Gregoire Barbey

21/04/2015

Stauffera bien qui Stauffera le dernier

 Stauffer.jpg

Le Mouvement citoyen genevois (MCG) a connu sa première «défaite électorale». Les guillemets sont volontaires, car il s’agit davantage d’une correction. Mais enfin, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Alors que quelques jours encore avant le scrutin du 19 avril, nombreux étaient les membres du MCG à pavoiser publiquement sur la sanction populaire qui allait frapper les partis traditionnels, les rares voix qui s’élèvent encore parmi la direction du parti tentent de limiter les dégâts avec une mauvaise foi affolante.

Revenons sur les résultats. Le MCG n’a pas réussi à se positionner de façon favorable dans la course à l’Exécutif de l’une des 45 communes du canton de Genève. Même son bouillonnant président ad aeternam Eric Stauffer est en passe de perdre son siège de magistrat communal à Onex. Et sur le plan de sa représentation au sein des Délibératifs, celle-ci a reculé de 12,33% (de 73 à 64 sièges). Il s’agit donc bel et bien d’une stabilisation. Le parti semble avoir atteint ses limites en termes de croissance. Même s’il est encore beaucoup trop tôt pour l’affirmer sans l’ombre d’un doute.

Dimanche soir, Eric Stauffer a tenté d’expliquer sa déroute avec son habituelle assurance et son adaptation  inélégante des faits. Plutôt que de reconnaître sa défaite avec le panache qui le caractérise, le président d’honneur du MCG a tenté de revêtir les habits de la victime pour mieux défendre la dialectique d’opposition que son parti a élaborée. Voici sa ligne de défense: il n’a pas perdu, il a été poussé hors du trio de tête à cause d’une «alliance contre-nature». Le libéral-radical François Mumenthaler s’est effectivement emparé de la troisième place avec une légère avance de 200 voix. Selon Eric Stauffer, les électeurs de la gauche ont massivement rajouté le candidat PLR. C’est en partie vrai. Mumenthaler avait d’ailleurs ouvertement défendu le bilan des deux magistrates de gauche à l’Exécutif d’Onex. Un appel du pied à leur électorat. Mais l’alliance n’était pas officielle et seuls les électeurs de la gauche ont eu en main la capacité de décider si oui ou non ils préféraient voter pour un candidat de droite dans le but de barrer l’accès à Eric Stauffer.

Force est de constater qu’ils ont préféré cette perspective. En ce qui concerne Eric Stauffer, on constate, à la lecture des chiffres, que son résultat est médiocre: environ 500 voix de moins qu’il y a quatre ans. Alors que le nombre d’électeurs est constant. Eric Stauffer pourra donc tergiverser, vitupérer, accuser la presse, inventer des alliances qui n’avaient pas lieu au premier tour, le résultat qui est le sien, il ne le doit qu’à lui. A Lancy, le président en fonction du MCG Roger Golay n’a pas réalisé le score époustouflant qu’il était en droit d’attendre. Son parti étant le premier de la ville sur le plan de la représentation au Conseil municipal. Il arrive malgré tout en troisième place, mais loin derrière les candidats de la gauche (1000 voix de moins). Quand bien même les libéraux-radicaux de Lancy avaient laissé entendre qu’une alliance avec le MCG au deuxième tour serait envisagée.

Reste que le MCG continue de parler à son électorat. Il a publié au lendemain des élections un communiqué de presse sobrement titré: «Un nouvel adversaire politique: la Tribune de Genève». Il s’en prend ouvertement au journal, qu’il estime ne pas respecter son devoir d’objectivité et d’impartialité. C’est clair que la TdG n’a jamais offert au MCG une vision aussi complaisante du parti anti-frontaliers tel que le fait régulièrement Pascal Décaillet dans sa chronique à l'hebdomadaire GHI. Mais plutôt que de respecter la liberté de la presse et, partant, le droit de disposer librement d’une ligne éditoriale, le MCG veut faire des médias son bouc émissaire. Une stratégie propre à l’extrême droite, toujours en rupture avec le système, dont les journaux, la radio et la télévision font évidemment partie. Le parti d’Eric Stauffer aura beau trouver toutes les excuses possibles et imaginables (même les moins crédibles), le résultat de ce 19 avril est clair. Le MCG doit désormais se remettre en question et cesser d’éructer contre celles et ceux qu’il a tant et tant de fois diffamé, injurié et blessé. Le MCG s’attendait à une sanction populaire à l’encontre de ses adversaires. C’est lui et son allié l’UDC qui en font les frais. Alors, la démocratie, ça fait mal, hein?

 

Grégoire Barbey

21:18 Publié dans Elections communales de 2015, Genève | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

Commentaires

Aliments de Langage:
L'extrême droite en Suisse Romande a ses relais à Genève MCGHI -MCGenève à chaud. Plus largement le sinistre Windish"Les Observateurs" reprend le cours d'insectologie initié par la britannique Hopkins "The Sun* sujet les cafards migrateurs en Méditerranée.
Signalons que dans cet estimable site des chroniqueurs chroniquent "Decaillet- Valette-Jean Romain"
Nul raison dés lors de s'étonner que le futur ex-Roi d'Onex s'estime injustement mis en valeur dans le Canard Enchainé au PLR selon votre confrère Decaillet.

Écrit par : briand | 22/04/2015

Le blog du PDC Carouge sort les chiffres de la surveillance des communes genevoises et c'est étonnant de voir le résultat d'Onex, avec un Maire qui a su faire du bon boulot, mais que les politicars s'accoquinent pour virer!

C'est une des genevoiseries qui coule Genève aux yeux des Suisses!

Écrit par : Corélande | 22/04/2015

Franchement vous me faites marrer avec vos "extrêmes droites", il n'y a même pas un parti réellement à droite à Genève !!

Écrit par : JDJ | 07/05/2015

Alors PLR, le PDB, l'UDC, le MCG sont des partis de gauche ????

Écrit par : plumenoire | 07/05/2015

A peine des partis de centre-droit, au mieux. Et encore, quand je vois le soutien du MCG aux fonctionnaires (répétons-le pour le désespoir, parmi les mieux rémunérés d'Europe et sans les meilleures qualités), j'hésite. Centre-gauche semble mieux seoir.

Ça explique en partie l'état pitoyable de cette ville et de ce canton, bien que pour la première la situation soit irrécupérable, comme d'autres villes suisses, par ailleurs.

Écrit par : JDJ | 07/05/2015

Les commentaires sont fermés.