Gregoire Barbey

19/10/2013

L'Etat au service de sa Sainteté Pierre Maudet

Chronique, 19.10.13

PIERRE_MAUDET-003--672x359.jpg

Pierre Maudet. Le conseiller d'Etat en charge de la Sécurité multiplie les effets de manche
pour asseoir son autorité sur l'ensemble de ses adversaires politiques. Sans distinction.

 

L’Etat de Genève devient une véritable machine à renseignements. Pierre Maudet, le conseiller d’Etat en charge de la Sécurité, multiplie les enquêtes administratives, les audits internes, et verrouille la communication au sein de son département. L’une des caractéristiques que le candidat sortant au gouvernement met en avant pour sa campagne, c’est son «sens de l’Etat». Pierre Maudet, fils du radicalisme, voit de bon œil une administration publique toute puissante, capable d’épier les moindres faits et gestes des adversaires d’une certaine caste, celle des dirigeants politiques aux commandes de l’Etat. Tout ce qui peut nuire à l’image du benjamin du Conseil d’Etat est impitoyablement attaqué.

 

Thierry Cerutti fait maintenant l’objet d’une «intention d’enquête administrative à son encontre». L’information, révélée par l’Agence Decaprod, démontre clairement la ligne stricte de Pierre Maudet. Il est notamment reproché au député-gendarme MCG d’avoir parlé en tant que policier sur Leman Bleu. Hasard du calendrier, l’interview de Thierry Cerutti est survenue un jour après le débat opposant le ministre de la Sécurité à Eric Stauffer. Ce dernier avait mentionné l’existence d’articles de presse mettant en cause Pierre Maudet et qui restaient bloqués dans la rédaction d’un journal*.

 

Pierre Maudet ne peut accepter qu’il y ait le moindre détail qui lui échappe. Son désir de tout contrôler vire clairement à l’obsession, et plus le temps passe, plus le ministre démontre qu’il ira toujours plus loin. Le limogeage régulier de hauts fonctionnaires pour ne pas remettre en question son autorité politique, les messages internes qui demandent de ne pas communiquer sur certains sujets, les tentatives de deal avec les journalistes pour ne pas parler de certains chiffres ou détails, tout y passe.

 

Dernièrement encore, à une réunion où les représentants de la presse étaient conviés pour donner leur impression par rapport à la communication du Département de la Sécurité (DS), Pierre Maudet a bien fait comprendre qu’il voulait être maître de la situation. Absolument rien ne doit lui échapper, et l’Etat-Maudet se transforme en une véritable prison. Le domaine pénitentiaire, habituellement réservé aux seuls délinquants, s’étend à l’ensemble des potentiels éléments perturbateurs de l’hégémonie Maudet.com. Impossible de s’opposer à son autorité: si vous n’êtes pas avec lui, c’est que vous êtes contre lui.

 

A trop vouloir empêcher les informations de sortir, Pierre Maudet finira par se tirer lui-même une balle dans le pied. Tous les ministres font des erreurs, c’est humain. Mais Pierre Maudet a le souci des détails. Il veut être irréprochable. Or, plus il tente de contrôler les opinions, les métiers des autres, les discussions, plus il irrite des gens autour de lui. A tel point qu’il finira par être davantage détesté par ses pairs, même en faisant de l’excellent travail, alors qu’il pourrait tout simplement s’octroyer le bénéfice de l’erreur. Plus il repousse l’échéance, et plus les dommages seront lourds lorsqu’une faille éclatera dans sa gestion politique. Il peut bien avoir une haute opinion de ses talents indéniables de communicateur, il finira inévitablement par commettre un impair qui lui causera du tort.

 

Si la population, moins initiée aux arcanes du pouvoir, peut être plus facilement manipulée par des effets d’annonce, ou lorsque Pierre Maudet change ses fusibles d’épaule, ceux qui côtoient ce milieu de près – politiciens et journalistes – ne sont pas dupes. On connait tous les méthodes employées par le ministre de la Sécurité. Ce sont des techniques vieilles de plusieurs siècles. Elles ont fait leurs preuves et il les utilise avec brio, sans aucun doute. Mais en verrouillant absolument tout, il oppresse bien des egos. Et ceux-ci sont à l’affût, attendant dans l’ombre, prêts à frapper dès que l’occasion se présentera. A ce moment-là, Pierre Maudet aura eu beau se protéger par mille et un subterfuges, il sera bien obligé d’affronter ses propres limites. Souhaitons-lui que le réveil ne soit pas trop douloureux.

 

Grégoire Barbey

 

*Nom connu de l’auteur

01:50 Publié dans Elections du 10 novembre, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | | | |

Commentaires

Voilà quelques observations judicieuses sur le magistrat en charge de la sécurité. En observant avec un peu de recul son action depuis son arrivée à la Ville.

Il faut constater que nombre de sujets lancés avec effets d'annonces Maudet.COM ne sont en définitive jamais traité. Car son dynamisme mêlé d'un égocentrisme qu'il ne contrôle plus, le pousse systématiquement vers le coupage de tête !

On ne masque pas les faiblesses de son comportement par les artifices de la parole ! Ni, on ne convainc en éjectant les gens en mal de pensée identique à la sienne.

Il ne reviens jamais en arrière dit-on ! il serait judicieux qu'il commence par écouter !

La prochaine fois il serait profitable de nous présenter son bilan effectif depuis son arrivée à la Ville.

Écrit par : tempestlulu | 19/10/2013

La manie de tout contrôler et de ne pas vouloir faire d'erreurs est le signe manifeste d'une certaine naïveté liée à la jeunesse et à l'inexpérience qui va avec.

PM apprendra à ses dépends qu'il est un être humain comme les autres, capable du pire comme du meilleur. Ces dernières semaines, c'est pire qu'il a montré. Le pire du pire étant qu'il ne laisse transparaître aucune humanité, ni aucune humilité.

Saint Pierre Maudet, la formule est bien trouvée, bravo.

Écrit par : Déblogueur | 19/10/2013

Si ce que vous décrivez est vrai, c'est-à-dire si je comprends bien, une volonté permanente du ministre de la sécurité à vouloir contrôler de manière autoritaire les flux de toutes les informations qui le concernent lui et son département, alors il tombe sous le sens que ce monsieur n'a pas sa place dans une démocratie comme la nôtre. Si ce que vous dites est vrai alors il ne doit pas être élu.

Écrit par : quidam | 19/10/2013

Je rajouterai concernant maudet, autoritariste et pro-européen forcené, c'est à peu près ce que l'on pourrait imaginer de pire pour Genève.

Écrit par : quidam | 19/10/2013

Non quidam, juste carriériste, carriériste !

Écrit par : Corto | 19/10/2013

Enfin un vaudois au Conseil d'Etat, dans la droite lignée des Leuba grand-père, père et fils !

Je me souvient quand Lausanne tuait sa jeunesse à coups d'héroïne suite aux "révolutions" bougeantes. Il y avait un chef des stups aux "Godio" toujours impeccables, Lamborghinis, Ferraris, soirées dans les 3 étoiles du canton avec des filles trop chères pour être belles.

Comme avec Louis Demartin, lui aujourd'hui régnant sur son cartel à Saint-Domingue à bord d'un voilier que l'on voit de très loin !!

Monsieur Maudet, parlez nous du dossier Louis Demartin ???

Écrit par : Corto | 19/10/2013

En ce qui concerne la tournée des grands "Duc" lisez plutôt, de quoi décoiffer n'importe quel candidat dans une démocratie :

http://users.skynet.be/bk232706/ii-mel/interception/barschelfr.html

Écrit par : Corto | 19/10/2013

Les commentaires sont fermés.