Gregoire Barbey

06/05/2015

C'est toujours de la faute de la chancelière

Anja-Wyden-Guelpa_250613_1.jpg

Les bulletins de vote sont-ils arrivés en retard dans certaines communes genevoises pour le second tour des élections municipales? C'est ce qu'affirment certains élus sur les réseaux sociaux. De son côté, la chancelière d’Etat Anja Wyden Guelpa précise que les derniers envois ont dû arriver hier. «Après vérification, nous avons toutes les raisons de croire que La Poste a pu remplir son mandat et délivrer le matériel 5 jours avant le scrutin, conformément à la loi», ajoute-t-elle. Car si des élus se plaignent de voir les bulletins arriver si tardivement dans les boîtes aux lettres des électeurs, c'est avant tout parce que le Parlement a modifié le délai qui sépare les deux tours de l'élection aux exécutifs municipaux, passant de 5 semaines à 3 semaines. C'est un choix. Et si certains élus et autres éditorialistes critiquent aujourd'hui cette durée qui paraît effectivement trop courte, ils n'ont pas manqué lors du second tour des élections au Conseil d’Etat il y a deux ans de scander à qui voulait l'entendre que 5 semaines ça paraissait être une véritable éternité. Le Grand Conseil s'est en partie fondé sur ce sentiment dans sa décision de réduire la durée séparant les deux tours. Cette décision impliquait également la réduction du délai légal d'envoi du matériel de vote qui est de 10 jours avant le scrutin pour le premier tour à 5 jours pour le second.


C'est quand même difficile de venir s'en prendre directement aux services de la Chancellerie et à la chancelière elle-même qui ne sont pas responsables des changements législatifs. Mais certains ne manquent pourtant jamais une occasion de le faire. A Genève, s'il pleut, il faut en général penser qu'Anja Wyden Guelpa y est pour quelque chose. Même si tout porte à croire que sa responsabilité n'est pas engagée. C'est le cas présentement en ce qui concerne l'envoi des bulletins de vote. On peut raisonnablement penser qu'un délai de quatre semaines entre les deux tours serait plus judicieux pour limiter les risques de retards. Ce qui n'empêche pas de relever l'importante organisation logistique nécessitée par le nouveau mode d'élection à deux tours. La chancelière relève que certains de ses collaborateurs ont travaillé jour et nuit à plusieurs reprises afin que soit délivré le matériel dans les délais impartis par la loi. Et qu'il suffit d'un imprévu lors de l'impression des bulletins, leur mise sous pli ou leur distribution par la Poste pour que les délais légaux ne soient plus tenus.


Bien souvent à Genève la critique est plus aisée que la réflexion. Dans le cas de l'envoi des bulletins de vote, si les élus sont déçus du délai légal imparti à la Chancellerie pour délivrer le matériel à temps, ils n'auront qu'à modifier la loi par la voie parlementaire pour augmenter la durée qui sépare les deux tours des élections. C'est un peu facile de se décharger de ses propres responsabilités sur autrui. Même si comme je le mentionnais plus haut, la chancelière fait toujours l'objet de ces critiques acerbes de la part des mêmes personnes. A contrario, on ne les a jamais vu féliciter la Chancellerie lorsqu'elle délivre les résultats des élections le jour même et ce malgré d'impressionnants défis et contraintes sur le plan logistique et organisationnel. Finalement on en vient à s'interroger si cela ne dérange pas certains de voir une femme à la tête d'une telle institution puisque les critiques s'éloignent très souvent de la réalité des faits. Quant à dire que cette situation est le symbole d'une démocratie qui s'endort, ça frise l'excès. Le vote anticipé est un confort et a pour objectif de limiter les abstentions. Mais si la démocratie implique de s'acquitter de son devoir de citoyen sans effort juste par acquis de conscience, on se demande bien à quoi ça peut servir de donner à la population le droit de vote. Si les électeurs estiment que le délai est décidément trop court pour cette élection, ils n'auront qu'à faire un effort, une fois dans l'année, et se déplacer dimanche matin au local de vote de leur commune. Vu l'importance que revêt pareil rendez-vous électoral, l'effort semble bien mince.

Grégoire Barbey

09:48 Publié dans Elections communales de 2015, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |