Gregoire Barbey

10/11/2013

Mme Rochat: vous pouvez garder la tête haute

Chronique, 10.11.13

Rochat.jpg

 Isabel Rochat. La magistrate libérale ne méritait pas d'être ainsi traitée par ses collègues
et la presse. Son bilan tant décrié valait-il tant d'invectives au point d'en faire un bouc émissaire?

 

Isabel Rochat a fait ce soir les frais d’une large campagne de dénigrement à son encontre. Attaquée de toutes parts sur son bilan, tour à tour jugé «mitigé», en «demi-teinte» voire carrément «mauvais», la magistrate issue des rangs du feu Parti libéral n’a pas pu se maintenir au gouvernement. La politique est ainsi faite. Et l’on n’est pas toujours exclu pour de bonnes raisons. C’est le cas, je crois, pour Mme Rochat.

 

A-t-elle démérité? Poser la question, c’est déjà y répondre. Bien sûr que non. Son destin politique était probablement déjà scellé au moment où le Département de la sécurité lui a été remis. C’était il y a quatre ans. Isabel Rochat, nouvellement élue, se voyait prendre le ministère le plus compliqué du canton. Une tâche herculéenne. Et elle n’a pas pour autant fui le défi. La libérale a tenté de redresser la barque. Trop discrètement sans doute. Puisque c’est aujourd’hui Pierre Maudet qui en bénéficie.

 

C’est là qu’on voit qu’il n’y a en réalité qu’une seule véritable compétence requise pour faire de la politique: savoir communiquer. On peut bâtir une carrière sur du vide simplement parce qu’on a la capacité de tout mettre en scène. De créer des discours puissants, qui résonnent dans la tête des électeurs. Mme Rochat a beaucoup de qualités. Elle n’excelle malheureusement pas dans ce domaine. Peut-être est-ce une forme de pudeur de sa part que de ne pas se répandre sur ses actes. C’est possible.

 

En tous les cas, elle a fait preuve ce soir, malgré ce moment difficile, d’une dignité éblouissante. Moins d’une heure après les résultats définitifs, elle s’exprimait sur le plateau de Leman Bleu. Et sans se lamenter sur son sort. Pas une seconde. Pas un mot pour ces médias qui l’ont tant vilipendée, avec bien peu d’arguments pour en justifier les attaques répétées qu’elle a subies. Isabel Rochat ne s’est même pas justifiée. Bien joué. Ce serait accorder trop d’importance à celles et ceux qui en ont fait injustement leur bouc émissaire.

 

Elle doit aussi sa non-réélection à son propre parti (elle a été biffée plus de 7000 fois), qui plutôt que de faire bloc avec les siens, préfère nettement planter des couteaux dans le dos en faisant fi de toute stratégie politique à long terme. Car ce troisième siège perdu par le Parti libéral-radical ne sera pas facilement récupéré au fil des prochaines législatures. Dans quatre ans et demi, il faudra remplacer François Longchamp. Et la tâche est grande. Un troisième candidat qui puisse reprendre le siège perdu? J’ai pour l’heure quelques doutes.

 

Quoi qu’il arrive, le PLR assumera les conséquences de ses actes. Cela ne concerne plus Isabel Rochat. Elle a donné de sa personne. Croisée sur les stands à plusieurs reprises, je l’ai trouvée combattante. Elle croit en l’action politique qu’elle a mené ces quatre années de législature. C’est une femme courageuse et je voulais rendre ici hommage à sa détermination. Elle a montré ce soir par son intervention toute l’amplitude de sa personnalité. Isabel Rochat, permettez-moi de vous dire ceci: vous pourrez quitter vos fonctions début décembre la tête haute. Parce que dans une telle situation, vous avez été une femme d’exception.

 

Grégoire Barbey

 

Commentaires

Magnifique texte qui résume parfaitement bien la situation et souligne une intervention en tous points remarquable de Mme Rochat en direct ce soir.

J'étais sur place et je partage tout à fait votre analyse.

J'ai pu dire personnellement à Madame Rochat qu'elle était une femme de grande classe et comme les situation sont parfois injustes.

Finalement elle paie pour les couards de Unger, Hiler, Beer qui se retirent avec de confortables retraites après lui avoir refilé la patate chaude de la sécurité. Aucun n'a eu les c..... de reprendre ce département sinistré par la gestion calamiteuse du socialiste Moutinot. Même Longchamp, réélu ce soir, n'a pas voulu s'y brûler les doigts, on le comprend. Et Maudet a su tirer les marrons du feu et bénéficier de tout le travail accompli (il a au moins l'honnêteté de le reconnaître) en orchestrant une communication tous azimuts à un point tel qu'elle en devient parfois excessive et peu crédible... Mais il faut croire que ça marche pour suffisamment bien pour "enfumer" le bon peuple de Genève...

Ce soir Mme Rochat paie l'addition au moment où M. Hodgers, l'un des principaux agitateurs des émeutes du G20 à Genève entre au gouvernement cantonal... Comme par hasard, ces émeutes avaient coûté sa place à une autre élue libérale brillante, Mme Spoeri !!! Cherchez l'erreur !!!

Écrit par : A. Piller | 10/11/2013

Oui, elle reste classe. Respects, madame Rochat!

Écrit par : hommelibre | 10/11/2013

Mme Rochat, recevez mes excuses pour les chacals qui vous ont diffamés, je n'ais jamais participé à aucun de ces lynchages, mais, néanmoins faisant partie de la population de cette ville, je ne peux que m'excuser pour mes concitoyens égarés.

Vous avez fait un mandat remarquable et vous resterez, ils sont rares, dans ma mémoire comme une personne digne, juste et honnête !

Merci Madame !

Écrit par : Corto | 10/11/2013

J'abonde dans les commentaires d'A. Piller qui souligne à juste titre la lâcheté des Hunger, Longchamp, Hiler et Beer y il y quatre ans de refiler le département de la sécurité à Madame Rochat. Cette stratégie politique est tout simplement inacceptable. Raison pour laquelle je n'ai pas voté pour Monsieur Longchamp qui se préoccupe à mon point de vue plus de sa carrière politique que celle des intérêts de notre république. Mais il parle tellement bien notre "Sarkozy genevois".

Écrit par : jacques joray | 11/11/2013

Madame Isabel Rochat est une grande dame et contrairement à ce que pensent certains, elle sort par la grande porte !

Ceux qui l'ont joyeusement biffées vont le regretter, y compris les membres de son parti.

Merci Madame Rochat.

Écrit par : Lise | 11/11/2013

Merci pour la censure, je n'ai fait que des éloges à la conseillère et vous censurez ?

Je le restitue :

Mme Rochat, recevez mes excuses pour les chacals qui vous ont diffamés, je n'ais jamais participé à aucun de ces lynchages, mais, néanmoins faisant partie de la population de cette ville, je ne peux que m'excuser pour mes concitoyens égarés.

Vous avez fait un mandat remarquable et vous resterez, ils sont rares, dans ma mémoire comme une conseillère digne, juste et honnête !

Merci Madame !

Écrit par : Corto | 11/11/2013

J'ai fait campagne à côté de Madame Rochat, et effectivement en peu de temps j'ai découvert une femme formidable par ses qualités humaines, comme il y en a pas beaucoup pour occuper de hautes fonctions dans notre République. J'espère qu'elle aura toujours un rôle important à jouer dans d'autres circonstances. Je lui souhaite bon vent et bien d'autres succès à l'avenir, car c'est vraiment une femme d'Etat, nonobstant le besoin d'un plus gros effort de communication.

Écrit par : ALBAN KOUANGO | 12/11/2013

Les commentaires sont fermés.