Gregoire Barbey

21/09/2012

Défense de contester les voies

Article paru dans Vigousse (21.09.12), 21.09.12 10h28

 

Passage sous voix Le Peuple neuchâtelois vote dimanche sur le projet de RER Transrun. Face aux opposants, le conseiller d'Etat Claude Nicati, locomotive du projet, a parfois tendance à dérailler.


Comme il s'en est vanté dans la presse lors de sa dernière élection, le conseiller d'Etat PLR neuchâtelois Claude Nicati, en charge du département de la gestion du territoire (DGT), est un homme très indépendant d'esprit. De fait, en vue de la votation sur le projet de RER local Transrun, il a usé de méthodes très originales pour museler les opposants.

 

Il a d'abord menacé le député Yvan Botteron lors d'une séance du Grand Conseil en lui faisant « comprendre sans détour que [sa] position contre le projet du Transrun n'était pas compatible avec [son] mandat d'administrateur des Chemins de fer du Jura (CJ) ». C'est ce que précise ledit député dans un courrier adressé au Conseil d'Etat. En d'autres termes, Claude Nicati a tenté d'exercer une pression sur le vote d'un élu du peuple, en dépit de la Constitution neuchâteloise qui stipule, article 54 : « Les membres du Grand Conseil délibèrent et votent sans instructions. »

 

Yvan Botteron ne s'est d'ailleurs pas laissé intimider. Il a maintenu sa ferme opposition. Nicati l'a donc viré comme un malpropre du conseil d'administration des CJ par une lettre en courrier B. Elégant. Le motif de cette sanction est précisé noir sur blanc : « Dans le prolongement des deux entretiens que vous avez eus avec le soussigné, je vous confirme que la position que vous défendez devant le Grand Conseil et devant la population dans le cadre du dossier RER (...) me pose problème. (...) Je me vois dans l'obligation de vous retirer le mandat de représentation au sein du conseil d'administration des CJ avec effet immédiat. » Autrement dit, un renvoi pour délit d'opinion. Voire crime de lèse-Nicati.

L'ennui, c'est que le mandat d'administrateur d'Yvan Botteron lui avait été délivré par un arrêté du Conseil d'Etat, daté du 28 octobre 2009. Claude Nicati n'avait donc aucunement la compétence de le révoquer tout seul et sous son unique signature, aussi auguste soit-elle. Qu'à cela ne tienne, dans leur louable souci de collégialité, les autres membres du Conseil d'Etat ont donné raison à leur collègue, après coup, malgré les plaintes motivées de la victime.

 

Par ailleurs, les opposants au projet Transrun ont dû, comme il se doit, transmettre leur argumentation pour la brochure officielle « Vot'info ». Mais là aussi, on ne saurait braver impunément l'avis des autorités. Le député Raymond Clottu s'est ainsi vu refuser sa copie, qui présentait les raisons des adversaires du projet. Motif : « La loi prévoit une information objective des citoyens et non hypothétique. » Agacé, Clottu a téléphoné au secrétaire général de la Chancellerie d'Etat, Pascal Fontana, duquel émanait ce refus. Il lui a signifié qu'il ne changerait pas une ligne aux arguments énoncés et qu'en cas de problème tout ça finirait devant la justice. Fontana, relate Raymond Clottu, se serait alors excusé, affirmant que la directive venait d'en haut. On se demande bien de qui.

Mais qu'on se rassure, Neuchâtel reste une démocratie. La liberté d'expression et la liberté d'opinion y sont pleinement garanties, pour peu que l'opinion exprimée corresponde à celle de Claude Nicati.

 

Grégoire Barbey

15:41 Publié dans Journalisme | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

Commentaires

Une nouvelle neuchâteloiserie...
Et dire que chaque jour la RTS aussi bien dans "Couleurs locales" que dans le TJ nous bombardent de reportages sur ce canton. Il faut faut les speaker et correspondantes jubiler lorsqu'ils peuvent "parler" de leur région.
.

Écrit par : Le passant ordinaire | 22/09/2012

" Et dire que chaque jour la RTS aussi bien dans "Couleurs locales" que dans le TJ nous bombardent de reportages sur ce canton. "

Il est vrai qu'à force d'entendre et de voir uniquement des informations concernant les cantons de l'Arc lémanique et le Valais sur les chaînes de la RTS, on avait totalement oublié l'existence des autres cantons romands ...

Merci à Grégoire de nous relayer ces informations, même si celles-ci ne sont pas de nature à nous rassurer sur le civisme des Neuchâtelois, ni sur leur perception des enjeux du projet "TRANSRUN" !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 22/09/2012

Les commentaires sont fermés.