Gregoire Barbey

18/01/2014

Démocratie et démographie: qui domine qui?

 06de7b7.jpg


Nos démocraties vieillissantes entrent aujourd’hui dans une nouvelle phase de leur existence: pour des raisons multiples, la population peine à se renouveler en Europe (à part la France qui fait figure d’exception en la matière). Ces dernières décennies, les innovations dans le secteur de la santé et l’acquisition d’une compréhension beaucoup plus large du fonctionnement humain a permis d’allonger de façon conséquente l’espérance de vie des citoyens occidentaux. Ces deux facteurs, l’allongement de la durée de vie et la baisse du taux de fécondité, créent une situation à laquelle nos systèmes politiques n’ont pas été préparés. Au Japon, la population (environ 127 millions d’habitants) recule de près d’un million d’individus par année, soit l’équivalent de quatre bombes d’Hiroshima par an. Ce contexte dure déjà depuis 2005, et selon les estimations, la population japonaise aura diminué de 37 millions d’habitants en 2050, soit une baisse de 35% en 45 ans.

 

En Suisse, le taux de fécondité est estimé à 1,4 enfant par femme. Il est établi qu’une population ne se renouvelle pas en-dessous d’un taux de fécondité de 2,1 enfants par femme. La France se situe quant à elle aux alentours de 2,05, mais fait figure d’exception en Europe. Notre pays verrait sa population décroître si l’immigration ne corrigeait pas cette carence en natalité. Dans certains pays, les décès sont supérieurs aux naissances. Nous n’en sommes heureusement pas encore là en Suisse. Toutefois, cette réalité pose des questions qui sont à mon sens légitimes et pourtant trop peu traitées. D’autant plus qu’aujourd’hui, les perspectives de l’évolution démographique en Occident (selon l’OCDE) ne vont pas aller en s’améliorant. Or, la Suisse est basée sur un système politique (la démocratie semi-directe) qui donne à chacun des citoyens (qui ont la nationalité et l’âge de voter) une voix à faire valoir dans les urnes.

 

Cette capacité d’exprimer son opinion à travers son vote est évidemment très précieuse. Chacun doit, dans la mesure du possible, s’intéresser à ce qu’il se passe en Suisse et voter lorsqu’il s’agit de le faire. Dans les faits cependant, la situation n’est pas aussi idéale: les moins de 30 ans votent beaucoup moins et s’intéressent encore peu aux instances politiques et aux choix qui sont faits. Certes, ils sont nombreux à participer. Mais face aux plus âgés, ceux qui ont plus de 50 ans, la proportion des moins de 30 ans est largement sous-représentée dans les urnes. Cette faible représentation des jeunes générations a des conséquences. Les intérêts de ma génération, qui a entre 18 et 30 ans aujourd’hui, ne sont pas les mêmes que ceux d’une génération qui a maintenant atteint l’âge de la retraite. Quelle différence? Les uns sont actifs, et ont donc besoin de revenus suffisants pour subsister et constituer, si possible, un patrimoine pour fonder une famille (par exemple) ou pour créer une entreprise. La part de la population qui a plus de 60 ans a des besoins différents.

 

Ayant pour la plupart acquis un patrimoine plus ou moins important selon les cas individuels, leurs intérêts sont bien sûr de ne pas le dilapider trop rapidement afin que ces personnes puissent vivre correctement leur retraite et, dans la mesure du possible, donner ce qu’il reste à leurs enfants. De ce point de vue-là, un jeune ne votera pas nécessairement de la même manière qu’une personne sensiblement plus âgée pour de simples raisons de situation personnelle. Les actifs aiment à voir leurs revenus progresser (et ont donc généralement besoin d’une inflation stable qui permette de générer des crédits remboursables sans trop de difficulté). Les rentiers, de leur côté, préfèrent que leur patrimoine demeure le plus longtemps possible. Pour cela, leurs placements doivent être rentables. Ce qui nécessite, dans l’idéal, une moindre inflation. Sans entrer dans des considérations plus techniques encore, il convient d’émettre un constat, qui inévitablement suscite des questions: les intérêts des jeunes actifs diffèrent clairement des retraités.

 

Partant de cette réalité, et sachant que les jeunes actifs sont beaucoup moins représentés dans les urnes que leurs aînés retraités, des questions se posent d’elles-mêmes, sans pour autant trouver de réponses adéquates. Si les jeunes ne votent pas ou très peu, comment la politique de notre pays, et de chaque canton, peut-elle être influencée dans l’intérêt de cette catégorie d’âge? Et dans quel but nos représentants politiques doivent s’attacher aux intérêts des plus jeunes quand leur électorat est composé d’une classe d’âge supérieure? En somme, si les intérêts des plus nombreux à voter se situe dans le maintien d’un patrimoine rentable, quand les actifs ont besoin au contraire d’une situation financière qui leur permette d’investir et générer des crédits remboursables sans trop de contraintes, n’est-ce pas un déséquilibre total entre générations?

 

La plupart des crédits n’étant pas indexés sur l’inflation, si celle-ci progresse raisonnablement sur la durée, les jeunes actifs sont en mesure de rembourser leurs créances avec moins d’argent (puisque la somme à rembourser – avec intérêts – demeure la même et que l’argent, avec une inflation stable, vaut moins). Mais pour les rentiers, ceux qui possèdent une bonne part des créances (via des biens mobiliers et/ou immobiliers), cela revient à être payé en monnaie «de singe». Il est plus intéressant pour eux que la monnaie garde une valeur équivalente plusieurs années plus tard, cela rentabilise leurs actifs et génère évidemment des plus-values appréciables. Bien sûr, tout ce qui précède ne constitue qu’un exemple (probablement le plus parlant) des divergences d’intérêts entre génération. Il ne s’agit pas ici de dénoncer les personnes à la retraite ou rentières, car comme tout individu sensé, elles agissent en adéquation avec leurs intérêts. L’objectif est plutôt de démontrer la corrélation entre la démocratie et la démographie.

 

Des questions se posent donc. Est-ce que ce différentiel entre jeunes actifs et retraités constitue les limites de notre système, ou peut-on, par des politiques volontaristes, inciter les plus jeunes à prendre conscience qu’ils doivent aujourd’hui décider pour demain, qu’ils sont tenus de se poser eux-mêmes les questions que leurs parents se sont posées à leur âge? Je n’ai pas, pour l’heure, de réponse appropriée. Il importe néanmoins d’en parler car un tel débat, dans un pays comme le nôtre, a toute sa place et des solutions doivent être trouvées. Il faut bien comprendre que ce problème est réel et a des conséquences sur nos modes de vie. Avec l’augmentation de l’espérance de vie, les gens héritent plus tard (vers 50 ans en moyenne, quand la vie active est presque achevée). Les jeunes, à l’époque de nos aînés, pouvaient espérer sur un petit pécule pour démarrer dans la vie. Aujourd’hui, ma génération, et celle qui me précède, doit s’endetter pour investir dans des biens de première nécessité (immobiliers notamment). Tout cela a des conséquences. Que ça soit économique, ou simplement démocratique. Osons en parler.

 

Grégoire Barbey

20:31 Publié dans Air du temps, Economie, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

Commentaires

Si les jeunes suisses n'étaient pas aussi égoïstes ils feraient des enfants et ainsi en apprenant ce que donner veut dire ils assureraient un avenir à notre société qui se meurt petit à petit sous l'invasion tiersmondiste.

Écrit par : norbertmaendly | 19/01/2014

N'y a-t-il pas, au vu de la vie trop souvent faite de contraintes, insécurité (pas pour tous mais en regardant autour de soi, autres pays, Europe, notamment...) appropriation croissante du vivant par les multinationales et autres "ayants droits" sur l'homme, son rendement, son cerveau, donc, à bientôt "pucer" ("trafiquer scientifiquement en son cerveau", VOIR PROJETS USA en la matière) de façon à le programmer au gré et intérêts des "grands" de ce monde, ne croyez vous pas que, tant que faire se pourra, les jeunes couples, responsables, refusant de mettre au monde des "créatures" modelées par l'éclairée *recherche"! de tels jeunes couples hésiteront à procréer... par AMOUR et RESPECT pour ce qui aurait pu être appelé à la vie: un être humain (non, par la science, une monstruosité, monstruosités à venir (pessimisme mien infondé?, si oui, tant mieux.)

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/01/2014

Au moyen âge il y avait la peste, la famine, les guerres, l'esclavage et j'en passe. Pourtant on faisait des enfants. Le monde n'a jamais été aussi sur que maintenant et pourtant on ne fait plus de gamins. Arrêtons de nous regarder le nombril et reproduisons nous. La vie n'a de sens que lorsque qu'elle est partagée même si des fois les gosses nous font bien ch...

Écrit par : norbertmaendly | 19/01/2014

Avoir un enfant, c'est DONNER la vie! Alors aujourd'hui on fait des dons à toutes sortes d'associations de bienfaisance....oups! pour se donner bonne conscience, mais on tue le don de sa chair, en demandant en plus aux autres de payer!
Beaucoup de générations ont eu des enfants "par accident", nous en sommes sûrement! Avec cette nouvelle mentalité, nous aurions dû être nourris, logés, éduqués par la SUVA! (CNA précédemment)...pas vrai?

Écrit par : Corélande | 19/01/2014

Permettez-moi d'insister: avant les problèmes relatés plus haut que nul, de bonne foi, ne saurait contester à moins de "fermer les yeux" pour les fermer: se calfeutrer en son douillet petit cocon de nanti privilégié, vous ne trouverez aucun psy pour vous dire qu'il n'est pas vrai qu'un géniteur, une génitrice ne sont pas forcément bons papa ou maman du fait qu'ils sont géniteur ou génitrice... et qu'ainsi tout un chacun a droit à ne pas se laisser traiter d'"égoïste" parce que ne ressentant pas ce besoin ou n'entendant pas cet appel à faire des enfants. L'enfant, "appel de la vie à la vie", est une chose, besoin de bras, de cerveaux et... "de cotisants", une autre.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/01/2014

Les commentaires sont fermés.