Gregoire Barbey

22/10/2012

Limites du nationalisme industriel à la française

Article paru dans L'Agefi (22.10.12), 21.10.12 20h41

 

Le ministre français du Redressement productif Arnaud Montebourg s’est affiché vend2244551_montebourgcouvparisienmag5.jpgredi dernier en Une du Parisien magazine pour défendre le «made in France». Il y porte fièrement une marinière Armor Lux ainsi qu’une montre Herbelin tout en tenant un mixeur Moulinex. Avec en titre cette formule racoleuse: «Le made in France, il y croit».

 

Le site Antlantico.fr a néanmoins enquêté sur l’origine exacte de la montre arborée par le ministre. Bien qu’elle soit effectivement «made in France» au sens juridique du terme, ses composants proviennent majoritairement de pays étrangers. «Le mouvement à quartz de cette Michel Herbelin Newport Yacht Club est suisse (manufacture Ronda), de même que son cadran et ses aiguilles. Son verre saphir est suisse. Son boîtier et ses poussoirs ne sont pas suisses, mais pas français non plus», relève Atlantico.fr dans son article en ligne. Le site rappelle en revanche qu’il suffit de respecter deux conditions pour qu’un produit quelconque soit estampillé du label «made in France»: qu’il ait été conçu et terminé en France. C’est donc bel et bien une montre française que porte Arnaud Montebourg, mais celle-ci ne contribue que marginalement à la défense de l’industrie nationale puisque les éléments qui la composent n’en sont pas issus.


« Le mouvement à quartz de cette Michel Herbelin Newport Yacht Club est suisse (manufacture Ronda). De même que son cadran et ses aiguilles. Son verre saphir est suisse. Son boîtier et ses poussoirs ne sont pas suisses. Mais pas français non plus. »


Dans sa controversée promotion d’un néonationalisme industriel à la française, il semble que le ministre ait quelque peu oublié de vérifier la véritable provenance de ses produits. En exhibant cette montre Herbelin, c’est finalement l’excellence de l’industrie horlogère suisse que promeut Arnaud Montebourg. La Suisse, qui entretient depuis longtemps des relations difficiles avec le ministre français du Redressement productif, lui sera pour une fois reconnaissante. (GB)


Grégoire Barbey

07:57 Publié dans Journalisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonjour Grégoire Barbey,

" La Suisse, qui entretient depuis longtemps des relations difficiles avec le ministre français du Redressement productif, lui sera pour une fois reconnaissante. "

Ce serait plutôt l'inverse, à savoir le ci-devant ministre français du Redressement productif Arnaud Montebourg qui entretient depuis longtemps des relations difficiles avec la Suisse.
La Suisse quant à elle se fout éperdument de Montebourg et de ses postures ridicules pour se mettre en évidence !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 22/10/2012

Les commentaires sont fermés.