Gregoire Barbey

07/10/2013

Le MCG doit entrer au gouvernement

Chronique, 07.10.13

Poggia.jpg

Mauro Poggia. Le MCG doit maintenant passer de la parole aux actes et mettre en pratique
les promesses qu'il tient depuis sa création en 2005. Il représente aujourd'hui 20% des votants.


Le catastrophisme des commentateurs politiques devrait alarmer davantage que la progression des extrêmes aux élections cantonales. La consolidation de trois grands blocs n’est pas une fatalité, et il est l'heure d’admettre une réalité: le Mouvement citoyen genevois (MCG) est mûr pour accéder au Conseil d’Etat. Avant d’être un adversaire farouche de la stigmatisation véhiculée par ce parti, je suis avant tout un démocrate. Et je ne puis nier la volonté de 20% des votants. Je continuerai à dénoncer les dérives de ses membres si besoin en est. Mais l’honnêteté intellectuelle force au constat d’échec des partis traditionnels. Incapables de se remettre en question, ils n’ont pas jugé nécessaire de resserrer les rangs et d’appeler la population abstentionniste à se rendre aux urnes. Oui, six Genevois sur dix n’ont pas exprimé leur avis dimanche.

 

Genève sera ingouvernable si les représentants des partis gouvernementaux n’admettent pas leur propre incapacité à faire face aux défis qui leur ont été imposés par la conjoncture. Plutôt que de vulgariser des problématiques techniques et difficilement accessibles aux premiers venus, les caciques des partis traditionnels se sont contentés d’adopter une dialectique et une nomenclature trop peu compréhensibles. En se donnant des airs bourgeois, les forces politiques historiques ont failli. Elles ont non seulement perdu une importante partie de leurs soutiens, mais elles ont de surcroît fait le jeu des extrêmes. Comment ne pas voir ici l’échec le plus cuisant pour ces partis? Aujourd’hui, il est temps pour le centre de redescendre de ses grands chevaux et de retourner dans la rue.

 

A l’écoute de la population, exactement là où se joue la politique. On ne crée pas des majorités en abandonnant sa base. On n’obtient pas des victoires en s’éloignant de ses fondamentaux. La volonté du peuple, tel un couperet, s’abat à travers les urnes et n’épargne personne. J’ai vu hier des amis perdre leurs sièges. J’ai senti l’émotion les envahir. La déception les prendre à la gorge. Perdre en politique est un risque qui peut se concrétiser à chaque instant. Mais lorsque la défaite est prévisible et qu’on reste totalement immobile devant l’adversité, on ne peut qu’être humble et reconnaître ses erreurs. Pour le deuxième tour, j’enjoins les partis gouvernementaux à prendre leurs responsabilités.

 

Si le MCG, l’UDC et Ensemble à Gauche ont tant progressé, ce n’est pas les Genevois qui sont devenus idiots. Prétendre cela, c’est se montrer indigne d’un siège au Parlement ou au Conseil d’Etat. Les Genevois n’ont fait que sanctionner ceux qui les ont oubliés. En démocratie, les extrêmes sont là pour replacer le curseur. Ils jouent – et ont toujours joué – un rôle salutaire. Il y a 28 ans, c’est Vigilance qui raflait la mise au Grand Conseil. Dix-neuf sièges. En 2013, c’est le MCG qui occupe cette place. On ne peut guère plus marginaliser un cinquième de la population. Ce serait bien trop prétentieux. Alors même si je suis le premier à qui cela fait mal de le dire, le MCG doit absolument entrer au gouvernement pour cette législature.

 

Que cela soit par son avatar raisonné et consensuel, Mauro Poggia, et les couleuvres peut-être seront-elles moins difficiles à avaler. On ne peut plus s’écharper encore à Genève. Le temps presse, car plus l’attente perdure, et plus les blocages s’enlisent. La population ne doit pas être l’otage de stratégies politiques. D’aucuns appelaient déjà à un front républicain pour barrer la route au MCG. Une absurdité qui ne ferait que le renforcer. Qui lui donnerait raison d’hurler: «regardez, bonnes gens, comme ils se complaisent dans leur rôle et dans leurs sièges bien installés». Alors oui, il est grand temps de ranger les qualificatifs. Parce qu’il importe maintenant de gouverner ensemble. Et de reprendre la construction de Genève, là où elle semble s’être arrêtée… il y a des décennies déjà.


Grégoire Barbey

23:51 Publié dans Elections du 10 novembre, Elections du 6 octobre, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

Commentaires

Très bonne analyse !

Écrit par : Luscher Valerie | 08/10/2013

Que ce soit à gauche, à droite, ou même au sein du GTE, j'ai toujours entendu le même refrain : Oh, ne vous inquiétez pas, ils s'éteindront aussi rapidement que Vigilance - ce sont des clowns qui nous font rire.
Bien vu l'aveugle ! A force d'avoir nié certains problèmes et surtout d'avoir laissé le terrain au MCG, on voit le résultat.
Ce qui me chagrine le plus c'est qu'on va encore bouffer du French bashing et des propos orduriers pendant de longues années. Comme si ça allait résoudre quoi que ce soit...

Écrit par : fred | 08/10/2013

LE MCG NE DOIT PAS ENRTRER AU GOUVERNEMENT CANTONAL GENEVOIS !
----------------L'UDC ne doit pas propulser le MCG au Conseil d'Etat genevois---------------
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le MCG est un parti qui n'accorde aucune priorité aux suisses, comme vient de le répéter Poggia. Voilà qui devrait faire réfléchir les électeurs, qui, eux, sont suisses.

Le MCG est un parti qui accorde toutes priorités (travail et logement) aux résidents, y compris ceux qui, cousins et cousines des naturalisés du MCG, viennent d'arriver en Suisse et prennent logement.

Le MCG est un parti qui méprise les suisses de l'étranger y compris ceux qui ont été chassé par les cousins et les cousines des naturalisés du MCG.

Le MCG est un parti anti-suisses, anti-Suisse et donc contre les électeurs.

Le MCG, qui dit lutter contre l'"épidémie de frontalier", aime à faire prospérer l'envahissement par les cousins et les cousines des naturalisés du MCG.

Le MCG veut faire élire Poggia sciemment devenu musulman à l'âge adulte.

L'UDC ne dit faire élire le MCG. Pas de liste commune. Pas de Minaret Baudet.

L'UDC-Genève ne doit pas renier l'UDC. L'UDC-Genève doit défendre les suisses, les valeurs suisses et non pas les derniers venus à Genève et les valeurs exotiques.

A moins que l'UDC-genève ne veuille quitter l'UDC.

Écrit par : CEDH | 08/10/2013

LOL .D

Vous faite le portrait de maudet et votre billet précédent reste quinze jours en première page des blogs sans qu'une mouche ne bouge...

voua parlez de la légitimité du mcg et vous disparaissez dans le commun de la deuxième page...

c'est tellement grossier...

je croyais que vous étiez parti en vacances .D

Écrit par : quidam | 08/10/2013

Les commentaires sont fermés.