Gregoire Barbey

20/11/2012

Quel avenir pour les médias? Création d'un groupe de réflexion sur le sujet

Communiqué, 19.11.12 13h02

 

Les médias font face à d’importantes difficultés économiques. En partie notamment avec l’omniprésence d’internet. La restructuration prochaine des effectifs du quotidien Le Temps l’atteste. Mais les raisons sont beaucoup plus complexes et diversifiées. Il serait profitable de les décortiquer, de les mettre au jour afin de réfléchir à l’avenir du secteur. A son adaptation nécessaire avec les nouveaux rapports de force qui sont maintenant de la partie.

 

C’est pourquoi je propose, et ce sans grande prétention, la création d’un groupe de réflexion composé a priori de journalistes qui souhaiteraient s’interroger sur le futur de leur métier et ne pas se contenter de regarder s’enchaîner les événements. Je suis à titre personnel convaincu que nous pouvons toutes et tous amener des propositions, mettre en commun des idées, apporter des solutions aux problèmes actuellement rencontrés, notamment par la presse écrite.

 

Chacun d’entre nous possède sa propre perception des enjeux. Partager cette vision, pour la grandir, la confronter à d’autres, et créer un recueil de propositions et de constats: voilà un projet d’envergure. Ne pas penser chacun de son côté et finalement ne rien faire de ses idées, mais les déposer sur la table, pour que toutes et tous puissent en récupérer les éléments pertinents. Il ne s’agit pas de s’enorgueillir et d’imposer des solutions. Il faut être humble, et déblayer le terrain. Un tel projet a-t-il des chances d’aboutir ? Seul l’engagement de celles et ceux qui souhaiteraient en être peut y répondre. A-t-il également la possibilité de changer quoi que ce soit ? Rien n’est moins sûr.

 

Mais ne pas s’interroger sur la situation actuelle n’est pas non plus la bonne alternative, de mon point de vue. C’est en réfléchissant, en commun, que des pistes de réflexion peuvent être avancées. Si celles-ci devaient s’avérer inadaptées, qu’importe. L’essentiel, c’est d’apporter un peu de soi dans l’anticipation des changements à venir. Prendre la barre du navire pour tenter de le guider plutôt que de le laisser en proie aux intempéries. C’est ce que je vous propose à toutes et à tous. Et si mon idée vous parle, alors n’hésitez pas à me contacter pour en discuter. Je ne fais qu’apporter un projet : c’est ensemble seulement qu’il peut prendre sens. Sans votre aide, rien n’est possible !

 

Grégoire Barbey

Contact: 079 124 00 28 / gregoire.barbey@gmail.com / http://www.facebook.com/gregoirebarbey

10:15 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

Commentaires

Fraîchement licencié par Le Matin après 22 ans de fidèles et loyaux services et à la recherche d'un nouvel emploi je suis intéressé par une telle réflexion.
Vous pouvez donc sans autre prendre contact avec moi par e-mail ou par le biais de mon téléphone portable que je vous donne ci-dessous:

lolo53@hotmail.ch

079 213 36 28

Avec mes amitiés.
Laurent Guyot
Rue Louis-Favre 23
2000 Neuchâtel
$

Écrit par : Laurent Guyot | 19/11/2012

Bonne idée, rapprochez vous de Campiche et de Zaki, ils planchent déjà sur un modèle de financement alternatif. Le problème est très simple, internet permet de confronter des propagandes diverses ce qui met en lumière certaines manipulations du camp occidental. Voir le traitement des attentats du wtc en 2001 où le travail de nos journalistes s'est borné à protéger les interêts US en relayant leur propagande et perdant ainsi partiellement leur crédibilité et leur légitimité auprès d'un nombre croissant de lecteurs exigeants. Pire, ils ont activement participé à la chasse et au lynchage médiatique des informateurs dissidents sur le sujet en résumant leurs analyses à une vision paranoïaque conspirationniste. Grâce à eux l'autocensure s'est étendue au détriment de l'analyse des faits. Nos médias actuels méprisent leurs propres règles déontologiques et par là, l'opinion publique, qui le leur rend bien.

Écrit par : Alexandre Baillod | 19/11/2012

Monte un site de blogs d'information politique de qualité... Ah merde, ça existe...

Écrit par : K.Rappard | 19/11/2012

Bonjour,
C'est une bonne idée, que nous avons déjà tenté de concrétiser il y a quelques années. Je suis journaliste, indépendante maintenant, et toujours prête à réfléchir, à agir pour que ce métier puisse avoir un avenir dans des médias de qualité, quel que soit le support.
Mais bon, vous précisez "de jeunes journalistes", et je n'en suis plus depuis longtemps... Dommage que vous pensiez que seuls les jeunes sont concernés et ont des idées.
Je profite de répondre au commentaire précédent: monter des sites ou blogs d'infos de qualité, ce n'est pas un problème et oui, ça existe. La question est: qui paie pour leur contenu ? Qui finance un journalisme de qualité, car oui, il a un coût ?
Cordialement
Marie-Christine Pasche

Écrit par : Marie-Christine Pasche Hirzel | 19/11/2012

Vous vous trompez Marie-Christine. J'ai dit a priori. Mais j'ai déjà accepté l'intervention d'un confrère qui a plus de 50 ans. Vous êtes la bienvenue.

Écrit par : Grégoire Barbey | 19/11/2012

L'avenir des médias c'est la fin du support en papier pour celui du numérique. Les journalistes ne disparaiteront pas; seul le support de leurs écrits changera.

Vouloir sauver la presse écrite sur papier est un combat d'arrière garde. C'est bien dommage, car moi j'aime bien lire mon journal le matin au bistrot en buvant mon café.

Mais vu que tout le monde veut de l'info toujours plus en direct plus rapidemment grâce à leur I-Phone I-pad etc...

D.J

Écrit par : D.J | 19/11/2012

Les commentaires sont fermés.