Gregoire Barbey

04/09/2013

RTS: entre discrimination et subjectivité

Chronique, 04.09.13

rts_logo1.jpg

Radio Télévision Suisse. Le débat organisé par la chaîne de télévision entre les candidats
au Conseil d'Etat sera parfaitement discriminatoires envers ceux qui n'occupent pas de fonctions.

 

La RTS organise un grand débat entre les candidats au Conseil d'Etat le lundi 23 septembre. La confrontation durera 70 minutes et s'articulera autour de 4 thèmes. Un débat pour découvrir les candidats moins visibles? Pas tout à fait. La RTS prévoit, dans son mail envoyé aux présidents des partis et dont j'ai obtenu copie, que seuls les candidats appartenant aux partis représentés au Grand Conseil pourront être au centre du débat. Soit 6 candidats. La place pourra être intervertie selon les thématiques au bon vouloir des candidats.

Les autres, ceux qui ne font pas partie du Grand Conseil – crime de lèse-majesté – seront disséminés dans le public et n'auront droit qu'à une intervention durant toute la soirée. Déjà l'année dernière avais-je fait remarquer une importante discrimination envers les petits candidats lors du débat pour la partielle au Conseil d'Etat, remportée par Pierre Maudet. J'ai de la peine à saisir comment les têtes pensantes de la Télévision suisse romande ont pu fomenter un tel déroulement. Ce qui est sûr, c'est qu'à nouveau, la RTS discrimine les petits candidats plutôt que de les mettre en avant, ce qui serait son rôle en tant que média. C'est véritablement regrettable et une solution plus intéressante aurait pu être trouvée pour offrir à chacun le droit de s'exprimer au même niveau.

 

Grégoire Barbey

12:03 Publié dans Elections du 6 octobre, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

Commentaires

Pour le visuel, et pour la cohérence du débat, je peux concevoir que les 29 ne siègent pas à la même table. Ce qui m'étonne, en revanche, c'est que la RTS n'organise qu'un seul débat et sur seulement 4 thèmes. C'est bien peu pour une échéance importante qui définira le paysage politique pour les 5 prochaines années.

Écrit par : Pierre Jenni | 04/09/2013

Les commentaires sont fermés.