Gregoire Barbey

07/09/2012

M. le Maudet

Article paru dans Vigousse (07.09.12), 07.09.12 09h46

 

Tête de Truc : M. le Maudet

 

A la radio, à la télé, dans la presse écrite, le jeune radical (-libéral) Pierre Maudet fait lui aussi sa rentrée. Elu le 17 juin dernier au conseil d’Etat de la République et Canton de Genève, il a hérité du Département de la Sécurité, anciennement détenu par sa camarade de parti la libérale (-radicale) Isabel Rochat. Quoique le terme « camarade » semble ici galvaudé : par de fines pirouettes métaphoriques, sans jamais la nommer, Pierre Maudet se charge de la charger. Entre les lignes, il rappelle à quel point elle a merdé sur toute la ligne. Et il signale à tous, flics, électeurs, journalistes, qu’une mission immense lui échoit : affronter un marasme sans fond en reprenant les rênes de la police.

Mix & Remix
Il faut dire qu’il s’y connaît en discours politique : à 15 ans il créait le Parlement des jeunes, à 21 ans il était élu conseiller municipal de la Ville de Genève, à 26 ans il était désigné vice-président du parti Radical, à 27 il était président, à 29 ans il était conseiller administratif de la Ville de Genève, à 33 ans il était réélu, à 34 ans il était maire et hop, le voilà conseiller d’Etat. D’aucuns lui prédisent déjà un brillant avenir national. Inutile de préciser qu’il en fait partie. Mais un bête siège de conseiller fédéral est-il un objectif digne de lui ? Vieux depuis l’enfance, Maudet l’affirme en effet tout de go dans Le Temps (30.08.12) : il « ne travaille pas pour la prochaine élection, mais pour la prochaine génération ». Le canton, le pays et l’univers sont donc sauvés.


C’est qu’il aime les grands défis, et il aime que ça se sache. Il souligne à ce propos qu’il a lui-même réclamé le Département genevois de la Sécurité, dont ses prédécesseurs avaient écopé la mort dans l’âme. Attention, y voir de l’arrogance serait une lourde erreur d’appréciation. Maudet c’est Maudet, les autres sont les autres, un point c’est tout. Même s’ils furent vraiment très médiatiques, son récent pacte avec le procureur général Olivier Jornot puis sa prestation de vedette devant 1100 policiers à l’Arena de Genève ne sont aucunement des coups médiatiques. Ce sont des actes pour le bien commun. Mais si.


Au fond, Pierre Maudet n’a pas les dents longues. Tout ce qu’il désire, c’est œuvrer pour la collectivité (et pour la prochaine génération). Il est dévoué et il est modeste, Maudet : les feux de la rampe, les effets de manche et les chœurs de louanges d’une presse aux anges, tout cela le gêne énormément. Mais il s’y résigne avec courage : il le sait, la politique impose parfois des sacrifices.

 

Grégoire Barbey

15:04 Publié dans Journalisme | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | | | |

Commentaires

Mon pauvre garçon, c'est difficile d'imiter pareillement votre mentor valaisan... Allez, tâcheron, encore une vingtaine d'années d'apprentissage et vos écrits pourront effleurer la cible de votre amertume pseudo-intellectuelle. Courage, garçon!

Écrit par : Bob | 07/09/2012

Sombres balivernes, Bob. Je n'ai aucun mentor valaisan.

Écrit par : Grégoire Barbey | 07/09/2012

Pourquoi aimons-nous tous autant Monsieur Maudet ? Est-ce dû à son charisme, son élégance, son talent, sa physionomie, son ouverture d'esprit ou encore à cette modestie qui le rend si près des gens dont il est le porte-parole ? Personnellement, c'est mon intuition qui m'a fait penser que cet homme avait tout pour "aller loin". Il me semble que mon intuition ne m'a pas trompée.

Écrit par : Myriam Hagen | 07/09/2012

Intuition partagée dès les premières minutes que j'ai fais sa connaissance il y a longtemps! Doué d'une comm' parfaite, un sens des responsabilités qui n'a peu d'égal, une volonté de gouverner (et non de régner simplement), il est rompu aux partiques regaliennes, avec une intuition fulgurante qui le fait embrasser tout sujet aussi complexe soit-il en un éclair. Droit dans ses bottes, il reste lui-même en toute circonstance, même dans les moments de décision les plus importants.

Écrit par : Micheline P. | 07/09/2012

Qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas, Maudet est un type brillant, point barre.

Il faut bien admettre que la comparaison avec ses petits "camarades de jeu" est cruelle pour nombre d'entre eux !

Écrit par : A. Piller | 07/09/2012

PD n'est-il pas votre idole/mentor?...allons allons jeune Grégoire...même la forme de vos billets ...."sur le vif + date et heure"...
Vous êtes un sacré rigolo. D'ailleurs, à bien des égards, ce billet pourrait être votre auto-portrait. Modeste le Grégoire...

Écrit par : Joe | 08/09/2012

Fervente lectrice de Grégoire Barbey, je suis toujours heureuse de retrouver son trait de plume précis, simple et direct, permmettant aux lecteurs d'accéder à des synthèses de textes complexes. Je me permets de le remercier pour son travail d'écriture pertinent et instructif.

Écrit par : Juliette Manoni | 12/09/2012

Chère Juliette,
Je vous remercie de votre commentaire qui me touche par son contenu élogieux. Je suis très content que mon travail vous plaise et vous donne envie de le lire régulièrement.
Avec mes meilleures salutations,
Grégoire Barbey

Écrit par : Grégoire Barbey | 12/09/2012

Les commentaires sont fermés.