Gregoire Barbey

07/05/2013

Chant du cygne pour un maire amer

 

Chronique, 07.05.13

Iles de la Rade.jpg

 Iles de la Rade. Le bar est géré par le Fonds d’aide internationale au développement (FAID).
Mais il pourrait bien devoir fermer boutique suite au succès du recours de la Ville de Genève.

 

La Tribune de Genève annonçait hier sur son site internet le succès du recours de la Ville de Genève contre les Iles de la Rade, une installation éphémère où il était possible de venir pendant l’été consommer quelques rafraichissements et se remplir la panse. Grâce à Rémy Pagani (actuel maire de la Ville de Genève et instigateur de cette opposition), les Iles de la Rade ne pourront probablement plus obtenir d’autorisation pour s’établir sur leur lieu de prédilection. La raison? Rémy Pagani, dans sa grande bonté, veut «restituer l’espace et les vues aux promeneurs» et «réduire l’encombrement de la rade». Il serait essentiel de lui faire remarquer que le Jardin anglais, là où sont normalement installées les Iles de la Rade, n’est pas le lieu le plus adapté pour se délecter de la vue sur le Léman.

 

Sans compter qu’en faisant disparaître ce lieu de réjouissance éphémère, cela prive bien des citoyens (et autres touristes) d’un endroit accessible à tous les portemonnaies, qui soit à la fois agréable et convivial, et adapté à la saison de l’été. A chaque jour ensoleillé, les Iles se remplissaient à vue d’œil. Il va sans dire qu’elles répondaient à une demande des citoyens. Les en priver, c’est nier un besoin légitime: celui d’avoir des lieux agréables et originaux où se reposer, se libérer l’esprit et passer du temps loin des turpitudes du quotidien. Parce qu’à Genève, il n’est pas exagéré de dire que les lieux où sortir se réduisent comme peau de chagrin.

 

Cette propension à vouloir limiter l’attractivité festive du canton semble être un long travail de sape. Il suffit de prendre le train les vendredis et samedis soirs pour réaliser que des centaines de jeunes quittent Genève pour aller s’amuser ailleurs. Notamment à Lausanne. Mais l’inverse n’est pas vrai: ils ne sont pas bien nombreux à venir à Genève le week-end…

 

Rémy Pagani n’en est pas à son premier coup. Récemment encore, il se ventait dans le Matin Dimanche (28.04.13) – et sur une double page –, de multiplier les recours contre les constructions en Ville de Genève. Selon lui, il s’agit de prendre des décisions dans l’intérêt des citoyens. Il serait bien inspiré de comprendre qu’en moyenne à Genève, il faut entre 8 et 18 ans pour mener à bien un projet immobilier. Comment ne pas s’étonner ensuite de la hausse des prix, et de la contraction des logements vacants dans de telles conditions? Il faut bien amortir les coûts d’une façon ou d’une autre. Et plus le projet met de temps à se concrétiser, plus les loyers (ou les prix à l’achat) augmenteront significativement. C’est un basic…

 

Mais qu’à cela ne tienne, si Rémy Pagani nie la réalité, c’est son droit le plus strict. Il faudrait simplement lui rappeler quelques fondamentaux. Vouloir faire le bien des autres sans qu’ils n’aient rien demandé peut parfois avoir du bon. Sauf que le plus souvent, ces décisions n’améliorent en rien la qualité de vie du plus grand nombre. Bien au contraire. Alors, cher Monsieur Pagani, merci de penser aux badauds qui vagabondent sur les quais durant tout l’été. Mais la prochaine fois, demandez-leur s’ils apprécient un lieu sympathique sur le lac qu’ils aiment tant regarder pour étancher la soif qui les saisit après de longues ballades. Vous verrez, vous pourriez être étonné.

 

Grégoire Barbey

11:16 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | | | |

Commentaires

je pense que c'est pour rendre les quais plus disponibles pour les dealers et autres bonneteurs. Genève se distingue une fois de plus... priorités aux inutiles et surtout surtout entraves pour tous ceux qui souhaitent faire quelque chose d'utile et de sympa !

Écrit par : uranus2011 | 07/05/2013

C'est lamentable que vous optiez pour l'attaque personnelle en éludant la question de fond : Pourquoi un permis dérogatoire est accordé depuis autant d'année.

Écrit par : Djinus | 07/05/2013

Étonnant ce Maire de Genève.
D'un côté il refuse une terrasse flottante au Jardin Anglais mais approuve et subventionne le bateau "Genève" et le "bateau lavoir".

Question à 2 francs : sur ces 3 associations lesquelles sont des associations de gauche et laquelle ne l'est pas ?
Réponse : celle contre laquelle un recours a été lancée ? Non, ne me dites pas ça !

Écrit par : Philippe C. | 07/05/2013

@Philippe C.
Ne vous étonnez pas car, souvenez-vous, il a aussi refusé le pont Wildsdorf !!
Ce type est sans-gêne car il gare sa Volvo sur les trottoirs à côté de la BCGe de la Jonction quand il va à la banque ou il roule sur les trottoirs, devant la poste de la Jonction en vélo en bousculant les piétons. J'en ai fait l'amère expérience !

Écrit par : Mélusine Anfaillite | 07/05/2013

"Récemment encore, il se gaussait [...] de multiplier les recours"
Se gausser = se moquer => "Il se moquait de multiplier les recours"...

"la contraction des logements vacants"
Les trois pièces deviennent des studios en vieillissant ?

"C’est un basique"
un basique...

"une installation éphémère "
Depuis 9 ans...

Écrit par : Plouf | 07/05/2013

Il vous reste le futur Bar à Whisky , à condition d'utiliser des ice cubes du Show Lémanique.

Écrit par : briand | 07/05/2013

Ce type d'exploitation a été installé il y a quelques années par le restaurateur Chevrier. L'endroit était convivial et propre, mais les prix à hauteur d'un certain standing. Ensuite Chevrier a "vendu" le concept. Depuis, le site s'est dégradé et c'est un peu n'importe quoi aujourd'hui. Donc, les autorités ont bien raison de déblayer ce genre de barques, quitte à proposer d'autres lieux.

Écrit par : Barbarella | 09/05/2013

Monsieur Pagani est un nuisible et comme bien des nuisibles il vit de ceux auxquels il nuit.

Toute cette gauche caviardo bobo est nuisible mais elle a su noyauter les quartiers popu en leur promettant monts et merveilles.

La plus grosse erreur de la constituante est de ne pas avoir mis cette verrue qu'est la ville de Genève en pièces et la réduire à la taille d'un croupion.

J'espère bien que le conseil d'Etat va le démettre dans l'affaire des TPG. bon débarras. La question est de savoir si ce conseil d'Etat sera aussi courageux qu'il a été veule dans l’affaire de Vernier, montée de toutes parts par les amis de Pagani en association avec les verts et les roses pour barrer la route à Cerutti!.

Rien n'est moins sûr, les bourgeoins n'ont rien dans le futal!

Écrit par : G Dubouloz | 10/05/2013

J'ai oublié de préciser que Pagani, s'il est amer pourra toujours jeter une bouteille...... à la maire Salerno, elle adore ça avec sa copine de neûche!

Écrit par : G Dubouloz | 10/05/2013

"Récemment encore, il se ventait dans le Matin Dimanche"

En effet, il vente beaucoup, le Pagani. Un gars venteux comme ses discours...

Écrit par : plouf | 11/05/2013

Les commentaires sont fermés.