Gregoire Barbey

29/05/2017

Et si Pierre Maudet abandonnait la Police?

cropped-IMG_23651.jpg

L'an prochain aura lieu à Genève les élections cantonales, remettant en jeu les sièges au sein du Parlement et du Gouvernement. Partons du principe que tous les conseillers d'Etat candidats à leur réélection soient maintenus au Conseil d'Etat.
 
Pierre Maudet serait-il prêt à abandonner la Police lors de la répartition des départements l'an prochain? La rumeur se fait très insistante en tout cas. Cela fait longtemps qu'il lorgne sur les Finances, un bon strapontin pour des ambitions... fédérales. Sans doute souhaiterait-il y joindre l'Economie, excellent moyen de réseauter, ce qui n'est pas négligeable. Et puis, ça fait de jolies photos sur Instagram, les voyages à l'étranger... En tous les cas, Pierre Maudet devrait probablement obtenir la présidence du Conseil d'Etat, de par son ancienneté à l'Exécutif cantonal.
 
Et contrairement à l'actuelle législature, le conseiller d'Etat en charge de la présidence devrait vraisemblablement disposer d'une politique publique. Beaucoup s'accordent à dire que la structure du Département présidentiel de François Longchamp est peu lisible.
 
Présidence et Finances semblent d'ailleurs bien indiquées, tant le rôle du grand argentier est transversal. La Constitution de 2013 évoque d'ailleurs en ces termes le rôle du président du Conseil d'Etat: il veille à la cohérence de l'action gouvernementale. Quel meilleur moyen d'y veiller qu'en disposant des vannes budgétaires?...
 
En outre, l'actuel responsable des Finances, le démocrate-chrétien Serge Dal Busco, est en difficulté. Discret, nombreux sont ceux qui estiment qu'il n'est pas à sa place, y compris jusque dans son propre parti.
 
Concernant l'Economie, son collègue Mauro Poggia pourrait être intéressé. En effet, précédemment, l'Economie et l'Emploi faisaient partie du même département. Et si Pierre Maudet devait abandonner la Police, qui serait tenté de s'y frotter? Par défaut, une option est envisageable: le nouveau/la nouvelle prend ce qui reste et comme la Police est un département extrêmement difficile à Genève, il est possible qu'aucun autre conseiller d'Etat n'ait envie de récupérer la patate chaude...
 
Sauf que. Il paraîtrait qu'un magistrat s'y intéresse. Mais qui donc? Luc Barthassat! Est-ce un hasard si celui-ci s'est proposé pour faire partie de la délégation du Conseil d'Etat auprès des syndicats de la police, aux côtés de Mauro Poggia et Pierre Maudet?
 
En fait, qui croit au hasard en politique? Certainement pas moi!
 
Grégoire Barbey
 
 

19:46 Publié dans Elections cantonales 2018, Finances, Genève | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

Commentaires

Et si P5M abandonnait la police ?
Cela serait certainement très bénéfique pour la police et Genève.

Maudit soit le bidet !

Écrit par : Clyde | 31/05/2017

Il serait bien dommage que Monsieur dal Busco soit écarté des finances, son seul tort étant de n'être point une grande gueule dans la république des forts en bouche...

Écrit par : mikhail | 31/05/2017

Et si Maudet abandonnait la politique? Je pense qu'on s'en porterait que mieux. Et quand à savoir qui va reprendre la patate chaude, il faut être suicidaire pour reprendre un département qui est devenu une grande chianlis grâce à M. le Maudit.
J'espère sincèrement que le peuple n'oubliera pas toutes les casseroles de Pierrot et qu'il ne sera pas réélu l'an prochain.

Écrit par : Stephane Helba | 31/05/2017

J'ai beau chercher, je ne trouve aucune valeur journalistique à ce billet. Juste de la spéculation de bas étage pour gamberger à vide.

Écrit par : Pierre Jenni | 01/06/2017

"Et si Pierre Maudet abandonnait la Police ?"

Ce ne serait que justice, puisqu'elle l'a depuis longtemps abandonné.

Écrit par : Le bon roi Dagobert | 01/06/2017

Écrire un commentaire