Gregoire Barbey

26/08/2013

Le fantasme électoral de Christophe Darbellay

Chronique, 26.08.13

Darbellay.jpg

Christophe Darbellay. Le président du PDC aimerait beaucoup être conseiller fédéral.
Il y pense très souvent. De plus en plus. Et pour ça, une stratégie simple: draguer l'UDC.

 

Insécurité partout. A en croire Christophe Darbellay, président du Parti démocrate-chrétien (PDC), les citoyens suisses ne peuvent plus sortir de chez eux en toute tranquillité. Le programme sécuritaire du PDC l’illustre bien. Pourquoi ce revirement soudain dans pareille thématique de société? Nous approchons de la fin de l’année 2013. Dans deux ans, les élections fédérales auront lieu. Et Christophe Darbellay rêve tous les matins en se rasant de devenir conseiller fédéral. Plus que jamais, il se sent appelé à prendre la place d’un des maillons faibles. Qui donc? Probablement Eveline Widmer-Schlumpf. Mais rien n’est joué: elle pourrait se révéler une alliée utile si nécessaire.

 

Alors plutôt que d’attaquer la conseillère fédérale en charge du Département des finances, le PDC charge, sous l’impulsion du Valaisan, le ministre des Affaires étrangères, Didier Burkhalter. On l’accuse (à tort) de brader la Suisse à des juges étrangers. Entre la sécurité et l’Union européenne, le PDC rejoint étrangement les positions de l’Union démocratique du centre (UDC). Ce n’est plus la gauche que drague Christophe Darbellay. Il fut un temps où il essayait. On peut toujours l’apercevoir avec les socialistes dans les salles des pas perdus au Palais fédéral. Il fomente, le vil coquin. Mais son objectif – consécration d’une stratégie de slalomeur hors pair – est autre. Il ne veut plus simplement dicter qui rentre ou non à l’exécutif fédéral. Il veut en être. C’est son vœu le plus cher.

 

Et donc il tire tout son parti à droite. Sur des lignes beaucoup plus strictes. Guerre des tranchées. Il expose un parti traditionnellement centriste à un mouvement inattendu. A l’heure où l’électorat du PDC s’effrite, Christophe Darbellay opère une radicalisation des positions du parti pour son propre intérêt. Il espère qu’en se montrant plus ouvert aux thèmes habituellement réservés à la droite sécuritaire et nationaliste, il récupérera des voix de l’UDC pour son élection au Conseil fédéral. Il ne compte pas sur les Vert’Libéraux, ni sur le PLR. D’ailleurs, ce dernier, il s’en est largement écarté. Notamment sur la Lex USA, sujet pourtant cardinal pour les Libéraux-Radicaux.

 

Les vieilles alliances se défont. D’autres tentent de se conclure. Maladroitement peut-être, tant le jeu du président du PDC est lisible. Comme je le disais plus haut, déstabiliser Didier Burkhalter est un bon moyen de s’attirer la sympathie de l’UDC. En mettant en danger le siège d’un PLR, avec une Eveline Widmer-Schlumpf menacée par l’ensemble de la droite, le PDC et l’UDC pourraient faire d’une pierre deux coups. Christophe Darbellay prend le siège de la ministre PBD, et un UDC se voit octroyer celui du ministre des Affaires étrangères. Surfait, me direz-vous? Pas si sûr. L’UDC frisonne de toute sa base à l’idée de se venger. D’opérer un basculement des majorités au Conseil fédéral. De se réapproprier son deuxième siège. Et d’évincer ceux qui l’ont trahie. Darbellay en fait partie. Mais il s’avère utile. Très utile. Il est possible de passer outre sa trahison si cela peut servir les intérêts supérieurs du parti. Et là, croyez-moi, l’UDC ne se résoudra jamais à laisser passer sa chance. Tout comme Christophe Darbellay, qui pense tous les matins en se rasant à ce fameux couronnement… Quitte à faire fi de toutes ses valeurs.

 

Grégoire Barbey

13:27 Publié dans Air du temps, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

Commentaires

C'est pas beau la politique ?

Écrit par : Pierre Jenni | 26/08/2013

Christophe Darbellay surfe à gauche, puis à droite, puis revient au centre. Si sa tactique vise à remplacer EWS, c'est une bonne prévision. Mais rien n'est simple, la vie politique est remplie de surprises et d'embûches, rendez-vous dans deux ans.

Écrit par : Mygalon | 26/08/2013

On ne se refait pas .... !

Écrit par : Pneumatique | 27/02/2014

Les commentaires sont fermés.