Gregoire Barbey

16/08/2013

Les candidats doivent se profiler davantage

Chronique, 16.08.13

poggia_0.jpg

Mauro Poggia. Force est de constater que le parti de l'avocat genevois bat beaucoup
le terrain et se montre très offensif dans sa campagne. Sera-t-il élu au Conseil d'Etat?

 

Genève aborde les élections avec une certaine pudeur. Eté oblige, la politique est beaucoup moins présente à la fois dans les médias et dans la tête des citoyens, plutôt occupés à s’aérer l’esprit. Pourtant, il n’en reste pas moins que la date fatidique se rapproche à grands pas. Nous sommes déjà mi-août, et les élections se tiennent le 6 octobre. Dans moins de deux mois donc, les candidats sauront s’ils ont été plébiscités par le Peuple. Fin août, les véritables festivités devraient débuter et les partis vont probablement lancer leurs machines de guerre électorales.

 

Un constat néanmoins, l’invraisemblable présence continuelle du MCG. Tous mes lecteurs savent Ô combien je ne me sens pas proche de ce parti. Il faut néanmoins lui concéder en toute bonne foi cet engagement sur le terrain qui, malheureusement pour les partis gouvernementaux, séduit bon nombre de citoyens qui se sentent de facto valorisés et écoutés. Un bon point donc pour cette formation politique qui n’a pas profité de l’été pour cesser ses activités. Et un danger pour les partis traditionnels qui, eux, n’ont pas souhaité s’afficher de façon ostentatoire.

 

Ce qui manque toutefois à cette campagne, ce sont de véritables projets. Je lis de-ci de-là quelques esquisses bien timides. Surtout de la communication lissée et rompue. Mais rien de concret. Est-ce qu’il y a beaucoup de candidats qui ont proposé des projets de loi pour lesquels ils vont s’engager durant la législature? Très peu. Et il faut une fois de plus remarquer qu’un de ceux-là est un MCG, l’avocat Ronald Zacharias, qui a présenté dans la Tribune de Genève son idée. Bien sûr, je ne dis pas qu’il faut faire comme le Mouvement citoyen genevois. Au contraire. Seulement, les candidats doivent oser s’engager. Prendre des risques. Quitte à décevoir. Quitte à ne pas rentrer dans le politiquement correct.

 

La politique c’est ça: se mettre à découvert, recevoir des balles, et se relever plus fort encore. Pour l’heure, je ne vois guère cette attitude. J’espère que cet état d’esprit va gagner en visibilité d’ici au 6 octobre, car Genève est dans un blocage politique pour le moins inquiétant, et il serait temps de prendre des décisions qui vont dans le bon sens. De mon côté, je continuerai à suivre de très près tous les événements qui se produiront d’ici aux élections et ne manquerai pas de revenir régulièrement sur ceux qui m’auront marqué ou nécessiteront quelques précisions. Ma grande inconnue étant au Conseil d’Etat: est-ce que Mauro Poggia réussira à obtenir un siège au gouvernement? Comme je l’ai précédemment dit, je pense que cela est possible. Et cela risque d’en surprendre plus d’un.

 

Grégoire Barbey

16:56 Publié dans Elections du 6 octobre, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

Commentaires

Au Conseil d'Etat celui qui a bloqué notre chantier du siècle que 2/3 des Genevois veulent?! POUAH, ce serait le comble, oublions ça. Je n'aime pas plus que ça Mme Kunzler mais mieux vaut la garder alors ce serait moins dramatique que cet individu!!

Et je le dis, le MCG va entamer sa descente!!

Écrit par : SD | 16/08/2013

@SD Voeux pieux ou voyance? ^_^
Et juste un mot quant au chantier du siècle; Bâclé, des risque non pris en compte, des surcoûts énormes, des points mal placés etc... Le temps supplémentaire accordé aux initiants du projet n'a même pas été utilisé pour corriger lesdits "bugs" et mieux calculer les coûts réels.

Grégoire, si je vous suis bien, il faut oser, mais pas comme le MCG, au contraire.
Bien que vous reconnaissiez que le MCG est proche de la population et à son écoute.
Et vous encouragez les candidat(e)s à ne pas être politiquement correct, prendre des risques etc.
Sous-entendez-vous qu'il est bénéfique de prendre des risques plus égotistes?
Pouvez-vous imager vos propos?

Amitiés

Écrit par : Mireille Luiset | 17/08/2013

Les commentaires sont fermés.