Gregoire Barbey

08/03/2014

Naxoo: étrange dit l'ange, étrâne dit l'âne?

 614598551.2.jpg

Pierre Maudet. Le conseiller d'Etat était en charge de Naxoo lorsqu'il était magistrat
de la Ville de Genève. Sandrine Salerno a repris le dossier.
(Crédit photo: Haykel Ezzeddine)

 

J'ai commencé à m'intéresser en profondeur au dossier Naxoo, après l'aboutissement du référendum le 9 février dernier refusant la vente à UPC Cablecom. J'ai découvert des détails intéressants, notamment d'anciens administrateurs ou dirigeants qui travaillent maintenant au Département de la sécurité et de l'économie (DSE) dont Pierre Maudet est en charge. Je pense par exemple à Eric Favre, qui était membre du conseil, et a été nommé au 1er juin 2013 directeur des systèmes d'information et de communication à l'Etat de Genève!

 

Je m'étonne par ailleurs qu'il n'y ait rien eu dans la presse à propos de Sandrine Salerno: celle-ci ayant échoué à convaincre les citoyens de la Ville de Genève du bienfondé de sa démarche, il serait normal que le dossier lui soit retiré. Il ne s'agit pas de dire si elle a bien fait ou non son travail, mais elle est maintenant dans une situation où ses décisions seront prises dans une panique tout à fait compréhensible.Il en va de même pour l'actuel conseil d'administration, dont les membres, pour la plupart issus des partis politiques, ont échoué dans leur stratégie. Ils doivent être remplacés, et l'actuel président également!

 

En creusant un peu le dossier, j'ai aussi eu vent d'une soirée arrosée offerte par l'une des parties prenantes de la cession de Naxoo. J'y reviendrai lors d'une prochaine publication. A ce sujet, le MCG, qui était contre la vente (Daniel Sormanni était probablement le conseiller municipal le mieux renseigné sur le dossier) a retourné sa veste promptement. J'ai, semble-t-il, un élément de réponse pouvant justifier ce retrait soudain et le dévoilerai lorsque j'en aurai confirmation.

 

Quant à la demande de la commission des finances de la ville, à savoir que Naxoo explique sa nouvelle stratégie, j'ai un peu de la peine à saisir. Est-ce que Swisscom pourra bénéficier d'un apéritif avant la prise de note concernant le développement de son concurrent? C'est intéressant comme démarche. On voudrait couler Naxoo qu'on ne s'y prendrait pas mieux. D'ailleurs, ceux qui ont échoué devant le peuple pourraient alors dire que leur stratégie était la bonne et qu'elle aurait au moins préservé quelques emplois.

 

Une question demeure quant au transfert des fichiers clients. Habituellement, c'est une transaction chiffrée en millions (dans le cadre d'une entreprise comme Naxoo). Mais ici, le transfert desdits fichiers (81'000 prises si mes souvenirs sont bons) était une condition pour débuter la transaction. J'ai calculé, grosso modo, ce qu'aurait coûté la vente à un prix normal de ces fichiers clients. On dépasse les 10 millions. Or ici, il n'a pas été question d'en négocier un prix, visiblement. Par ailleurs, selon mes sources, Naxoo posséderait près de 30 millions de francs en liquidités...

 

La Ville de Genève a pourtant demandé 57 millions de francs pour Naxoo à UPC Cablecom. Vu la rentabilité et l'EBITDA de l'entreprise, je pense qu'il aurait été possible de valoriser davantage Naxoo. Cette interprétation ne tient pour l'instant qu'à moi, mais je vais continuer mes recherches et serai prochainement en mesure de donner davantage d'informations sur cet étrange dossier. Car oui, qu'on veuille ou non nous le cacher, de nombreuses zones d'ombre subsistent. Par exemple l'ancien président du conseil, Michel Mattacchini, serait parti vivre à l'île Maurice... Bref, j'y reviendrai sans tarder.

 

Grégoire Barbey

 

18:16 Publié dans Economie, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

Commentaires

Oui, n'hésitez pas à y revenir, ça m'intéresse beaucoup.

Ce que je vois sur ma wi-fi, c'est que dans mon immeuble, 4 personnes se sont faites avoir par Cablecom et 7 autres non.

Ce que je vois dans d'autres cantons, c'est que Cablecom est soutenu par certaines régies qui insistent lourdement pour ne pas aller ailleurs, même si ce n'est pas obligatoire.

Ce que je vois, c'est que ma voisine qui a signé sans se demander quoi que ce soit, a dû faire intervenir 2 x la société pour sa TV et m'appeler hier parce que internet ne fonctionnait pas. Que j'ai dû téléphoner pendant une demi-heure à la société, me dépatouillant avec un PC moi qui travaille sur Mac depuis sa naissance LOL, et que la société a dû réinitialiser le modem à distance. Courtois, je le reconnais. Cela fonctionnait à nouveau.

Aujourd'hui, cela ne fonctionne déjà plus ;)

Ce que je vois, c'est que j'ai reçu dans ma boîte aux lettre, encore une pub affichée comme Naxoo-Cablecom, alors que nous avons voté NON !

Alors je ne sais pas qui se fiche de qui dans cette histoire, ni quels sont les gros sous derrière tout cela, mais surtout les intentions des US à qui appartient Cablecom de pousser au portillon à ce point. Par contre, je peux très bien l'imaginer.

Écrit par : Jmemêledetout | 08/03/2014

P.S. et j'ai oublié en route...

Que le MCG a fait un enfant dans le dos à LEMAN BLEU, qui l'a pourtant abondamment soutenu, en faisant en sorte que lui soit retiré les retransmissions du parlement pour négocier à en diffuser des extraits choisis sur Cablecom. Alors que pour cette petite TV locale, cette diffusion était une question de survie, quasiment.

Et pour le peule aussi, car nous n'avons plus aucun moyen de sa voir ce qui s'y passe réellement.

Il y a un gros noeud là, gros comme une montagne.

Il faut le dénouer.

Écrit par : Jmemêledetout | 08/03/2014

Mais de quoi parle t'ont, de TéléGenève ou de Naxoo !

Faudrait pas tout confondre !!

Écrit par : Corto | 09/03/2014

Faudrait pas trop nous prendre pour des buses !

Ce qui est certain, c'est qu'il y a des destitutions qui se perdent !!

Écrit par : Corto | 09/03/2014

Scandaleux ... OUI je pense que la liquidation du Conseil d'administration devient indispensable. Accompagné d’enquêtes administratives.
De plus, tous ces liens entre M.Propre et le gens de Naxoo nous fait penser qu'il est très sale ! Je savais bien que M. Maudet paraissait trop bien, en tous cas pour les belles-mères.

Écrit par : ManuLeMalin | 09/03/2014

Bonjour,

Effectivement, cette affaire pose de nombreuses questions.

En premier lieu celui du timing du transfert des abonnés. Celui-ci aurait aussi bien pu être effectué après la vente, entre la société et son actionnaire unique, ce qui aurait également évité de poser des question par rapport à l'existence d'un dividende en nature (si comme vous le suggérez ce transfert a eu lieu gracieusement) dont un actionnaire a bénéficié, et l'autre non, ce qui reviendrait à violer les dispositions du Code des Obligations.

Ce transfert anticipé représentait du pain béni pour les opposants à la vente, qui ont pu instrumentaliser la colère de certains abonnés et le sentiment de s'être fait "forcer la main" des autres. Un peu comme si Cablecom avait fait "exprès" de perdre. Ou alors, c'est qu'ils sont vraiment piètres stratèges.

D'autre part, toujours au chapitre du prix (ou de l'absence de prix) de transfert de la clientèle, il me semble que si votre supposition est exacte, un groupe de citoyens de la Ville serait peut-être habilité à porter plainte contre Cablecom pour avoir pillé la substance d'une société dont ils demeurent actionnaires à 50%... Est-ce juridiquement envisageable, je ne sais pas.

Pour le prix de vente, je n'ai évidemment pas d'idée, ne connaissant pas les comptes de la société. J'avais lu quelque part que les 30 millions provenaient des entrées d'abonnement en fin ou début d'année, et donc feraient partie du fonds de roulement de l'entreprise, mais ceci ne présage en rien de sa rentabilité...

Finalement, une question me taraude depuis un moment: si le contrat a été revu sérieusement par les juristes de Cablecom, n'y aurait-il pas une clause d'indemnité en cas de rupture de contrat injustifiée par l'une des parties ? Ou le risque de votation populaire défavorable a-t-il été dument pris en compte à l'avance? A voir l'embarras des autorités, rien n'est moins sûr.

J'attends avec impatience la suite de vos commentaires...

Écrit par : Mikhaïl Ivanovic | 09/03/2014

Les commentaires sont fermés.