Gregoire Barbey

05/08/2013

Voirie: la correction d'une anomalie

L'info, 03.08.13

Guillaume BARAZONNE 22_ .jpg

Guillaume Barazzone. «L’objectif est d’adapter l’organisation
à la réalité du terrain et aux besoins de la population.»


Le conseiller administratif en ville de Genève Guillaume Barazzone a multiplié les annonces ces dernières semaines. Mais l’une d’entre-elles est passée particulièrement inaperçue : sa réforme des horaires des employés de la voirie. Ceux-ci ne travaillaient pas systématiquement le week-end, et lorsqu’ils le faisaient, c’était uniquement les samedis et dimanches matins. «Lorsque je suis arrivé au département, j’ai rapidement compris qu’il fallait faire davantage pour la propreté de la commune», explique le magistrat. «J’ai cependant aussi réalisé que mon budget n’augmenterait pas.» Les employés travailleront désormais les week-ends comme des jours de semaine. «Moyennant évidemment une compensation financière», tempère Guillaume Barazzone. «Le coût reste marginal, c’est de l’ordre de 240 francs par week-end, soit 90 francs de plus par collaborateurs. Cela varie selon les affectations, mais c’est une moyenne représentative.»

 

Pour le magistrat PDC, il s’agit de tabler sur l’efficience. Le week-end, les citoyens utilisent beaucoup les espaces publics pour leurs loisirs, nécessitant un nettoyage régulier. La voirie compte environ 300 employés divisés en deux unités: le nettoiement (220 collaborateurs) et la collecte des déchets. La réforme des horaires concerne principalement l’unité de nettoiement. «Nous avons cartographié la ville de Genève pour répertorier les endroits à risque, comme la place du Molard», indique Guillaume Barazzone. «L’objectif est d’adapter l’organisation à la réalité du terrain et aux besoins de la population.»

 

Jusqu’ici, la ville de Genève sous-traitait à des entreprises tierces le nettoiement du territoire les week-ends. La semaine, c’était principalement pour s’occuper d’endroits peu accessibles à la voirie. Guillaume Barazzone nuance toutefois: «Septante pour cent des mandats attribués le sont à des entreprises actives dans la réinsertion sociale et le travail des mandataires est relativement faible par rapport au volume effectué par la voirie». Parmi ces sociétés et associations, la commune mandate notamment l’Orangerie, Réalise et l’Oseo qui proposent à des personnes excluent socialement une réinsertion par l’économique. «Cette réforme s’inscrit dans la droite ligne de l’ouvrage initié par mon prédécesseur», déclare le magistrat. Pierre Maudet avait en effet débuté un transfert de prérogatives du Service des espaces verts (SEV) à la voirie. Les collaborateurs du SEV s’occupaient du nettoiement de certains parcs. De nouveaux postes se sont ouverts en conséquence à la voirie, permettant de réformer les horaires le week-end.

 

D’autre part, ce changement s’inscrit dans le vaste programme de Guillaume Barazzone de rendre le Département de l’environnement urbain et de la sécurité (DEUS) plus efficient. Les six poubelles solaires permettant la compression des déchets (Big Belly) serviront à rationnaliser la collecte des déchets. Elles sont dotées d’un compacteur stockant ainsi sept fois plus de déchets qu’une poubelle normale. Pour l’instant en phase de test, ces poubelles devraient offrir un gain de temps aux employés de la voirie. «Elles ont l’avantage d’avertir la voirie lorsqu’elles sont pleines via un signal envoyé par wifi, et nécessitent un entretien beaucoup moins fréquent», explique Guillaume Barazzone. «A titre d’exemple, il y avait 8 poubelles sur le pont de la Machine nécessitant deux ramassages quotidiens. Aujourd’hui nous les avons remplacées par une Big Belly qui requiert d’être vidée une seule fois par week-end.»

 

Enfin, la répression et la sensibilisation sont également partie prenante du projet du magistrat. Les citoyens jettent au sol en Ville de Genève près de 500 kilos de déchets par heure, soit 12 tonnes chaque jour. Il s’agit donc pour Guillaume Barazzone de communiquer sur le sujet et rendre attentif la population à cette réalité. Si la sensibilisation ne fonctionne pas, les incivilités pourront faire l’objet d’amende, soit 200 francs pour un papier jeté par terre ou 400 francs pour une déjection canine sur le trottoir. «Il ne faut pas oublier que l’incinération de déchets représente un bon cinquième du budget», rappelle le magistrat. Le montant aux comptes 2012 pour l’incinération des déchets à l’usine des Cheveniers s’est élevé à 13'154'543.20 francs plus 1'385'684.84 francs pour les divers, soit au total plus de 14 millions.

 

Grégoire Barbey

08:46 Publié dans Genève, Journalisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

Commentaires

2oo francs pour un papier jeté par terre, 400 francs pour une déjection canine sur le trottoir... est-ce honnête? A titre dissuasif...! "alibi" choisi!

Quelle honte! Pourquoi les décideurs se gêneraient-ils puisque les administrés, une fois de plus, courbent l'échine... Myriam Belakovsky

Écrit par : Myriam Belakovsky | 05/08/2013

Si son budget actuel ne va pas augmenter, comment compte-t-il financer l'achat des poubelles avec wi-fi ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 05/08/2013

Avec tous ces ordres désordres et contre ordres de toutes natures et en tous genres on dirait l'émergence d'un courant Créationniste .L'avis de Madame Belakowski est partagé par de nombreux Suisses

Écrit par : lovsmeralda | 05/08/2013

T'es le nouveau porte-parole de Guillaume Barazzone?

Écrit par : Didier Bonny | 05/08/2013

Rédiger un article factuel fait de moi un porte-parole? Alors tous les journalistes le sont Didier... mais toi, qu'es-tu?

Écrit par : Grégoire Barbey | 05/08/2013

Je voudrais féliciter le magistrat, il semble vraiment qu'il ait mis une priorité sur la propreté. Dans mon blog à ce sujet, je demandais de frapper fort, il faudrait même ne plus attendre avant de délivrer des amendes à tour de bras à ces gens qui nous rapprochent du singe en jetant tout par terre, mais y aller fort de suite!

Sur cette lancée, c'est possible qu'on s'en sorte d'ici quelques années, si l'école y met du sien.

On verra mais merci encore.

Écrit par : Danijol | 05/08/2013

Les commentaires sont fermés.