Gregoire Barbey

07/08/2013

Pierre Maudet et les administrés surveillés

Chronique, 06.08.13

1081159_598363063520513_1748924529_n.jpg

 Pierre Maudet. Le ministre de la Sécurité avait déclaré sur
la radio One FM: «les voix n'ont pas d'odeur». Il le prouve.

 

Des caméras permettant de détecter les comportements suspects. C’est une possibilité envisagée par Pierre Maudet, ministre de la Sécurité à Genève. Qu’est-ce qui est suspect? C’est l’Etat qui le déterminera. Pour vous. Pour votre liberté et votre bien-être. Parce qu’on ne peut pas jouir de la vie sans une sécurité excessive, omnipotente, omnisciente. C’est la philosophie, en filigrane, de notre conseiller d’Etat. On peut néanmoins constater des divisions auprès de son propre camp, au PLR. De nombreux (anciens) Libéraux font part de leur scepticisme sur les réseaux sociaux. Ou en parlent volontiers en privé.

 

La sécurité en politique, c’est un peu le saint Graal. Tout le monde est conscient qu’il s’agit d’une des thématiques les plus sensibles pour la population. Celle qui la travaille le plus. Et électoralement, pour celui qui sait y faire, c’est une véritable mine d’or. Une machine à capter des voix. Au Diable les principes, «les voix n’ont pas d’odeur» rappelait Pierre Maudet sur One FM avant son élection au Conseil d’Etat en 2012. Moi je n’oublie pas. Non je n’oublie pas qu’un ministre censé avoir un projet de société nous laisse entendre qu’à dessein purement électoraliste, il est capable de distordre ses idéaux. De se compromettre pour atteindre son objectif: le pouvoir.

 

Les caméras de surveillance – ils veulent appeler ça vidéoprotection, c’est plus rassurant et moins oppressant – ne font pas l’unanimité dans les pays où elles ont été installées. Elles sont même très controversées. Londres en est le parfait exemple. Et en réalité, ce n’est guère étonnant. Face à une nouvelle contrainte, les comportements des individus changent. S’adaptent. Les méthodes employées deviennent plus sophistiquées. Plus difficiles à cerner. Une spirale sans fin, puisque la délinquance n’est que le symptôme d’un mal plus profond au sein d’une société. Vouloir punir sans avoir travaillé en amont, c’est clairement un manque de clairvoyance. Une absence de lucidité. Nos ministres sont-ils contraints de nous contenter de mettre des sparadraps là où saigne notre société? La pommade, celle qui fonctionne vraiment, a une odeur désagréable. Elle ne plait pas aux électrices et aux électeurs, parce qu’ils ne la voient pas comme une mesure efficace.

 

Et le Souverain se fait un avis sur ce qui lui semble visible. Donc pour Pierre Maudet, le constat est simple: les caméras se voient. Les gens se sentent rassurés. Mais de quoi? D’être filmés dans leurs faits et gestes quotidiens, sachant que ces outils peuvent «détecter des comportements suspects»? En suivant la logique du «si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre», on en arrivera à devoir se justifier sur nos habitudes pour lever la suspicion qui pèse sur nous. Parce qu’au fond, poser des caméras partout, c’est suspecter tout le monde. Et ce choix n’est pas anodin. Nous serons tous, demain, de potentielles anomalies. Et pour notre liberté, il nous faut être cadré. Qui s’en chargera? L’Etat. Parce qu’il a pour lui l’éthique. La morale. Le bon sens et la Loi. C’est l’Etat et lui seul qui peut être garant de ce qui est bien pour la liberté. Les individus, le privé en somme, ne peut pas être suffisamment efficace pour se gérer. Il est imparfait, et seul un gouvernement, seul une administration publique peut combler cette imperfection. Les administrés, eux, doivent se contenter d’être ce qu’ils sont: des administrés.

 

Des noms sur des listes. Sur des registres. Une société de la surveillance et de la suspicion. Nous ne sommes plus rien d’autres que ce que l’Etat veut bien nous laisser être. Et ça, c’est inacceptable. Une fois encore, la droite sécuritaire et nationaliste se fourvoie. Elle croit répondre à un problème, elle en crée de nombreux autres sans le résoudre. Des Nathalie Fontanet, Jérémy Seydoux, William Rappard et d’autres se revendiquent du libéralisme. Ils semblent néanmoins oublier que, comme le disait si bien Benjamin Franklin, «un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’un ni l’autre, et finira par perdre les deux». Et parlons avec sincérité, ce terme de vidéoprotection est un leurre, de la novlangue. En relisant 1984, on réalise qu’aujourd’hui, nous sommes à un tournant d’un choix de société. Personnellement, je fais le mien. Faites le vôtre.

 

Grégoire Barbey

13:14 Publié dans Air du temps, Philosophie, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

Commentaires

Quoi qu'il fasse il sera de toute manière critiqué.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 06/08/2013

Oui, la plupart des candidats abordent ce sujet avec prudence. Pour avancer dans leur plan de carrière, ils sont devenus de fins stratèges.

La sécurité est Le premier des rôles régaliens de l'Etat. On ne transige pas.
Et tous les outils disponibles et efficaces doivent être utilisés pour assurer cette tâche.

La recherche permet des développements technologiques spectaculaires et les différentes lois ne suivent pas ces évolutions. Ces dispositions légales ne correspondent plus aux besoins et aux moyens disponibles du moment et elles auront toujours du retard puisque le législateur est dans l'impossibilité de les anticiper.

Oui, l'utilisation de caméras a donné des résultats mitigés dans la plupart des expériences. Et pourtant, ceux qui se sont lancés n'ont pas renoncé. La discussion est encore ouverte.

Je doute que Monsieur Maudet ait besoin de faire campagne en se compromettant, en distordant ses idéaux, pour reprendre vos termes.

Je partage vos réticences et votre analyse générale. Pourtant je pense que cette expérience aux Pâquis, avec du matériel de pointe, nous permettra de tirer des conclusions objectives en situation et non pas sur la base de projections technocratiques. Et nous pouvons être assurés que cette expérience sera monitorée attentivement par les pro et contra.

Mais comme dans le cas de l'armée, je pense que c'est toute la chaine qui devrait être corrigée. A tous les niveaux nous subissons les contraintes administratives. Plus personne n'est responsable.
Il ne s'agit en aucun cas de diminuer la capacité de l'Etat à garantir la sécurité aux citoyens, mais plutôt d'optimiser ses moyens d'assumer sa tâche. Non pas en augmentant la charge financière, mais en responsabilisant les acteurs par une réforme, une diminution des échelons hiérarchiques.

La police devrait être libérée des tâches administratives qui peuvent être assurées par du personnel de bureau. Nos agents doivent être sur le terrain. Leur simple présence est à la foi rassurante et dissuasive. Et surtout, les hommes et les femmes qui ont choisi ce métier se sentiront revalorisés par la mission. Je développe un peu sur mon site : www.pierrejenni.ch/page/22-quelle-police-pour-assurer-la-securite-des-citoyens

Écrit par : Pierre Jenni | 06/08/2013

quelle est votre solution? Mouillez-vous, allez à l'élection frottez-vous au peuple et nous verrons ce qu'il vous dit.
Avant ça aucune arrogance, s'il vous plaît.

Pour ce qui est de Benjamin Franklin je crois que sa participation, par omission, à la destruction des peuples indiens d'Amérique du Nord le disqualifie pour bien d'autres sujet. Il n'empêche que votre citation, pour autant qu'il en soit l'auteur réel, est juste et surtout pertinente.

Écrit par : Dominique Vergas | 06/08/2013

Les commentaires sont fermés.