Gregoire Barbey

02/03/2013

Rasha Alzrir est-elle celle qu'elle prétend?

Rasha Alzrir doit être libérée de sa détention administrative selon une lettre ouverte rédigée par Charly Pache et co-signée par de nombreuses personnalités. L'auteur de la lettre a signé de son titre de vice-président du Parti pirate. Contactée, la présidence du parti a été informée par Charly Pache mardi de son action. Sans que celle-ci n'ait donné son accord. Le Parti pirate a été engagé dans les médias sur cette affaire alors qu'une réunion extraordinaire du Comité directeur doit avoir lieu mardi 5 mars pour décider de donner ou non son soutien à la cause.

Rasha Alzrir est libano-syrienne, et a effectué une demande d'asile en Suisse en tant que réfugiée politique. De sources gouvernementales, la mère de Rasha est libanaise, ce qui peut fondamentalement remettre en question son statut de réfugiée politique. Rasha travaillait pour une banque syrienne. Elle a effectué ses études à Beyruth à l'American University of Beirut (AUB) en obtenant un master (environ 10.000 dollars par année). Sur son profil Facebook, les dernières publications montrent une femme qui aime les voyages. Des photos de plage et de soirées. Tout ça en 2012, alors que la guerre fait rage en Syrie depuis plusieurs mois déjà. Mais ce profil-ci est nouveau: rasha.alzrir.5. Un ancien profil, plus opaque (rasha.alzrir), existe également.

Fin octobre, Rasha arrive à Genève et fait une recherche de logement sur le site d'annonces petitesannonces.ch pour trouver un appartement. Y-a-t-il beaucoup de réfugiés qui cherchent à louer un appartement? Rasha Alzrir fait également partie du One World Leader, une association de jeunes cadres à haut potentiel soutenue par Havas.

Sa soeur, Rashda Alzrir, travaille dans une banque franco-syrienne à Abu Dhabi et mène la grande vie. Son profil Facebook montre des photos d'elle effectuant quelques voyages, dont un en Chine datant de décembre 2012 (306 photos publiées sur Facebook). Elle a suivi exactement le même cursus universitaire que sa soeur qui se termine par un master à Beyruth.

Les motivations d'une demande d'asile selon les informations recueillies soulèvent de nombreuses questions. Charly Pache s'est-il fait instrumentaliser par Rasha Alzrir et sa soeur (qui lui a téléphoné pour l'avertir que Rasha ne répondait plus au téléphone)? D'autres informations suivront. Pour l'heure, rien ne peut être exclu.

Grégoire Barbey

18:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | | | |

Commentaires

Sacré imagination ... Rasha et Rashda ... nom d'une pipe ( ou alors d'un cigare, c'est selon ) ...

J'attends la suite, pour écrire un commentaire plus sérieux ... à + .

Écrit par : Victor Winteregg | 03/03/2013

LOL MDRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR lOL

Écrit par : Patoucha | 08/03/2013

félicitations pour votre article. Il est clair qu'elle ne mérite pas le statut de réfugié politique et je dirais même que son attitude fait honte au peuple syrien qui se bat pour sa liberté. C'est devenu fréquent et même usuel de voir des réfugiés économiques usés de la demande d'asile politique pour s'installer dans un pays au détriment des vrais vrais demandeurs d'asile politique.

Écrit par : houhou | 14/03/2013

Raghda Alzrir, profil linkedin:

United Arab Emirates
Credit Analyst - Corporate Banking Group at Union National Bank

http://ae.linkedin.com/pub/raghda-alzrir/17/14a/2b5

Écrit par : Pierre à feu | 14/03/2013

c'est Barthassat qui s'y est collé à Berne pour demander la régularisation..

l'a du recevoir un coup de fil de la réfugiée du Valais: "allô quoi, non mais allô quoi!"

Écrit par : Pierre à feu | 14/03/2013

Cher Grégoire, maintenant que les événements se sont calmés, j'ai enfin du temps pour répondre.

Je dirais d'abord qu'il est facile de porter un jugement depuis le confort suisse de nos vies. Rasha a quitté le sien à cause d'un conflit fratricide qui a fait exploser une voiture piégée devant son immeuble à Damas. Je ne le souhaite à personne. Le fait que Rasha aie eu le même niveau et mode de vie que la plupart des jeunes Suisses - grâce à son travail assidu - ne lui donne pas moins le droit d'accéder à l'asile. Sinon cela voudrait dire que si une guerre éclate chez nous, aucun de nous ne pourra le demander, parce qu'à un moment de notre vie nous avons été 'privilégiés' par rapport à d'autres. C'est un faux argument. Elle n'est pas une réfugiée économique, elle vient d'un pays en guerre.

Ensuite, l'article contient de nombreuses inexactitudes :
- je n'avais pas besoin de l'autorisation de la présidence du Parti Pirate Suisse pour faire partie du comité de soutien,
- la réunion du 5 mars était une réunion ordinaire et pas extraordinaire,
- il n'y a pas d'organe nommé 'comité directeur' dans le Parti Pirate Suisse,
- Rasha n'a pas de double nationalité, elle est uniquement Syrienne,
- sa mère n'est pas Libanaise,
- sa soeur s'appelle Raghda et pas Rashda.

De plus, je ne vois pas ce que le fait qu'elle - ou sa soeur - aie fait des études et aime voyager ou s'amuser comme la plupart des jeunes de son âge change au fait qu'elle a du laisser sa vie derrière elle à cause de la guerre. Je ne vois pas non plus ce que le fait qu'elle aie voulu louer un appartement à Genève change à sa demande d'asile. Ca et le fait qu'en quatre mois de cours intensifs elle ait appris le français démontre pour moi sa vraie volonté d'intégration et de s'en sortir par elle-même, chose que l'on devrait saluer au lieu de dénigrer.

Au total en étant honnête, elle a écopé de trois semaines de prison (alors qu'elle a toujours collaboré, ne représentait pas un danger et était prête à quitter la Suisse par ses propres moyens) et d'une interdiction de territoire suisse de trois ans pour de faux motifs (elle avait un passeport et un titre de séjour valables à son arrivée en Suisse, les copies figurent dans son dossier), avec une expulsion immédiate à la clef. On se croirait dans un remake suisse du film Brazil. Ce genre de traitement incitera probablement les suivants qui auront eu vent d'histoires similaires à tomber dans la clandestinité : même si par hasard après plusieurs mois ou années ils seront contrôlés, ils risqueront au pire la même chose qu'une Rasha honnête.

Enfin, pour répondre à la question, je ne me suis fait instrumentaliser par personne, ni Rasha ni sa soeur n'auraient pu imaginer que j'allais m'indigner à ce point en découvrant ce décalage entre discours de la Suisse officielle et procédures dans les coulisses. Je la connaissais à peine lors de son incarcération. J'ai juste été touché en constatant que dans mon propre pays, le côté humain n'a plus aucun poids par rapport à des règles administratives aveugles dictées par des fonctionnaires qui ne rencontrent jamais les gens qu'ils condamnent, en plus en commettant des erreurs qui changent des vies et dont ils ne subissent jamais les conséquences.

Merci d'en prendre bonne note.

Écrit par : Charly Pache | 28/03/2013

vtwnx plantas de reciclaje de aridos en chile 62
cmsl molinos para granos

pylgaw vzik tambor magnetico y tarjeta perforada
sctioyml molinos quillota
bhkiehlnv

Écrit par : NEVAyrsd | 12/11/2013

Les commentaires sont fermés.