Gregoire Barbey

15/09/2012

Des arguments fumeux pour justifier la liberté de fumer

Chronique, 15.09.12 16h08

 

La confrontation des arguments fait rage. D’ici au 23 septembre, le Peuple suisse est appelé à se prononcer sur plusieurs objets. Notamment une votation qui fait couler beaucoup d’encre et de salive : l’initiative populaire « Protection contre le tabagisme passif ». Sans considérer s’il faut l’accepter ou la rejeter, il est toutefois intéressant de se pencher sur quelques arguments redondants qui s’opposent à cette réglementation plus stricte des espaces de travail et des lieux fermés.

 

Il y a tout d’abord ceux qui, dans leur intérêt (ce sont des fumeurs), procèdent à un déni de réalité. Parmi eux, le sérénissime Maître Bonnant*, Marc de son prénom : ses diatribes, relayées par toute la presse, méritent quelques égards. C’est évidemment culotté d’affirmer qu’à l’heure actuelle, rien ne saurait démontrer une relation de cause à effet entre la fumée passive et l’augmentation des cancers. Cet individu, iconoclaste, n’hésite pas non plus à argumenter que chacun est en droit de choisir ses dépendances et sa mort. Certes, dans une certaine mesure, c’est juste. Sauf lorsque ce choix a des conséquences sur la santé des autres. Et puis, Maître Bonnant prend également la position du défenseur des opprimés : ceux qui sont consentants, qui acceptent d’être en compagnie de fumeurs, eux, l’Etat n’a pas le droit de les en empêcher.

 

Ce serait vrai s’il n’y avait pas autant de fumeurs, et qu’un véritable choix pouvait se faire. Or, actuellement, refuser de s’exposer à la nocivité du tabac restreint très largement sa sociabilité. Le seul moyen donc, pour que les non-fumeurs ne soient pas injustement exposés aux désagréments de la fumée bon gré mal gré, est de légiférer et d’interdire purement et simplement la consommation des substances incriminées. D’autres arguments souvent ressassés concernent les autres formes de pollution : les gaz d’échappements, la nourriture, les produits chimiques dans nos boissons, etc. Effectivement, nous sommes continuellement soumis à de nombreuses sortes d’atteinte à notre santé. C’est une raison de plus pour en restreindre les formes qui peuvent l’être.

 

Bien sûr, il y a des personnes qui ne sont véritablement pas dérangées par la présence de fumeurs. J’en fais partie. Et ceux qui, comme moi, n’y voient pas toujours un inconvénient majeur, continueront à tolérer ce vice chez leurs interlocuteurs, législation ou pas. Pour tous les autres, à savoir la majorité, puisque les fumeurs sont une minorité, il est tout à fait compréhensible de ne pas leur infliger des dommages auxquels ils ne consentiraient pas en possession de leur liberté de choix. Dans une société comme la nôtre, où les fumeurs sont très répandus, cette liberté est évidemment malmenée, pour ne pas dire quasiment inexistante. Bien que je sois également favorable à la sauvegarde des libertés individuelles, j’ai conscience que nous vivons dans un Etat de droit, lequel permet aux individus de vivre dans une communauté où chacun est tenu de se respecter et de respecter autrui. Alors la doctrine ultralibérale qui consiste à refuser toute restriction aux libertés individuelles, je ne la cautionne pas. C’est un excès, et comme tous les excès (le tabac, l’alcool, la drogue), cette doctrine respectée à la lettre peut conduire à des effets indésirables. Mais j’invite néanmoins chaque électeur à voter, le 23 septembre prochain, en son âme et conscience.

 

*nom connu de l’auteur 

Grégoire Barbey

16:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

Commentaires

Audiatur...et altera pars...

Le site libertaire de notre association présente tous les jours des arguments raisonnés contre l'hystérie tabacophobique en provenance du New Age américain, cela depuis février 2008:

http://www.lesdissidentsdegeneve.ch

Nos buts idéaux:

a) D’une façon générale, défendre le principe fondamental du respect et des
libertés vis-à-vis des restrictions et limitations dont celles-ci font l’objet de façon de plus en plus marquée, notamment envers les fumeurs.

b) Prévenir, dénoncer et combattre le harcèlement des citoyens et des
habitants aux prises avec des abus technocratiques imposés par des
administrations ou des autorités investies de la puissance publique.

c) Etablir un système de veille sur les « technologies émergentes » dites NBIC
(nano-technologies, biotechnologie, technologies de l’information, sciences
cognitives, biométrie, etc.), en dénoncer publiquement et combattre le
caractère abusivement intrusif dans la sphère privée des individus chaque
fois que nécessaire.

d) Maintenir et promouvoir les droits de mobilité et de stationnement des
habitants et citoyens sur le domaine public pour leurs activités
professionnelles, économiques, culturelles, sportives, sociales, familiales et
de loisirs ; lutter de la façon qu’il conviendra pour que Genève soit une ville
propre, libre et accueillante.

Les DDG sont "membre associé" de la TICAP (The International Coalition Against Prohibition):

http://www.antiprohibition.org/

Notre association des DDG ne reçoit pas de fonds des tabaquiers.

Écrit par : jaw | 16/09/2012

Je suppose que vous habitez ou travaillez en ville de Genève. Si tel est le cas sachez que vous mourrez probablement plus vite car intoxiqués par les gaz d'échappement des voitures diesel immatriculées en France voisine que par la fumée passive ou par la fumée tout court.

A noter qu’au restaurant je suis importuné non par la fumée mais par les parfums utilisés par ces dames, des effluves de chèvrefeuille. Quant aux hommes c’est une débauche de fumet sentant le cuir de Russie, les balafres, le diesel ou autres les balles de tennis.

Écrit par : Le passant ordinaire | 16/09/2012

@Greg n'oubliez pas l'intoxication neuronale d'internet poussant les gens à supprimer tout et n'importe quoi sur un simple clic,ensuite on s'étonne du nombre de vies humaines si vite bouzillées.Pas étonnant ce mot supprimer est aussi toxique que le mot expulsion dont sont victimes les fumeurs comme des malpropres mais au moins peuvent -ils etre de tout coeur avec les Roms leur ressenti étant le même,alors au diable les théories.Surtout qu'en fumant on ne pourri par le cerveau des autres à coup de chantage ou autres manipulations mentales toutes aussi aussi tueuses que le tabac
Internet coute ,le tabac permet de renflouer les caisses AVS.Et si cela dérange la gauche que ceux qui préférent discuter que travailler aillent au turbin ensuite ils pourront distiller leurs conseils datant du temps des cavernes/rire

Écrit par : lovsmeralda | 16/09/2012

Les commentaires sont fermés.