Gregoire Barbey

19/09/2012

La contre-liberté de la presse française

 

Chronique, 19.09.12 20h22

 

Le monde arabe est en ébullition depuis la publication d'un film qui caricature la vie du prophète de l'Islam, Mahomet. Des morts, pour un navet qui devrait faire rougir de honte ses réalisateurs et faire mourir de rire ceux qui l'ont regardé. Au lieu de ça, la réalité fait que des gens meurent, pour de vrai. Ces réactions, disproportionnées, les Occidentaux seraient bien malvenus de les juger selon leurs référentiels, en voulant projeter leurs valeurs sur des sociétés qui ne sont pas basées sur les mêmes piliers que les nôtres. Juger, c'est facile. Comprendre, cela demande de la réflexion, et du temps. Un peu de jugeote, aussi.

 

Et puis il y a cette presse française, qui se veut libérée, à contre-courant, drôle également : Charlie Hebdo, entre autre. Pour montrer que rien ne l'arrête, cette fameuse presse décide de rajouter de l'huile sur le feu. Ben oui, vous savez, il faut rire de tout. Même si des gens crèvent en conséquence, la presse, oui Madame, oui Monsieur, ça ne doit pas être muselé. Et puis Charb, le dessinateur qui avait déjà publié par le passé des caricatures de Mahomet, il faut dire qu'il ne craint rien. Il le dit d'ailleurs lui-même. Sauf peut-être les lois de la République.

 

Sauf qu'il ne s'agit pas de liberté de presse. N'importe qui, en France comme en Suisse, peut, s'il le veut, publier des caricatures de tel ou tel prophète. Même de telle ou telle personnalité politique. Il n'y a, à vrai dire, aucun courage à faire cela. C'est de la provocation pure et simple, qui se veut dans le trend de l'actualité. Mais, mon bon Monsieur, il ne faut pas seulement surfer sur les événements. Il importe de réfléchir aux éventuelles conséquences de nos choix. La presse peut, à proprement parler, tout dire. Seules les auto-censures ont un réel pouvoir d'obstruction.

 

Ce qu'a fait Charbet son canard – sous couvert de liberté, de refus d'être censuré, c'est simplement un coup marketing. Et ça fonctionne, puisque nos journaux annonçaient déjà, en fin de journée, que Charlie Hebdo était en rupture de stock. Cela n'a rien de reluisant d'attiser les conflits et de se cacher derrière des valeurs qui seraient, à entendre certains, en danger. Il est important de ne pas céder à la facilité pour ensuite plaider non-coupable. C'est trop simple, et ça n'apporte rien au débat. C'est dommage, mais il est vrai que l'on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. Par moment, faire preuve de retenue, c'est sûrement le meilleur témoignage d'une liberté réelle : de ne pas s'inféoder à l'actualité pour sauter sur l'occasion et braver les interdits. Savoir passer l'éponge, c'est démontrer, en plus de liberté, une intelligence et une responsabilité devant l'humanité. Or là, Charlie Hebdo a fait tout le contraire. Tant pis, ce sont de grandes personnes, ils assumeront en cas de nécessité. Mais les questions se posent malgré tout.

 

Grégoire Barbey

20:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | | | |

Commentaires

"c'est simplement un coup marketing."

Si c'est un expert qui le dit...

Et vous ne saviez pas que nous vivons dans une société marchande et spectaculaire...?


"Même si des gens crèvent en conséquence, la presse, oui Madame, oui Monsieur, ça ne doit pas être muselé."

Au nom de la liberté, il se passe bien pire. Avez-vous déjà compté le nombre de morts sur les routes au nom de la "liberté" de rouler à tombeau ouvert? Cette liberté aussi "ne doit pas être muselée".

Dans le cas de Charlie, ce n'est pas sa responsabilité, c'est la responsabilité de ceux qui tuent, des obscurantistes totalitaires. Etes-vous prêt à vous prosterner devant eux?

Écrit par : Johann | 20/09/2012

Si c'est du marketing, et bien, il y a quelques décennies que cela dure. Vous êtes trop jeune pour avoir connu Hara Kiri et les débuts de Charlie Hebdo, sinon vous auriez pu écrire la même chose chaque semaine: un seul exemple, lors de la mort de Sartre, "Sartre lègue ses yeux à la science" avec pour dessin la présentation d'un plateau avec une paire d'yeux atteints de strabisme.
Pas de défilés, pas d'incendies, pas de bombes, pas de morts, et pourtant Sartre était un véritable prophète pour beaucoup ...
Coup de pub? Exploitation d'un événement grave? Certainement, car c'est ainsi que se vendent les journaux et les hebdomadaires. Sauf, peut-être l'organe officiel du Vatican.

Écrit par : Mère-Grand | 20/09/2012

Oui, mais quand j'ai dit que la politique culturelle de Mitterrand avait été nulle, on a poussé des cris d'orfraie. Et en France, on ne touche pas à Jules Ferry, non plus: c'est un prophète absolu. Alors bon. Juger les autres, c'est facile.

Écrit par : Rémi Mogenet | 20/09/2012

"Juger, c'est facile. Comprendre, cela demande de la réflexion, et du temps. Un peu de jugeote, aussi."
Hihi...

Écrit par : Géo | 20/09/2012

"Tant pis, ce sont de grandes personnes, ils assumeront en cas de nécessité. Mais les questions se posent malgré tout."

En un peu plus édulcoré que les menaces proférées par ces demeurés mais le fond y est quoi.

Il semblerait donc que vous préconisiez l'ouverture d'un débat responsable - c'est bien - mais le problème réside dans le fait que vos propos induisent déjà à conclure, si l'on tient compte de la réalité de la nature humaine, à la pénalisation du blasphème.

Selon ce même principe, ambigu pour le moins, la première secrétaire du PS Français a intronisé d'autorité son favori alors que le PS danse depuis plus d'une année sur l'air de la démocratie participative et du vote des militants.

Voyez l'analogie, peut-être ? Bref, c'est fromage ou dessert.

Écrit par : Giona | 20/09/2012

Des Mauritaniens se désolidarisent de la vengeance

En réaction aux violences suscitées par le film islamophobe « L’innocence des musulmans », les principales associations mauritaniennes des droits de l’Homme et de promotion de l’égalité viennent de publier une déclaration à contre-courant de l’opinion dominante dans le pays.

Intitulé « Halte à la régression primaire en Islam », le texte rappelle que le Prophète Mohamed a été durement critiqué et combattu de son vivant sans que de tels conflits n’entraînent un appel au meurtre. Les auteurs réprouvent l’intolérance religieuse où la communauté des croyants s’égare, de plus en plus, de même qu’ils dénoncent les tentations xénophobes à l’œuvre dans les démocraties de tradition judéo-chrétienne. Enfin, ils confortent le primat d’un sacré laïc où la liberté d’expression, le droit à la vie et le respect de l’étranger tiennent lieu de valeurs cardinales.

Texte intégral



Halte à la régression primaire en Islam !

Suite à la diffusion, sur internet, d’extraits d’une parodie de la vie du Prophète Mohamed (Psl) réalisée par un homme prosélyte islamophobe, de nationalité égypto-américaine, l’indignation et la colère s’expriment depuis quelques jours et à des degrés variables, dans l’ensemble du monde musulman. Les scènes habituelles de défoulement à proximité immédiate des ambassades ou représentations d’intérêts des Etats Unies d’Amérique semblaient soutenables dans les limites de la police du maintien de l’ordre.

Or, dans la soirée du 11 septembre, date symbolique dans l’histoire du terrorisme religieux, des hommes armés de lance-roquettes, s’attaquent au Consulat américain à Benghazi ; ils assassinent 4 expatriés dont Christopher Stevens, l’Ambassadeur en titre, un homme de conviction, amoureux du monde arabe à la manière des grands orientalistes, tôt engagé, avec les manifestants, aux premières heures de la révolution contre le clan Kadhafi.

Ainsi, les assaillants violaient-ils les conventions de Genève et de Vienne sur les privilèges et immunités diplomatiques qui sont le socle même de la réciprocité et la garantie de la paix dans les relations internationales. Réputés salafistes, d’inspiration Wahhabite, ils expriment le mépris pour la vie humaine et le rejet, absolu, de toute forme de tolérance et de liberté en dehors de leur acception intolérante et rigide d’un Islam de la conservation, moraliste et résolument tourné vers la pulsion de mort. Leur propension à vider la religion de sa spiritualité pour la réduire à une machine sociale d’uniformisation viole l’héritage positif et rationnel, produit le long des siècles de quête, par des générations de croyants, d’un équilibre renouvelé entre l’esthétique, l’accomplissement personnel, le culte et la foi.

Le Prophète (Psl), de son vivant, a été conspué, moqué et insulté, sans que ses détracteurs n'en périssent pour autant ; jamais n’encourageait-il la rupture du pacte de l’Aman dont découle, aujourd’hui, la protection des diplomates et des émissaires. Le salafisme est devenu la maladie infantile de l’Islam et la honte des musulmans. Pour une caricature, un mot de travers ou un détournement d’image, la réaction désormais banalisée au sein de cette obédience, réside dans le réflexe du meurtre, sans autre forme de procès, bien à l’abri des plus élémentaires commandements de la civilisation.

Devant la gravité de l’évènement et la probabilité de sa récurrence, les associations signataires tiennent à assumer, collectivement, la position dessous :

- Nous réprouvons, avec force, la provocation souvent portée par des aventuriers racistes qui rêvent de pureté judéo-chrétien en Occident et se complaisent dans le relativisme culturel ;

- Nous refusons l’élimination physique de la personne quel qu’en soit la faute ou l’intention.

- Nous reconnaissons, aux non-musulmans, le droit à la différence et la faculté, sacrée, de vivre leur incroyance.

- Nous leur devons respect, asile et protection, quand ils s’installent parmi nous, d’ailleurs sans aucune obligation, pour eux, de nous complaire.

Nouakchott, le 14 septembre 2012

Signataires :

Association Mauritanienne des Droits de l’Homme (AMDH)

Association des Femmes Chefs de Familles (AFCF)

Comité de Solidarité avec les Victimes des Violations des Droits de l’Homme (CSVVDH)

Conscience et Résistance (CR)

Forum des Organisations Nationales des Droits de l’Homme (FONADH)

Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA- Mauritanie)

Ligue Mauritanienne des Droits de l’Homme (LMDH)

SOS-Esclaves

Source : www.kassataya.com

Écrit par : boula | 20/09/2012

"Même si des gens crèvent en conséquence, la presse, oui Madame, oui Monsieur, ça ne doit pas être muselé."

Non, cher Monsieur, personne n'est mort ni ne mourra "en conséquence" des dessins publiés par Charlie Hebdo ou du film "Innocence of Muslims". Des gens sont morts, et d'autres mourront probablement, parce que des fanatiques enragés se sont déchainés et ont décidé qu'assassiner des innoncents était une bonne manière de manifester leur désaprobation. La nuance est importante.

Écrit par : J | 20/09/2012

Les Mauritaniens ci-dessus : chapeau!

Écrit par : Johann | 20/09/2012

"Sauf, peut-être l'organe officiel du Vatican." Normal il est au chaud dans le calbut de Ben Oït XVI....

Merci Mère-Grand pour cette occasion....

Écrit par : ramdam | 20/09/2012

Les commentaires sont fermés.