Gregoire Barbey

18/05/2013

Le Municipal et la rhétorique du ridicule

Chronique, 18.05.13

260195_344290372329571_2059220255_n.jpg

Conseil municipal de la ville de Genève. A trop vouloir faire les singes,
nos représentants vont finir par en perdre totalement leur crédibilité.

 

Je l’avais bien entendu l’autre soir depuis ma place à la tribune presse du Conseil municipal: dans le brouhaha environnant, un élu MCG a menacé d’arborer des croix gammées sur son bureau en réponse aux affichettes de la gauche pour la journée internationale contre l’homophobie. On peut dire ce que l’on veut de l’attitude des élus socialistes et verts. Mais la réaction du MCG est tout simplement inacceptable. Outre ceux qui veulent absolument souligner le fait qu’aucune affiche n’a lieu d’être au sein de l’hémicycle, il est des mots que la démocratie ne peut souffrir. Et des maux dont elle doit impérativement se passer.

 

Il est tout bonnement intolérable d’entendre de telles revendications. Il ne s’agit pas de refaire l’Histoire, tout le monde connait la référence. Entre militer pour une cause qui vise à défendre une minorité discriminée et en appeler à arborer le symbole de l’intolérance et de la folie humaine, il y a un fossé. Ce qui s’est passé ce mercredi soir au Conseil municipal ne doit tout bonnement plus jamais se reproduire. Il en va et de la crédibilité de nos représentants, et du bon fonctionnement de nos institutions politiques. Lors de la prochaine session du Municipal, il va falloir prendre ses responsabilités. Aux élus de proposer un durcissement immédiat de la réglementation dans l’enceinte du parlement communal.

 

Je suis à titre personnel profondément déçu d’avoir assisté à une telle débâcle en direct. Comment ne pas comprendre les véhémences des citoyennes et des citoyens à l’encontre de la classe politique lorsque celle-ci s’adonne à la démonstration théâtrale la plus ridicule? Ce n’est pas en continuant à se comporter comme des enfants en bas âge que la population va avoir envie de voter. Et le pire, c’est que cette attitude délétère est adoptée par le parti qui dit vouloir donner un coup de pied dans la fourmilière. Messieurs-dames les conseillers municipaux, de grâce, captivez-nous par l’émulsion de votre rhétorique politique. Plutôt que de nous assommer de vos enfantillages et de votre incapacité à vous respecter mutuellement. Ce serait déjà un grand pas pour Genève.

 

Grégoire Barbey

23:26 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

Commentaires

Grégoire je te site : "La réaction du MCG est tout simplement inacceptable" ... Tu t'abaisse ici a la même rhétorique faite d'amalgames et de stigmatisations qui ont valu l'ire de la gauche sur les propos de Denis Menoud.
Venant de la part d'un journaliste qui à participé à la déstabilisation de la séance en affichant ostensiblement et de manière provocante la banderole tant décriée (Malgré une stricte interdiction du règlement du municipal, que tu n'est pas censé ignoré...) c'est assez fort.
Je ne m'attendais pas à ce que tu prenne la défense de l'élu Denis Menoud, ni du MCG, mais au moins d'une certaine réserve propre à l'objectivité que l'on est en droit d'attendre d'un journaliste... et ce, malgré cet affichage partisan que tu t'est bien gardé de revendiquer !

Quand au fond de l'histoire, il s'agit somme toute d'une question de liberté d'expression, et quel autre lieu mieux adapté que l’hémicycle politique pour son développement...
Oui, bien entendu tu me répondras que la liberté d'expression comporte des limites qui ne doivent pas êtres dépassées lorsque elles portent atteintes aux individus...
Et je ne serais pas d'accord, la liberté d'expression est un droit fondamental garanti par la convention universelle des droits de l'homme, dès lors, même si les propos de Denis Menoud perturbent la conscience de certaines individualités ces propos, bien entendu dans le cadre de la loi, lui appartiennent et méritent soit d'êtres débattus pour en comprendre leurs motivations et leurs justifications par des faits, soit dans le pire des cas d'êtres ignorés.

Quels que soient les propos, aucun ne justifie le cirque scandaleux qui en a résulter, en conséquence c'est bien le jeu provocateur de quelques élus verts et socialistes refusant de se soumettre aux multiples injonctions d'un président socialiste qui sont la cause directe des troubles et de la clôture de séance.

Tu pense gagner en crédibilité en t'attaquant, comme tous, au méchant MCG... Je pense à l'inverse que ta fonction de journaliste aurait été de remplir un rôle d'investigation et de démontrer par une recherche approfondie et la démonstration de faits, articles à l'appui, que les propos de Monsieur Menoud étaient dénués de tout bon sens. Mais bien sûr, comme tous, tu te contente médiocrement du politiquement correct !

Ps: Même si il est vrai que l'objet du "déli" et la cause directe des propos de Denis Menoud n'est plus accessible à tout publics depuis la nuit de mercredi à jeudi... Comme c'est curieux... comme c'est bien arrangeant... une attaque surprise quelques heures seulement après que ce site internet ait été incriminé par un élu...
Site qui était bien accessible le lendemain mais uniquement sur identification et mot de passe, alors que ce n'étais pas le cas mercredi soir, la thèse de son attaque amplement relatée par la presse, est donc particulièrement douteuse... et les informations que je possède devrais te suggérer de faire ton job d'investigation.
(Il est vrai que depuis aujourd'hui le site de LGBT Youth Suisse est automatiquement redirigé sur une belle page Facebook parfaitement aseptisée).

Allez bien à toi néanmoins, mais de grâce ne tombe pas dans les travers et le politiquement correct si cher à la plupart de tes collègues, tu me semble plus intelligent que cela.

Écrit par : Laurent Leisi | 19/05/2013

@Greg soyez rassué ailleurs c'est déjà fait surtout qu'entre canton comme le nôtre donnant la main au vôtre alors je vous dis pas le foutoir d'une fusion obligeant tous les élus des autres communes piégées à ramer tellement pour trouver solutions à la moins riche ,qu'ils préférent se taire et dire,on a pas le temps!
Qu'il fait bon vivre au royaume socialiste! et la descendance des petits commerçant peut confirmer ,si on continue à précher l'aumone plutot que jober,l'économie coulera a petit feu et vous avec.
Nous on a fait notre temps et avons connu la pauvreté aussi y sommes nous habitués et pouvons témoigner que ce que cherchent les Socialistes est anti-démocratique à cent pour cent
Autre chose absolument certaine ,une concurrence se doit d'exister pour motiver mais celle liée à Internet est la plus destabilisante ,fausse et déloyale qui plongera l'économie dans le trou noir le plus profond si vous continuez dans cette voie là.La majeure partie des sites est entre les mains de sectes qui cherchent depuis la fin de la guerre a remplacer tout le monde,parents ,enseignants etc
bon courage à vous et aux autres!

Écrit par : lovsmeralda | 19/05/2013

On ne devrait pas réélire des représentants qui ne savent se tenir parce qu'ils ne savent pas la chance qu'ils ont de siéger dans un parlement. Le problème c'est qu'on doit attendre la fin de leurs mandats pour les faire passer à la trappe. Une bonne dictature pendant 2 ou 3 ans ça les ferait réfléchir.

Écrit par : norbertmaendly | 19/05/2013

Les commentaires sont fermés.