Gregoire Barbey

28/03/2017

Le chant du cygne d'un MCG à bout de souffle

130907_eric-stauffer_01.jpg

Les élections cantonales se rapprochent et le Mouvement citoyen genevois s’illustre à nouveau par son étonnante capacité à se préoccuper du bien-être de ses concitoyens en s’attaquant à cette cadre de l’Administration fiscale cantonale (AFC) qui vit en France… et possède le passeport suisse! A en croire le parti, en mal de visibilité depuis le départ de son vitupérant clown en chef Eric Stauffer, cette nomination met en grand danger la sécurité des données fiscales des Genevoises et des Genevois. Rien que ça! Le MCG se fend donc d’un communiqué de presse et annonce le dépôt d’une motion appelant le Conseil d’Etat à suspendre la directrice adjointe de l’AFC et à n’engager que des résidents genevois en ce qui concerne l’administration fiscale.

Le parti – qui n’a pas peur du ridicule et des superlatifs – s’égosille dans un exposé des motifs des plus saugrenus. Pour lui, cette nomination implique une «nouvelle perte de souveraineté» qui met «en danger nos institutions» (!) et le secret fiscal genevois. Il s’agirait d’une «dérive dangereuse» de l’AFC. Le MCG craint en effet que les douanes françaises ne soutirent des informations capitales à cette femme qui vit en France voisine. La scène serait digne d’un film de Michel Audiard… Bref, à une année des élections cantonales, le parti des râleurs essaie tant bien que mal d’exister au sein du paysage médiatique, quitte à devoir se faire mousser. Un comportement qui sent la fin de règne, sans pourtant n’avoir jamais régné ailleurs que dans les cafés du commerce.

C’est dire à quel point le programme de ce parti n’a guère évolué au fil des années. Douze ans après son entrée fracassante dans les travées du Parlement genevois, le MCG est à bout de souffle et peine à redynamiser sa dialectique et à occuper des thématiques différentes de son principal fonds de commerce, qui se résume par la haine et la méfiance vis-à-vis des autres. Le chant du cygne, en somme.

Dans ce cas précis, le discours du parti devient totalement incompréhensible: est-ce le fait de résider en France voisine qui met en danger le secret fiscal genevois? Faut-il interdire à toute personne disposant d’informations sensibles de traverser la frontière pour aller en France? La directrice adjointe de l’AFC est Suissesse. Le MCG préférerait-il quelqu’un qui réside à Genève mais qui ne dispose pas de la nationalité suisse tout en ayant accès à des données confidentielles? En quoi le lieu de résidence influence de façon systématique l’allégeance d’une personne à un Etat étranger? Si la France souhaite obtenir des informations de la sorte, n’a-t-elle pas d’autres moyens pour les obtenir, comme faire du trafic d’influence ou carrément acheter des personnes afin qu’elles transmettent de telles données aux autorités françaises?

Oui, le MCG est définitivement à côté de ses pompes. Incapable de se maintenir, apeuré par l’échéance électorale qui approche, le parti se livre à la réaction à chaud, tout ça pour qu’on parle de lui. Un article paraît le dimanche, voilà que le lundi matin, une motion est déposée en lien avec les informations dudit papier. La politique, ce n’est pas ça, et la médiocrité de la position du MCG dans cette non-affaire le prouve une fois de plus. Le MCG donne l’impression d’être un poulet décapité dont les muscles sont encore traversés par des spasmes avant de mourir… définitivement.

Grégoire Barbey

Copyright photo: Patrick Gilliéron Lopreno

13:19 Publié dans Air du temps, Elections cantonales 2018, Genève | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook | | | |

15/03/2017

La mode des stratégies 2030

110417_maudet_04.JPG

La Tribune de Genève nous apprend que le conseiller d’Etat Pierre Maudet a présenté à la presse sa stratégie sécuritaire 2030, «une première en Suisse». Loin de moi l’idée de jouer les mauvaises langues, mais ne peut-on pas se montrer plus critique face à de tels exercices? L’article nous résume les grands axes de ladite stratégie. Pour être honnête, n’étant pas un expert du domaine sécuritaire, je n’ai pas compris grand-chose. Est-ce que la stratégie est solide, ou s’agit-il d’un document prête-nom qui aligne des poncifs sur la sécurité pour pouvoir dire ensuite: «je vous l’avais dit» ou «nous étions précurseurs»? A un an des élections, ne peut-on pas y voir une tentative de façonner son image?

Je ne doute pas que Pierre Maudet dispose d’une vision politique sur le temps long. C’est probablement l’un des rares élus genevois à disposer d’une capacité (et c’est bien malheureux puisqu’il vise avant tout le Conseil fédéral…). Mais il n’en demeure pas moins que de tels documents, qui sont courants côté Confédération (les stratégies 2030, 2040, 2050 ne manquent pas à Berne…), nécessitent d’être interrogés pour ce qu’ils sont. Et justement, de quoi s’agit-il précisément? Nous présente-t-on une véritable réflexion, avec des idées audacieuses, des prises de risque, ou s’agit-il d’un manuel pour apprendre à arroser les chrysanthèmes et se donner un air de politicien sérieux?

La question se pose d’autant plus qu’on sait à quel point Pierre Maudet est un as de la communication. Ce n’est pas par hasard si l’aspect «inédit» sur le plan cantonal d’une telle stratégie est à ce point mis en avant. L’exercice, d’un point de vue communicationnel, est réussi. Mais après, qu’en est-il du fond? Est-ce la mode que de présenter des plans estampillés 2030? Pierre Maudet n’est pas le premier à le faire, et certains de ses collègues ne s’en sont pas privés. Au final, on aimerait savoir quelle sera la portée réelle d’une telle stratégie. Pour ma part, je ne retiendrai qu’un élément de cet article: le conseiller d’Etat annonce la couleur, il faudra faire davantage avec les mêmes moyens. S’agit-il vraiment d’une vision d’avenir ambitieuse?

Grégoire Barbey

Copyright photo: Patrick Gilliéron Lopreno

20:41 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | | | |