Gregoire Barbey

28/07/2013

De Marcel Chombier à Stéphane Guex-Pierre

Le profil Facebook de Marcel Chombier n’est pas inconnu aux habitués de la politique genevoise sur les réseaux sociaux. Marcel Chombier est un personnage qui commente l’actualité politique en mêlant son quotidien de retraité nonagénaire vivant dans un EMS. Ayant mis au point diverses séries, dont la plus récente ayant trait à sa famille originaire des Etats-Unis et la plus célèbre «les grandes citations de l’histoire», Marcel Chombier suscite de nombreuses réactions sur ses publications. Très actif sur la toile, de nombreuses personnes s’interrogent sur son identité réelle. Le créateur de ce personnage a accepté de se dévoiler davantage. Portrait.

423924_321548934558911_2110628294_n.jpg

 Marcel Chombier. La photo de profil du personnage
est un mélange de Stéphane Guex-Pierre et Samuel Beckett.


Stéphane Guex-Pierre arrive sur ses 51 ans. Né en août 1962, il se décrit volontiers comme un autodicate. «Je ne suis pas arrivé au bout de ma maturité» explique-t-il. «Avec des profs intéressants, il en aurait été autrement sans doute.» Metteur en scène de profession depuis 1992, il compte plus d’une trentaine de mises en scène à son actif dans la plupart des théâtres genevois. Le personnage de Marcel Chombier est né en 1987, au conservatoire d’art dramatique. «Les élèves n’avaient pas beaucoup de respect», lance Stéphane Guex-Pierre. «Ils laissaient des traces sur la cuvette des toilettes, ne rangeaient pas la vaisselle, c’était vraiment n’importe quoi.» Indigné par ce manque d’éducation, il dépose des petits mots recommandant aux élèves de veiller à bien ranger leurs affaires. Ils sont signés «Marcel Chombier, concierge du conservatoire». Marcel était le prénom préféré de Stéphane Guex-Pierre lorsqu’il était enfant. Chombier est le nom que porte une partie de sa famille en France.

 

Le personnage ressurgit en 1993 sur Couleur 3. «A cette époque, ils engageaient des gens pour les plages horaires moins écoutées. J’ai créé «La semaine de Marcel Chombier», très similaire à ce que je fais aujourd’hui sur Facebook», détaille Stéphane Guex-Pierre. «J’y ai d’ailleurs reçu des lettres d’insultes lorsque j’ai dit une fois «Ne dites pas "tous des PD à La Poste" mais dites "les téléphones sans fil".» L’émission était programmée le dimanche de 14 à 15 heures. Elle a duré une année. Et Marcel Chombier a à nouveau disparu de la circulation. Jusqu’en mai 2010, où son créateur décide d’ouvrir un compte Facebook. «Je ne vois pas bien l’intérêt d’en avoir un à mon nom. Ça ne m’intéresserait pas», déclare-t-il enthousiaste. Marcel Chombier est né officiellement le 19 juin 1920. «En fait, il n’y a pas grand-chose que je pourrais renier de lui. La plupart des choses que je dis à travers lui, je le défends aussi», confie-t-il. Sauf le côté religieux de Marcel Chombier. «Je ne suis même pas baptisé. Mais en créant Chombier, j’ai tout de suite rajouté tous les profils de Benoit XVI que je trouvais. Je ne peux donc pas dénoncer des sujets liés à religion. C’est ma seule concession dans ce rôle», plaisante Stéphane Guex-Pierre.

 

Stéphane Guex-Pierre a révélé son identité à un politicien pour la première fois lorsque Christian Lüscher a lancé un concours sur son profil Facebook. Il avait publié une photo du livre «Chambre à part» dédicacé par Liliane Maury-Pasquier et Maria Roth-Bernasconi. Il s’agissait de découvrir qui étaient les auteures de la dédicace. Ayant remporté la victoire, Marcel Chombier a dû révéler son identité pour que Christian Lüscher puisse lui envoyer son cadeau: un exemplaire du livre. «J’ai toutefois prié Christian Lüscher de garder le secret. J’avais prévu de la révéler publiquement quelques mois plus tard», explique-t-il. Et si l’avocat PLR ne tenait pas sa langue, Stéphane Guex-Pierre lui a gentiment fait comprendre qu’il ne se gênerait pas de dire que Maître Lüscher ne sait pas tenir sa langue.

 

Marcel Chombier reçoit de nombreux messages via Facebook. Notamment une assistante sexuelle de France voisine qui lui a proposé ses services «pour le soulager». «A ce moment-là j’ai regretté de ne pas être un véritable nonagénaire», dit-il en rigolant. «J’ai donc décliné l’offre. Mais c’était proposé très poliment.» Stéphane Guex-Pierre assure qu’à travers ce personnage, il a pu rencontrer de nombreuses personnes très intéressantes. Et discuter avec des politiciens dont il ne partage absolument pas les idées. «Facebook est un véritable outil démocratique, surtout en Suisse», affirme-t-il. Peu de personnes prennent vraiment mal ses publications, même lorsqu’il n’est pas toujours très tendre. Sauf lorsque Stéphane Guex-Pierre a eu le malheur de s’en prendre au Valais. «Un ami comparait le canton à la Corse», raconte-t-il. «J’en ai rajouté en signifiant mon accord. J’ai dit qu’il fallait plastifier le Valais et le laisser voguer sur la Méditerranée.» Des Valaisans l’ont menacé à la suite de ces messages. «Certains ont dit qu’ils allaient trouver le Chombier et le tuer.» Ce n’est heureusement jamais arrivé.

 

Stéphane Guex-Pierre compte exporter son concept dans les médias. Il est actuellement en discussion avec certains d’entre eux. «J’aimerais bien aussi créer une série pour la télévision», confie-t-il. Mais Marcel Chombier ne lui prend pas beaucoup de temps. «J’écris très vite. Ce qui m’a pris le plus de temps, paradoxalement, c’est ma photo de profil.» Un mélange de son propre visage et de celui de Samuel Beckett (écrivain et dramaturge irlandais). «J’ai fait comme le stagiaire du Montreux Jazz», ironise Stéphane Guex-Pierre. «J’ai tapé "vieux" sur Google et je suis tombé sur lui.» Enfin, il raconte le sourire aux lèvres une anecdote «à la fois agréable et désagréable». Invité par un couple d’amis à manger, ceux-ci lui ont parlé de ce fameux Marcel Chombier. «Tu le connais?» lui ont-ils demandé. Et Stéphane Guex-Pierre a dit non. «C’était étrange. Ils m’ont parlé de tout ce que j’avais écrit pendant deux heures. Ça m’a fait bizarre. Parfois je rigolais de bonne foi car j’avais moi-même oublié ce que j’avais écrit sur mon profil», lance-t-il amusé. Le vieux Marcel Chombier et ses flans indigestes séviront encore longtemps sur Facebook, et ils ont de beau jour devant eux.

 

Grégoire Barbey

13:54 Publié dans Air du temps, Genève, Journalisme | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

Commentaires

cafteur

(ça aussi c'est couleur3)

Tres bel article.

Avec l'espoir qu'il n'arrive pas malheur a notre aîné Chombier.
Il existe quand même des sacrés abrutis sur Face de bouc. Vouloir tuer un personnage inexistant.
La politique suisse, c'est le livre bleu.
Tous les rigolos y sont, mais avec leur vrai nom...

Écrit par : Steve ROECK | 27/07/2013

Pourquoi indigestes ? Vous les avez goûtés, jeune Grégoire ?

Écrit par : :-) | 27/07/2013

Les commentaires sont fermés.