Gregoire Barbey

21/09/2012

Caricature Assassine

Editorial paru dans Vigousse (21.09.12), 21.09.12 10h51

 

Caricature Assassine

 

Vigousse 21.09.12

 

A l'heure où sont tapées ces lignes, on en est à douze morts. Douze morts pour cause de connerie. Un obscur abruti israélo-américain copte égyptien tourne un navet vaseux où il étale son grotesque mépris d'ignare envers l'islam, et voilà le monde arabe en éruption pour blasphème. Cette région du monde aurait pourtant mieux à faire, par exemple assurer la transition politique qui découle du « printemps arabe ». 

Mais voilà, le sacré, c'est sacré, on ne badine pas avec ces choses-là. Ils ont beau avoir vu le film sur internet, le « progrès » technologique et l'accès au monde n'amenuisent en rien la rage religieuse, attisée par des manipulateurs de foules aussi cyniques qu'efficaces.

D'un côté, le pasteur fanatique Terry Jones, les décérébrés du Tea Parti, les juifs extrémistes, les fous de la Bible, les convaincus que Dieu est américain. De l'autre, les barbus coraniques et les gens incultes prompts à les suivre dans la violence haineuse. Ainsi s'affrontent, par satellite, des dogmes médiévaux. Et il suffit d'un rien, d'un film ridicule, d'une provocation fangeuse (et peut-être calculée) pour que la religion tue.

Le sacré, cela dit, n'est pas toujours religieux. En Suisse aussi, il fige le XXIe siècle dans le passé, aveugle les esprits, paralyse toute évolution. Le secret bancaire, l'armée ? Pas question d'y toucher, c'est sacro-saint. La raison et la clairvoyance n'y peuvent rien, c'est une affaire de culte. Tout comme le mythe, profondément enraciné, d'un pays fondamentalement différent des autres, et forcément meilleur. Mais au moins, en Suisse, on ne s'entretue pas pour des questions de foi. Du moins depuis 1847.

Ailleurs dans le monde, les événements de ces jours-ci montrent à quel point le sacré peut être meurtrier. C'est que le sacré, par nature, ignore le rire. Sans quoi, face à ce film tellement bête qu'il ridiculise avant tout son auteur, les musulmans ne feraient que mourir de rire, au lieu de mourir tout court.

 

Grégoire Barbey

11:00 Publié dans Journalisme | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | | | |

Commentaires

Au-delà du sens explicite de vos phrases, on pourrait y voir autre choses en comptant de façon purement factuel et sans plus d'analyse les qualificatifs que vous attribuez aux uns et aux autres.

Pour les producteurs du film et leurs (supposés) complices, 12 termes plutôt violents:

connerie
obscur abruti
navet vaseux
grotesque mépris d'ignare
pasteur fanatique
décérébrés
juifs extrémistes
fous de la Bible
film ridicule
provocation fangeuse
film tellement bête
ridiculise avant tout son auteur

Pour les saccageurs, meurtriers et leurs soutiens, 6 termes plutôt généraux:

rage religieuse
manipulateurs de foules
aussi cyniques qu'efficaces
les barbus coraniques
gens incultes
violence haineuse


En étiez-vous conscient ? En tirer vous une conclusion sur votre propre pesée des valeurs entre le meurtre et la caricature provocatrice ? Ou est-ce dicté par la peur (franchement) ?

Bonne journée.

Écrit par : Eastwood | 21/09/2012

Je ne les ai pas compté, malheureusement. Mais à moins que vous soyez adepte des théories psychanalytiques sauce Freud et consorts, je n'y vois guère de problème.

Écrit par : Grégoire Barbey | 21/09/2012

Si vous n'y voyez pas de problème et si vous preferez fermer les yeux sur ce qu'indique ce decompte purement factuel (qui n'a rien de psycho-esoterique)... libre a vous.

Dommage que c'est en total contradiction avec votre slogan "osez penser par soi même".

Écrit par : Eastwood | 21/09/2012

C'est vous qui décidez cela. Les éditoriaux et autres publications font toujours l'objet de relecture (voire de remaniements) avant d'être mis sous presse.

Écrit par : Grégoire Barbey | 21/09/2012

Pas compris le sens de votre remarque, c'est votre signature ou un edito collectif ?
Ceci dit il est bien dans le ton majoritaire de la presse mainstream bien pensante... donc non seulement en contradiction avec votre slogan, mais encore plus avec la pretention 'satirique' du Vigousse.

Écrit par : Eastwood | 21/09/2012

C'est votre avis. Il me semble qu'en général, la position de Vigousse, face au sacré, est équivalente à mon éditorial. Et non, c'est mon édito, signé par mon nom. Simplement s'il n'avait pas plu, il ne serait pas passé.

Écrit par : Grégoire Barbey | 21/09/2012

"Un obscur abruti israélo-américain copte égyptien"

Que vient foutre Israël dans l'origine de ce crétin ?

Il a pourtant été formellement identifié comme étant Nakoula Basseley Nakoula alias Sam Bacile, un Copte (chrétien d'Egypte), Egyptien naturalisé Américain, accessoirement c'est aussi un repris de justice condamné à 20 mois de taule pour escroquerie bancaire.

"Il ne s’appelle pas Sam Bacile

Même s’il s’en défend encore, Nakoula Basseley Nakoula a été débusqué et démasqué. Il n’est pas juif mais chrétien copte d’origine égyptienne, auteur de nombreuses escroqueries impliquant de fausses identités qui lui ont valu de la prison par le passé."

Écrit par : Giona | 21/09/2012

Les commentaires sont fermés.