ; remettons cependant l’Eglise au milieu du village. La population genevoise, en élisant Pierre Maudet au Conseil d’Etat, a transmis un signal très clair : elle est demanderesse d’un réel changement pour le canton. Afin de rassurer le Peuple, Pierre Maudet et Olivier Jornot ont répondu par un symbole, la coopération entre le Ministère Public et l’Etat.

 

Cette impulsion historique peut à juste titre être considérée comme porteuse d’espoir. D’ailleurs, en pleine période de troubles, l’optimisme est salutaire. Mais n’oublions pas de garder un sens critique face aux décisions annoncées. Oui, Justice et Etat vont désormais travailler main dans la main. Il subsiste malgré tout un manque dans cette vision d’avenir pour réduire la délinquance à Genève. La criminalité est pointée du doigt comme si elle était le seul mal à endiguer. Comme si, aussi illusoire soit cette perception, la criminalité n’était pas le symptôme d’une maladie plus profonde.

 

Tant que les facteurs sociologiques ne seront pas sérieusement pris en considération pour élaborer des stratégies afin de parer la prolifération de la délinquance, les décisions prises par les pouvoirs publics ne serviront qu’à titre de politique-spectacle. En effet, comment affirmer, sinon pour rassurer son électorat, qu’en usant de la répression à toutes les sauces, la situation s’améliorera ? C’est se moquer des citoyennes et des citoyens que de leur faire croire pareilles sornettes.

 

Evidemment, mettre le doigt sur les causes qui favorisent la hausse de la criminalité, c’est reconnaître une réalité que de nombreux politiciens se refusent même à aborder : le fonctionnement de la société est la véritable racine de cette « mauvaise herbe ».  Alors oui, pour faire un peu de place, c’est bien joli de couper l’herbe à même le sol ; mais ça ne retire pas pour autant le cœur du problème. Ça l’incite plutôt à lutter pour survivre. Au lieu de crier au loup, de stigmatiser des minorités, d’appeler à la vindicte populaire, le pouvoir en place aurait tout à gagner à reconsidérer ses paradigmes en matière de sécurité.

 

Quitte à changer drastiquement l’orientation de leurs objectifs, Pierre Maudet et Olivier Jornot devront, s’ils veulent véritablement convaincre leurs électrices et leurs électeurs, prendre en compte les causes sociales qui permettent l’expansion de la délinquance. Leur tâche la plus pressante, au-delà de la réforme des institutions judiciaires et de la reprise concrète de la police, est de cerner en amont les différents profils sociaux d’où proviennent les acteurs de la criminalité à Genève. Il n’y a pas de bon, de mauvais, ni même de héros ; il ne s’agit pas d’établir quelle catégorie de la population est dans l’illégalité pour ensuite la vouer à l’anathème. Il faut aider ces gens. Favoriser leur (ré)insertion dans la société. Leur tendre la main si besoin est. Et, en cas de nécessité seulement, utiliser la répression pour protéger la population. Mais de grâce, procédons par étape.

 

Grégoire Barbey

16:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | | | |

Commentaires

Pauvre petit!
Que de clichés dans votre texte.
Inscrivez-vous donc à l'Armée du Salut...
Je me réjouis de vous voir prochainement cambrioler ou agresser...et tendre la main à votre agresseur!
Mais....je vous soupçonne de vouloir susciter de l'audience...

Écrit par : Joe | 30/08/2012

Cher Joe,

Vous trouvez que mon texte est rempli de clichés ? Eh bien, donnez-moi des programmes politiques qui font état de ceux-ci, car je n'ai encore jamais lu ces propos de la part d'un représentant du Peuple.

De surcroît, mon audience se porte très bien sans qu'il ne me soit nécessaire de faire de la polémique. Et en plus, j'ai fait part à Pierre Maudet de mon opinion par voie directe. Je ne fais que de transmettre mon opinion, c'est d'ailleurs à ça que sert un blog.

Mais vous n'avez malheureusement pas compris mon texte.

Bien à vous,

Écrit par : Grégoire Barbey | 30/08/2012

Votre contribution est formellement bien faite mais totalement vide de sens : du bouillon pour les morts. Vous avez tout faux : dans la démarche exposée hier et aujourd'hui encore à l'Arena aux collaborateurs du Département de la Sécurité, il y a tout : des constats basés sur des faits et des le fruit de contacts avec le terrain, une vraie réflexion sur les dysfonctionnements, des lignes et des axes d'action, et des priorités (2). Il y a aussi un effort d'explication au public, aux cadres et à ceux qui sont chargés d'appliquer cette politique. Un souci du contact direct avec le concret.

Que peut-on raisonnablement attendre de plus, moins de 2 mois après une entrée en fonction (deux mois d'été pendant lesquels, d'ailleurs, la plupart d'entre nous étaient au repos).

Écrit par : Rolin Wavre | 30/08/2012

"stigmatiser des minorités"..vous parlez donc des..criminels là, n'est-ce pas !?
"Favoriser leur (ré)insertion dans la société. Leur tendre la main si besoin est." Bien essayé, cela étant, sans vouloir "stigmatiser" pour autant, je doute qu'un lyonnais venu faire "son shopping" à Genève soit tenté par toute proposition de (ré)insertion et veuille se vouer à une tâche on ne peut plus "légale" et "morale"...néanmoins, je vous rejoins sur l'aspect portant sur "la vision d'avenir" que je nommerais à titre personnel "anticiper"...c'est pourtant "simple" : gouverner, c'est (aussi) prévoir !

Vous avez également raison lorsque vous parlez d'une société qui a mal....ce dernier se propageant à la vitesse grand "V"....Enfin, vous vous trompez lorsque vous prétendez que la répression n'a guère d'effet : pour preuve, la politique menée en son temps par un certain Guiliani, Maire à New-York avec les (bons) résultats-effets que l'on connait. L'angélisme n'a malheureusement de place qu'au sein d'une société civilisée et respectueuse des lois. Bonne continuation

Écrit par : Lord St Clair | 30/08/2012

On voit aujourd'hui le résultat de 30, 40 ou 50 ans d'angélisme, de main tendue, d'écoute, d’accompagnement psychosocial, d'empathie, de sanctions pénales inexistantes ou risibles, de laissez-faire et tous ces efforts d'âmes sensibles au grand coeur. Comme on dit en bon genevois, "'faut arrêter !"

Écrit par : Ashwani Singh | 30/08/2012

Lord St. Clair : Non, mais leur nationalité est bien souvent utilisée comme épouvantail...

Écrit par : Grégoire Barbey | 30/08/2012

"Il faut aider ces gens. Favoriser leur (ré)insertion dans la société. Leur tendre la main si besoin est"...si ça ce n'est pas des vieux clichés, entendus, réentendus à en avoir la nausée, la plupart du temps avancés par une Gauche dégoulinante d'angélisme...qu'est-ce que c'est?
Vous vous êtes trompé d'époque...vous auriez dû vivre votre jeunesse à Woodstock!!! Mais, bon, on dit bien qu'il faut que jeunesse se fasse.

Écrit par : Joe | 30/08/2012

Cher Joe,

Vous ne me connaissez pas, vos jugements sont péremptoires. Je ne suis clairement pas de ceux qui passeraient ne serait-ce qu'une journée dans des lieux comme Woodstock.

Mais réfléchir, c'est difficile.

Bonne journée.

GB

Écrit par : Grégoire Barbey | 31/08/2012

Cher Grégoire,
Pouvez-vous laisser au nouveau conseiller d'Etat quelques minutes? ou le temps d'une respiration profonde? Il n'est à la tête du nouveau département que depuis fort peu.
Amitiés

Écrit par : NIN.À.MAH | 01/09/2012

Cher Grégoire,

Je constate que tu as sombré dans la très dogmatique théorie socialiste de la prévention criminelle. Ton article m'a fait sourire car il m'a rappelé mes cours de criminologie enseigné par un Professeur connu pour un adepte de ce que nous appelerons l'angélisme.

Je me demande comment tu peux parler de "réinsertion" et tout le bla bla alors que l'on sait que la criminalité à GE est souvent extérieure au canton ( les lyonnais ).

L'angélisme ayant vécu (merci au CP de 2007), il est maintenant temps de tester de nouvelles mesures. L'exemple de Giuliani me parait assez bon et prouve que la tolérance zéro n'est pas uniquement mauvaise.

Une petit rappel cependant: (http://www.24heures.ch/vaud-regions/Pour-les-gangs-lyonnais-la-Suisse-est-un-eldorado/story/21243715).

Peut-être changeras-tu d'avis et avoueras que la seule façon d'empêcher les grands criminels endurcis de sévir consiste à les "effrayer".

La Suisse n'est plus un ilot de sécurité et il est URGENT que l'on adapte nos lois et nos procédure en conséquent!

Bref, en manquant un peu de nuance (tu sais que j'aime ça ;-) ), je dirai que ton article est juste inutile et montre bien que tu n'y connais RIEN au sujet (je ne dis pas que je suis un grand spécialiste mais ma petite expérience due à mon cursus académique me permet d'émettre un avis plus réaliste).

J'espère te revoir bientôt pour un petit débat, toujours amical et constructif!

Écrit par : Droite bling-bling | 03/09/2012

Les commentaires sont fermés.