Gregoire Barbey

28/08/2013

Petit arrangement entre amis au Grand Conseil

A chaud, 28.08.13

1353085728.jpg

Bertrand Buchs. Le député démocrate-chrétien est l'un des rares à s'être opposé
à l'augmentation des émoluments du Grand Conseil. Il proposait 10% au lieu de 25%.

 

Le Bureau du Grand Conseil a accepté une hausse de 25% des émoluments des députés. Depuis plusieurs mois, des parlementaires m’avaient parlé de ce projet. La raison principale, c’est la refiscalisation de leurs jetons de présence en 2014. A l’heure où l’on a coupé dans le budget de l’Etat pour réduire le déficit et proposer des comptes à l’équilibre, la classe politique s’octroie des privilèges sur le dos des contribuables. Si je comprends bien qu’un engagement politique est chronophage et représente un investissement sur le plan personnel et salarial, il n’empêche qu’il y a quelques règles à respecter. Quand on taille dans les dépenses publiques (j’y étais favorable), on montre l’exemple. Et l’on n’en profite pas pour s’offrir des montants plus élevés à la vue de tous.

 

Cette attitude est tout simplement inadmissible. Quelques semaines avant les élections, c’est véritablement donner l’impression aux citoyens qu’on les prend pour des cons. Des vaches à lait dont on supprime volontiers certaines prestations par souci idéologique lors de la présentation du budget. Mais derrière, on fait tout le contraire, alors qu’on représente les autorités publiques, et qu’il conviendrait de se montrer irréprochable. Et surtout solidaires, bon sang! Seuls les démocrate-chrétiens, et notamment Bertrand Buchs, ont eu la décence de s’opposer à une telle hausse. Ce dernier proposait 10%. Est-ce que les citoyens voient souvent leurs revenus bondir de 25% dans leur vie? Même indexés sur l’inflation, leurs salaires ne progressent jamais autant.

 

Je pensais voir quelques députés PLR s’offusquer d’une telle décision. Ils ont activement participé à la baisse des prestations pour alléger le budget. Par cohérence politique, le parti aurait pu prendre position contre cette augmentation. Et proposer, comme le PDC, qu’elle soit revue à la baisse. Mesdames et Messieurs les politiques, jouer à ce jeu-là à l’approche des élections cantonales, c’est se tirer une balle dans le pied. C’est donner un fort mauvais signal aux citoyens qui, pour la plupart, se saignent aux quatre veines pour nourrir leur famille. Et baisser les prestations qu’ils paient avec leurs impôts tout en augmentant les montants touchés par les députés, c’est une schizophrénie qui ne manquera pas d’en énerver plus d’un. Agir ainsi en pleine période électorale, c’est donner des arguments aux partis non-gouvernementaux. Et du même coup, prendre le risque de ne jamais voir ses émoluments augmentés, faute d’être élu le 6 octobre. Il n’y a pas de quoi féliciter la députation.

 

Grégoire Barbey

12:49 Publié dans Elections du 6 octobre, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

Commentaires

Ravi de voir que nous partageons ce point de vue. J'ai poussé mon coup de gueule sur FB. Et puis si ça peut donner un coup de pouce aux candidats marginalisés, c'est pas plus mal, non ?

Écrit par : Pierre Jenni | 28/08/2013

Je propose une initiative pour aligner les émoluments des députés genevois sur ceux des députés des autres cantons. Vaud par exemple. A noter que les députés vaudois doivent avoir en moyenne plus de frais de déplacement...

Et donc au lieu d'une hausse de 25%, je propose une baisse de 50%. Chiche?

Écrit par : Johann | 28/08/2013

Ah, que ne ferait-on pas pour être au service de ses concitoyens...Sur l'échelle de l'arrogance, + 25 % sont encore très en deçà de la réalité.

Écrit par : Michel Sommer | 28/08/2013

Dans le temps les élus oeuvraient pour le bien-être des citoyens, maintenant les élus oeuvrent pour le bien-être de leur porte-feuille ! Lamentable ! Honte à eux !

Écrit par : Lara Klette | 28/08/2013

C'est toute la différence entre servir et se servir.

Écrit par : Johann | 28/08/2013

Les commentaires sont fermés.