Gregoire Barbey

30/05/2013

Union européenne: un mal nécessaire

 Chronique, 30.05.13

drapeau_union_europenne.jpg

 Union européenne. Que nous le voulions ou non, il faudra un jour se résoudre
à prendre les devants. Si possible avant qu'il ne soit trop tard!

 

Les citoyennes et les citoyens suisses semblent majoritairement opposés à une adhésion à l’Union européenne. C’est une réalité et elle n’est clairement pas remise en cause. Les arguments de l’opposition sont fondés sur des faits qui justifient une crainte pour l’avenir de notre pays. Mais j’aimerais ici exposer un avis – conscient d’être très largement minoritaire – sur une voie qui m’apparaît être la seule viable à long terme. Il y a des constats à émettre, et mieux vaut les partager avant qu’il ne soit trop tard. Car comme dit l’adage, nous sommes toujours intelligents après. Cependant, dans des contextes où tout un pays est concerné, les proportions n’ont pas la même échelle.

 

L’Union européenne pèche effectivement par son système politique, où la participation des citoyens est quasiment inexistante, pour ne pas dire totalement. Alors pour la population suisse, il est évident qu’un tel modèle n’est pas envisageable. Et c’est une raison que je soutiens volontiers. Il faut néanmoins nuancer ce fait. Si la Suisse devait adhérer à l’Union européenne, ça ne serait pas sans conditions. Et sans doute viendraient-elles des deux côtés. Ce qu’il faut impérativement comprendre, c’est qu’aujourd’hui, il n’est plus possible de faire marche arrière dans la globalisation de notre monde. Les Etats sont voués, peu à peu, à disparaître. Les frontières qui persistent sont simplement juridiques. Mais concrètement, elles n’existent plus. La technologie a dépassé l’aspect matériel qui nous empêchait d’interagir à l’échelle internationale.

 

Il nécessite donc de faire le deuil de certains conforts issus d’un passé différent. Le contexte évolue, nos habitudes également. La société est en pleine mutation, et nos modes de fonctionnement sont en sursis. Il s’agit donc d’accepter ça sans nostalgie et de prendre les devants pour ne pas finir sur le carreau! Et ça passe, que nous le voulions ou non, par certains compromis. A nous de faire en sorte que ça ne devienne pas des compromissions. A l’heure actuelle, nous sommes plutôt sur la mauvaise pente. David Hiler me disait, lorsque je l’interviewais mardi, qu’il n’y a pas de solution gratuite. Il faisait en l’occurrence référence à la réforme de la fiscalité des entreprises. Mais je pense que son constat peut être extrapolé dans nos rapports à l’Union européenne. Nous avons choisi la voie des accords bilatéraux. Et force est de constater que cette solution a fait son temps.

 

Nous allons être amenés à devoir intégrer, petit à petit, les standards juridiques européens, puis internationaux. C’est déjà le cas en matière de fiscalité, où les pressions sont toujours plus fortes contre la Suisse. Sauf qu’aujourd’hui, personne ne peut plaider la cause de la Suisse à Bruxelles. Tout au plus quelques diplomates, dont l’efficacité n’est malheureusement plus véritablement avérée. Nous n’avons pas voix au chapitre et nous ne pouvons pas négocier de compromis dans notre intérêt. Les tenants de notre souveraineté nationale ne réalisent pas encore qu’à ce jeu-là, notre pays sera totalement perdant, et beaucoup plus vite qu’ils n’osent l’imaginer. Ce qu’il faut, c’est inverser la tendance. J’ai connu, à travers l’histoire de la Suisse, un pays audacieux, courageux, qui a toujours su se montrer ferme dans les affaires étrangères. Pourquoi ne pas continuer sur cette lancée, et exporter notre magnifique modèle politique à l’Union européenne?

 

Certes, une telle révolution institutionnelle ne peut avoir lieu en quelques mois, ni quelques années. Il faudra des décennies pour que la mondialisation arrive à maturité. Nous ne sommes que poussière dans une destinée que nous refusons visiblement de prendre en main. Votre serviteur est opposé à tout renoncement, et envisager une éventuelle adhésion à l’Union européenne n’est pas synonyme d’abandon. Au contraire, ça doit être le prétexte pour mener une bataille acharnée afin de faire reconnaître nos droits, et surtout notre importance. L’Union européenne s’est formée historiquement sur des besoins économiques. La communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) en est l’origine. C’est donc tout logiquement que sa construction s’est attachée à l’aspect économique, négligeant la démocratie et la participation des citoyens à ce grand ensemble.

 

C’est peut-être à la Suisse, petit pays quasiment au centre géographique de l’Europe, d’apporter ce que l’Union européenne n’a pas encore mis en place. A celles et ceux qui seraient tenter de me traiter d’idéaliste, je leur répondrai qu’il n’y a pas de grandes réussites sans grandes ambitions. Rien ne se fera facilement, et ce n’est qu’en adoptant un esprit combatif que nous obtiendrons ce qu’il y a de mieux pour notre propre intérêt. Et je le répéterai encore et encore. Nous sommes à la croisée des chemins, une époque particulièrement passionnante à vivre car pleine de promesses, mais aussi de danger. Que l’on soit d’accord ou non avec mon constat, je suis convaincu et le resterai qu’à long terme, nous devrons nous plier à bien d’autres exigences. Autant mener les négociations avec dignité et surtout audace. J’espère simplement n’avoir pas besoin de dire un jour à mes amis s’y opposant: je vous l’avais dit.

 

Grégoire Barbey

09:38 Publié dans Air du temps, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook | | | |

24/05/2013

Enfants: vos papiers, s'il vous plaît!

Chronique, 23.05.13

49230161_detail_popup1.jpg

Oskar Freyinsger. Le nouveau conseiller d'Etat valaisan (en charge de la formation
et de la sécurité) invite les citoyens à dénoncer les enfants sans papier.


Ainsi donc Oskar Freysinger en appelle à la dénonciation des enfants sans papier. A la fois en charge de la formation et de la sécurité au gouvernement valaisan, il veut priver des enfants qui vivent en Suisse (même s’ils sont hors-la-loi) de l’instruction publique tout en prenant le risque qu’ils deviennent par la suite des délinquants. Il n’y a pas besoin d’être une lumière pour faire la corrélation entre précarité et criminalité. Les deux vont souvent – mais pas toujours – de pair. Il convient d’éclaircir la situation: les enfants, aussi dangereux puissent être leurs parents, ne sont jamais responsables d’être arrivés en Suisse. Ils ne sont pas non plus coupables des éventuelles erreurs de leurs géniteurs.
 

 

L’instruction devrait être un droit incompressible, qu’importe l’origine ou la conformité avec la loi. Une nation, quelle qu’elle soit, a un devoir envers la génération qui succédera à la précédente. Ne serait-ce que parce que c’est elle qui sera amenée, naturellement, à prendre des décisions qui orienteront la société. Il faut respecter les lois lorsque cela est nécessaire. Mais il incombe de ne pas nier certains besoins fondamentaux. Et tout être humain a besoin d’une instruction de qualité. En Suisse, nous avons la chance d’avoir des formations de très haut niveau. De nombreux dirigeants d’entreprise – j’en ai rencontré certains dans le cadre de mon travail – considèrent notre pays non pas uniquement attractif pour sa fiscalité mais aussi et surtout pour l’excellente qualité de l’enseignement.
 

 

Il ne s’agit pas, comme c’est possible de lire sur les réseaux sociaux, d’«accueillir toute la misère du monde». C’est simplement une question de bon sens, et de respect aussi. Où que nous soyons, il n’est pas normal de laisser des enfants sur le bord de la route. Il convient de leur octroyer au moins l’accès à une instruction correcte. Une société qui n’est pas capable d’agir avec solidarité envers la génération future mérite-t-elle de perdurer? Ne devrions-nous pas plutôt tout mettre en œuvre pour apporter à chacune et à chacun une éducation suffisamment décente afin que toutes et tous puissent devenir autonome? En matière de coûts, je pense volontiers que la scolarité obligatoire est moins onéreuse pour la collectivité qu’un individu vivant dans la criminalité durant de nombreuses années.

 

 

C’est néanmoins encore une fois une question de priorité: que souhaitons-nous vraiment? Penser qu’en termes d’idéologie juridique, c’est-à-dire qu’il faut interdire l’accès à l’instruction à des enfants sous prétexte qu’ils n’ont pas de papier? Ils ne sont – et je le répète une fois de plus – en aucun cas responsables des choix de leurs parents. Plutôt que de les condamner à la précarité, il serait bienvenu de s’interroger sur les conséquences d’une inaction de l’Etat en pareille situation.

 

 

Ou peut-être voulons-nous continuer à creuser les inégalités, en mettant de côté des individus qui n’ont objectivement rien demandé et qui ont été mis sur le fait accompli. Libéral par conviction, je ne suis pas de ceux qui veulent un Etat providentiel. Mais dans certains cas précis, la collectivité doit pouvoir subvenir aux besoins fondamentaux d’êtres humains dont la faiblesse est avérée. Les enfants n’ont pas le pouvoir de refuser de venir s’établir clandestinement en Suisse. Ils ont par contre la possibilité, avec une instruction correcte, de faire des choix. Et peut-être, qui sait, de mener une vie tout à fait respectable. On ne peut tout simplement pas condamner quelqu’un n’ayant commis aucun délit. C’est une question de bon sens, tout simplement.

 

Grégoire Barbey

10:27 Publié dans Air du temps, Politique | Lien permanent | Commentaires (52) |  Facebook | | | |

18/05/2013

Le Municipal et la rhétorique du ridicule

Chronique, 18.05.13

260195_344290372329571_2059220255_n.jpg

Conseil municipal de la ville de Genève. A trop vouloir faire les singes,
nos représentants vont finir par en perdre totalement leur crédibilité.

 

Je l’avais bien entendu l’autre soir depuis ma place à la tribune presse du Conseil municipal: dans le brouhaha environnant, un élu MCG a menacé d’arborer des croix gammées sur son bureau en réponse aux affichettes de la gauche pour la journée internationale contre l’homophobie. On peut dire ce que l’on veut de l’attitude des élus socialistes et verts. Mais la réaction du MCG est tout simplement inacceptable. Outre ceux qui veulent absolument souligner le fait qu’aucune affiche n’a lieu d’être au sein de l’hémicycle, il est des mots que la démocratie ne peut souffrir. Et des maux dont elle doit impérativement se passer.

 

Il est tout bonnement intolérable d’entendre de telles revendications. Il ne s’agit pas de refaire l’Histoire, tout le monde connait la référence. Entre militer pour une cause qui vise à défendre une minorité discriminée et en appeler à arborer le symbole de l’intolérance et de la folie humaine, il y a un fossé. Ce qui s’est passé ce mercredi soir au Conseil municipal ne doit tout bonnement plus jamais se reproduire. Il en va et de la crédibilité de nos représentants, et du bon fonctionnement de nos institutions politiques. Lors de la prochaine session du Municipal, il va falloir prendre ses responsabilités. Aux élus de proposer un durcissement immédiat de la réglementation dans l’enceinte du parlement communal.

 

Je suis à titre personnel profondément déçu d’avoir assisté à une telle débâcle en direct. Comment ne pas comprendre les véhémences des citoyennes et des citoyens à l’encontre de la classe politique lorsque celle-ci s’adonne à la démonstration théâtrale la plus ridicule? Ce n’est pas en continuant à se comporter comme des enfants en bas âge que la population va avoir envie de voter. Et le pire, c’est que cette attitude délétère est adoptée par le parti qui dit vouloir donner un coup de pied dans la fourmilière. Messieurs-dames les conseillers municipaux, de grâce, captivez-nous par l’émulsion de votre rhétorique politique. Plutôt que de nous assommer de vos enfantillages et de votre incapacité à vous respecter mutuellement. Ce serait déjà un grand pas pour Genève.

 

Grégoire Barbey

23:26 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

11/05/2013

L'avenir du PDC à Genève est déjà en marche

 

Chronique, 11.05.13


SKK.jpg

Sébastien Kaech. Le vice-président du PDC-Versoix a créé une page Facebook dédiée
à son amour de Genève. Elle a déjà atteint 27.000 personnes la suivant.


Les candidats du PDC au Grand Conseil à Genève sont 49. Parmi eux, seule une poignée sera amenée à siéger à la députation. Une dizaine, au maximum. Peut-être moins. Mais probablement pas plus. Il y aura donc une quarantaine de déçus. Qui seront-ils? Il est impossible de le dire aujourd’hui. Ce qui est néanmoins déjà constatable, c’est les quelques noms qui se détachent dans cette liste, et qui prêtent à espérer un renouveau. Ils ne sont pas les plus connus du grand public. Ce ne sont pas ceux qui sont invités aux cocktails des petits amis. Pourtant, ils sont visibles, à leur façon, et dans un périmètre non-négligeable. Ils s’investissent avec passion, se donnent les moyens de faire entendre leurs voix discordantes, celles-là même qui dérangent la présidence du parti, de Béatrice Hirsch à Pierre-François Unger, pour n’en citer que deux.

 

Cette présidence est l’incarnation d’une caste au sein du PDC: celle des notables, des vieilles familles genevoises ayant donné beaucoup pour ce parti. Rien d’horrible là-dedans, bien évidemment. Si ce n’est que cette aile conservatrice sent gentiment le vent tourner. Elle le sent que trop bien, et ces petits candidats très connus à l’interne du parti pour leurs positions souvent progressistes et novatrices ne sont pas sans poser un réel problème. Ils pourraient devenir dangereux. Ils sont l’avenir, et la vieille aile du PDC le sait que trop bien. C’est indéniable: tout parti, quel qu’il soit, évolue au fil des époques. Aujourd’hui, les démocrate-chrétiens, que ce soit à Genève ou ailleurs en Suisse, sont face à des changements cruciaux. Ils doivent repenser leurs positions. Se remettre en question. Sont-ils encore en phase avec leur électorat historique?

 

C’est justement ces quelques candidats qui se posent ces questions légitimes. Ils le font avec conviction, persuadés qu’ils doivent apporter des réponses aux citoyennes et citoyens qui votent pour eux. Et ils dérangent une élite qui pense avoir tout calculé depuis longtemps, et dont la remise en question, même partielle, condamnerait à la disparition définitive. Qu’en est-il alors? Les possibilités ne sont pas nombreuses. Les candidats du renouveau doivent être marginalisés. Ils seront inévitablement biffés, mis de côté, dénoncés, trahis. Et ils le savent pertinemment. Certains s’en inquiètent. D’autres feront avec.

 

Parmi ces nombreuses personnalités à même de changer la donne au sein du PDC, j’aimerais en citer quelques-uns qui ne me laissent pas indifférents dans leur approche politique: il y a Alia Mangeat, Sébastien Kaech, Jean-Charles Lathion, Alain de Kalbermatten, Sascha Gorokhoff (qui n’est malheureusement pas candidat à la députation), Luc Barthassat, et beaucoup d’autres encore. Ils sont toujours motivés, présents lorsqu’il s’agit de battre le pavé, d’expliquer aux autres les différents enjeux à venir. Ils sont partout, le sourire aux lèvres, l’enthousiasme et la conviction marqués sur le visage. C’est ces personnalités, dont les moins connues le deviendront au cours des prochains mois, qui méritent d’être interrogées sur l’avenir du parti. Et qu’importe les pressions à l’interne, les tentatives de sape, les stratégies pour faire taire les voix qui s’échappent du carcan présidentiel. Il n’y a qu’un seul conseil à prodiguer: apprenez à les connaître, ils le méritent! Rendez-vous au 6 octobre.

 

Grégoire Barbey

16:41 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

06/05/2013

Eloge du respect en politique

 

Chronique, 06.05.13

gen-egrave-ve-une-nouvelle-affiche-pol-e-14344.jpg.jpg

MCG. La nouvelle affiche de campagne pour l'échéance
des élections cantonales le 6 octobre prochain.

 

Les interactions sont nombreuses en politique. C’est un domaine où les idées sont propres à chacun. Certains en partagent quelques-unes, voire la majorité, d’autres en sont à l’exact opposé. Il n’empêche que derrière le discours et l’idéologie, il y a des êtres humains. Et c’est justement ça qu’il ne faut jamais oublier. Même dans l’émulsion des grandes confrontations. Dans les croisements de fer, où chacun veut avoir le dessus sur son adversaire. Il s’agit de garder à l’esprit qu’en-dehors des grands axes qui nous tiennent à cœur – pour certains, l’important est la place de la femme dans la société, pour d’autres, c’est la valeur des traditions, etc. –, il y a de nombreux sujets où nous sommes en accord avec la quasi-majorité de nos semblables.

 

Il suffit pour démontrer cette réalité de comparer les résultats de son smartvote. Mettons que vous soyez profondément de gauche et que le simple fait d’évoquer l’UDC vous colle de l’urticaire. Eh bien, regardez le pourcentage de réponses similaires d’un membre de ce parti que vous n’aimez guère. Même si vos points communs sont inférieurs à 50%, ils existent. Et démontrent qu’il y a toujours des sujets qui nous unissent. On a tendance à le nier, ou à l’ignorer, parce qu’il semble plus correct de se persuader qu’on ne partage rien du tout avec quelqu’un pour mieux le détester. Et pourtant…

 

Le respect, en politique comme ailleurs, est fondamental. Il s’agit de toujours être à l’écoute des autres. De se porter volontaire pour aller à la rencontre de ces personnes qui pensent différemment de nous. Il y a toujours des raisons, même si elles nous échappent a priori. Et c’est justement ça tout l’intérêt: sortir des sentiers battus. S’ouvrir à des horizons nouveaux. Les autres ne sont pas l’enfer, comme l’a jadis écrit Jean-Paul Sartre. Ils sont un tous l’expression d’un univers individuel, riche et puissant, grand et diversifié, qui peut toujours nous apporter quelque chose. Je suis intimement convaincu qu’on a toujours quelque chose à apprendre de nos semblables. Quand bien même tout semble nous séparer. Il faut simplement savoir mettre de côté ce qui nous divise pour mieux cerner ce qui nous rapproche.

 

Ce n’est pas de l’angélisme, mais un simple constat. Et je remarque trop souvent que le respect n’est pas mis en pratique, d’une façon ou d’une autre. Dernièrement, j’ai été particulièrement choqué par l’affiche de campagne du MCG, sur laquelle figure: «Les ennemis des Genevois. Frontaliers, assez!». C’est particulièrement grotesque et inapproprié. Ce ne sont pas les frontaliers qui sont les ennemis des Genevois. A la rigueur, ce sont des décisions politiques qui ont des répercussions (encore que, ça reste à prouver) négatives sur l’emploi à Genève. Mais jeter en pâture des milliers d’individus qui n’ont, pour la plupart, que le désir de nourrir leur famille de façon décente et dans des conditions salariales acceptables, c’est un excès que je ne puis accepter. C’est opposer les citoyens entre eux. Au-delà des frontières qu’ils traversent quotidiennement pour venir travailler à Genève, ces gens ont des sentiments, des émotions, des projets et des idées. Ils ont chacun une richesse dont on ignore la portée mais qui existe. Et c’est nier cette particularité que de les mettre dans la case «ennemis».

 

Encore une fois, ce n’est rien d’autre qu’un coup marketing. Ce n’est pas bien compliqué de comprendre les motivations des frontaliers qui viennent travailler en Suisse. Nous ferions exactement pareil si nous étions à leur place. La question qui s’impose, c’est comment limiter cet effet (s’il est vraiment négatif). Ce n’est pas de montrer du doigt. A quoi bon? Espérer qu’un jour un Genevois cède à l’émotion et tue un frontalier? C’est le but? Je ne peux pas considérer comme acceptable de jouer avec les sentiments des citoyens. Parce qu’au fond, ces gens sont comme nous. Et méritent le respect. C’est important de ne pas céder aux sirènes de la haine et d’être ouvert aux autres. Je le répéterai toujours, quitte à être rébarbatif, politiquement correct ou simplement ennuyant. Parce qu’il s’agit là d’une valeur qu’il convient de partager universellement, quelle que soit notre idéologie, notre religion ou même notre culture. Un point c’est tout.

 

Grégoire Barbey

11:37 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

02/05/2013

L'Etat doit rester sous contrôle des citoyens

Chronique, 02.05.2013

edited_456252.jpg

Suisse. La quote-part de l'Etat dans l'économie réelle représentait 29,8% en 2010. Alors
qu'elle n'était que de 17,5% en 1965.


En 1965, la quote-part de l'Etat dans l'économie de la Suisse était de 17,5% (soit l'équivalent de la force du seul Etat du Valais aujourd'hui).
En 2010, la quote-part de l'Etat était de 29,8%, sans tenir compte des assurances sociales. En tenant compte de celles-ci, Economiesuisse estime la quote-part de l'Etat à 43%. (Sources: édition de Bilan du 01.05)



Ce n'est donc pas des inepties que de dire qu'aujourd'hui, l'Etat prend une place beaucoup trop importante dans l'économie réelle. En Valais, le budget 2013 (soumis au vote du Parlement cantonal) prévoit une augmentation des charges de 3,9% tandis que l'économie réelle ne progressera vraisemblablement que de 1,8%. (Sources: idem)



Ce qu'il faut réaliser, c'est que l'Etat doit être au service du citoyen, et non devenir son ennemi. En augmentant encore et toujours la taille de l'Etat sans en améliorer la qualité des prestations et des services, l'oppression des individus est inévitable. Fichage ADN, vidéosurveillance, traçage internet, écoute téléphonique, autant de dérives d'un Etat dont les prérogatives fondamentales sont assumées mais dont la propension à s'étendre toujours davantage est prodigieusement élevée. Quand l'administration publique grossit, encore et encore, et crée des besoins qui ne sont pas vitaux pour la population, les atteintes aux libertés individuelles en sont le corollaire naturel.



A chacun après d'avoir sa propre approche des prérogatives d'un Etat. Mais le meilleur moyen pour mettre tout le monde d'accord, c'est une expertise de la totalité des services publics, pour savoir exactement les taches qui lui sont actuellement assignées. A partir d'un rapport objectif où sont exposés les assignations réelles des services de l'Etat, il convient de décider où il y a lieu de le renforcer si besoin, et où il y a nécessité de couper. Parce qu'il ne faut pas se leurrer: avec une quote-part de 43% dans l'économie réelle du pays, l'Etat est de loin trop important. De par sa taille actuelle, il limite l'initiative individuelle, tout en méprisant l'importance, dans une société comme la nôtre, d'offrir à toutes et à tous les possibilités d'entreprendre librement.

 


Cette politique qui régit aujourd'hui la Suisse n'est de loin pas le néolibéralisme que certains revendicateurs de gauche tentent de nous peindre sur la muraille. Au contraire, c'est une politique très axée sur l'étatisme et l'interventionnisme. Preuve en est la tentative de supprimer le secret bancaire pour l'ensemble des confédérés. En prenant comme exemple les exigences des Etats étrangers, le gouvernement actuel tente de justifier une atteinte inacceptable dans la sphère privée des citoyens suisses en abrogeant le secret bancaire pour les résidents.

 


Il doit toujours s'élever dans le paysage politique des opposants à l'expansion de l'Etat. Celui-ci, bien géré et pensé efficacement, peut apporter des soutiens non-négligeables aux citoyens. Il peut également assurer, d'une certaine manière, une redistribution plus équitable. Mais ses tâches doivent être appliquées en respect de certaines valeurs intrinsèques à l'humanité, comme le respect inconditionnel de la sphère privée et de la souveraineté de l'individu. Une société, c'est d'abord des individus. Et ensuite, c'est une collectivité. A nos politiques donc de lutter pour conserver l'Etat sous contrôle citoyen et non l'inverse!



Grégoire Barbey

11:39 Publié dans Air du temps, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

24/04/2013

L'inversion des valeurs de l'Etat de droit

Chronique, 24.04.13

 

L’actualité de ces dernières semaines démontre qu’une inversion des valeurs de l’Etat de droit est en cours. Depuis toujours, il a été question de présumer tout individu innocent, avant de prouver une éventuelle culpabilité. Aujourd’hui, ce principe fondamental et garant d’une certaine stabilité est en passe de disparaître. Plusieurs thématiques récentes en sont la preuve. L’abolition du secret bancaire, qui n’est autre qu’un outil permettant la protection des données privées d’un déposant, et donc le respect du secret de ses transactions. L’argument principal pour sa suppression pure et simple est l’opportunité qu’il offre aux fraudeurs du fisc de cacher des fonds importants aux autorités de leur pays d’origine. De nombreux instruments permettent d’agir convenablement ou au contraire d’occasionner des dégâts. Un couteau peut servir à couper du pain ou à tuer – du moins blesser – un être humain. Abolir le secret bancaire sous prétexte que certains en font une utilisation abusive (ce qui n’est clairement pas remis en question) est totalement aberrant. C’est imaginer l’humanité comme foncièrement mal attentionnée.

 

Autre volet de cette inversion des valeurs: la motion déposée par Christophe Darbellay (conseiller national PDC) pour permettre le fichage ADN de certains requérants d’asile selon leur origine. En l’occurrence: les Algériens, les Marocains et les Tunisiens. Une telle proposition est non seulement grave, mais elle rappelle des heures sombres de l’Histoire. Des individus seraient présumés coupables de par leur origine! Un comble. Il en va de même pour l’installation de caméras de vidéosurveillance dans les rues. Dès lors qu’une image démontrera la présence d’un individu dans un lieu donné peu de temps avant qu’un délit soit commis, ce sera à lui de prouver son innocence. L’exact contraire de ce qui a toujours prévalu jusqu’alors dans un Etat de droit. 

 

Est-ce à dire qu’il y a aujourd’hui une crise idéologique profonde qui pousse les individus à penser l’être humain comme étant fondamentalement mauvais avant de croire en sa capacité à faire le bien au mieux de ses possibilités? Probablement. Les indicateurs convergent dans ce sens. En tout état de cause, il est légitime de s’opposer vertement à une telle inversion des valeurs de l’Etat de droit. Présumer coupable quiconque avant de lui accorder le bénéfice du doute est inacceptable et totalement irresponsable. C’est instaurer une méfiance injustifiable et injustifiée dans les rapports humains. Toute personne, dans un système respectueux de l’être humain, mérite d’être pensé honnête. Et si des éléments démontrent le contraire par la suite, il y a lieu d’engager les démarches qui s’imposent. Mais dans le doute, rien ne permet de considérer quelqu’un comme étant coupable avant toute chose. L’Etat de droit doit servir l’humain, et non devenir son ennemi. Or, se méfier de toute personne a priori est bien la pire des solutions.

 

Grégoire Barbey

dollar_back.jpg

12:00 Publié dans Air du temps, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

16/04/2013

Education citoyenne: la nécessaire réforme des priorités

Les cours d'éducation citoyenne à l'école secondaire (Cycle d'orientation à Genève): je n'en ai conservé pratiquement aucun souvenir. Et ce n'est pas par manque d'assiduité ou d'écoute. Le fonctionnement de nos institutions, les évolutions politiques, les interactions entre les acteurs de notre démocratie, tout ça m'a toujours profondément passionné. Nous avons pourtant en Suisse le privilège de vivre dans un système qui nous permet d'agir à tous les niveaux. Les dirigeants politiques ne sont pas inaccessibles, et un citoyen qui désire transmettre un message à l'un d'entre-eux a tout le loisir de le faire sans passer par d'innombrables intermédiaires. Et qu'au final son message se perde et n'arrive jamais au destinaire. Cette chance, il faut la connaître pour pouvoir en exploiter les différentes opportunités.

L'actualité politique de ces derniers mois démontre très clairement une érosion dans la participation populaire aux votations et aux élections. L'élection au Grand Conseil de Neuchâtel, le week-end dernier, a mobilisé à peine plus de 30% des citoyens. Pour une élection qui n'a lieu qu'une fois tous les 4 ans et qui détermine les rapports de force en place pour toute cette durée. Les citoyens délaissent leurs droits et leurs devoirs. Peut-être par manque de temps. Surtout par lassitude. Alors qu'ils ont la possibilité non-négligeable d'influencer le cours des événements au sein de leur pays, de leur canton, ou de leur commune. Chacune et chacun peut devenir acteur. Et non pas simplement subir passivement les décisions qui sont prises-

Mais pour agir, il faut être conscient de pouvoir le faire. Et c'est justement au système éducatif qu'incombe le rôle d'enseigner aux jeunes ce pouvoir qui leur est donné. Un grand pouvoir, qui nécessite aussi de grandes responsabilités. Un citoyen en Suisse peut véritablement se donner les moyens de changer des choses. Il peut également, par son engagement, donner à d'autres le désir de s'investir. Trop d'exemples, et pas si loin de nous, démontre qu'un déficit de démocratie engendre des conflits politiques et économiques graves et profonds. A ce titre, l'école en Suisse, et particulièrement à Genève, cas que j'ai expérimenté moi-même en tant qu'élève, est démissionnaire. Oui, l'on y parle de la forme, mais si peu du fond. Si peu des interactions possibles, de l'historique politique qui a fait la Suisse telle qu'elle est aujourd'hui. C'est assumé: on ne veut pas faire de politique à l'école.

Pourtant, il ne s'agit même pas d'en faire. Ni de prendre position. Il suffit d'expliquer factuellement ce qui s'est passé en Suisse. L'évolution des institutions, les grands partis qui se sont affrontés sur de nombreuses thématiques fondamentales. Parler des chemins de fer. Du Sonderbund. De la première Constitution. De la création du fédéralisme, entre de petits Etats qui se sont alliés pour faire face aux grandes puissances qui les encerclaient. L'éducation citoyenne est indissociable de l'Histoire politique de la Suisse. Séparer les deux, c'est fermer la possible et nécessaire compréhension des rapports de force qui ont prévalu - et dont certains prévalent encore - durant plus d'un siècle et demi de démocratie telle que nous la connaissons aujourd'hui. Raconter les batailles fondamentales qui se sont déroulées en Suisse. En expliquer le contexte. Tout ça est tellement simple, et peut être fait sans prendre position politiquement parlant. Juste être factuel.

L'éducation publique ne peut pas ne pas assumer ce rôle de pont entre les jeunes et la vie politique. Ne serait-ce que parce que cette dernière régit l'ensemble de notre quotidien. Et ce, que nous le voulions ou non. Après, chacun est libre d'avoir ses sensibilités qui lui sont propres. De préférer l'UDC au PLR, ou le PS aux Verts. La question n'est pas là: elle est dans le fait de donner à tous les bases d'une bonne compréhension du contexte politique dans lequel nous vivons. Et d'offrir les outils nécessaires pour interagir directement avec cette sphère. Si l'Etat a un devoir, c'est de ne pas jalousement garder les clés du pouvoir. Mais de les transmettre aux générations futures. Parce qu'il n'y a pas besoin, en Suisse, d'appartenir à une élite pour agir et avoir un impact. Il suffit de le vouloir. Il serait donc justifié et justifiable de revoir les priorités de l'éducation citoyenne. A bon entendeur!

Grégoire Barbey

18:13 Publié dans Air du temps, Politique | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | | | |

10/04/2013

Sacrifier la liberté sur l'autel de la répression

 

Le Conseil d’Etat a annoncé le dépôt d’un projet de loi pour installer 21 caméras de vidéoprotection aux Pâquis. Et a demandé un crédit de 1,9 million de francs pour mener à bien ce projet. Pierre Maudet, conseiller d’Etat en charge du département de la sécurité (DS) dit vouloir «dépassionner l722634525.JPGe débat». Si le débat est effectivement passionnel, la véritable question qui reste en suspens est: quelle sera l’utilité d’une telle mesure? Les pays ayant adopté la vidéosurveillance ne dégagent pour l’heure aucun bilan significativement positif de cette méthode répressive. Outre l’efficacité non-avérée des caméras pour réduire la criminalité, se pose la question des limites de l’ingérence de l’Etat dans la sphère privée des citoyens. Bien que les instruments de vidéosurveillance (ou vidéoprotection) soient installés dans des lieux «publics», l’individu est en droit de ne pas être surveillé. 

 

Et ce même s’il n’a rien à se reprocher. L’argument selon lequel un citoyen qui n’adopte pas un comportement criminel ne doit pas s’en faire ne tient pas. Toute séquence filmée est une interprétation d’un moment T. Ce qui signifie qu’en cas d’utilisation frauduleuse d’un document vidéo, des accusations pourraient être portées à tort à l’encontre d’un individu. Et toute nouvelle répression distille inévitablement de nouveaux comportements qu’il faudra également gérer par la suite, dans une logique d’Etat-liberticide. Et à nouveau, dans le même raisonnement, ce sont les citoyens qui paieront de leur poche la mise en place de ces appareils de surveillance.

 

Le constat d’aujourd’hui est simple: la faible protection des données privées engendre des dérives particulièrement péjoratives pour les individus et leur intégrité à la fois numérique et privée. Accepter la création d’une nouvelle base de données contenant des informations qui peuvent être sensibles selon les cas, c’est prendre un risque supplémentaire. C’est autoriser la manipulation par l’appareil étatique d’images reflétant des moments qui ne doivent pas perdurer au-delà de leur durée réelle. Si le seul effet de la vidéosurveillance est l’aspect dissuasif (qui n’est pas remis en doute, puisque comme expliqué plus haut, toute contrainte engendre des changements comportementaux), alors faut-il sacrifier la liberté d’être «laissé tranquille»? Ce n’est pas parce que de nombreuses entreprises privées ont recours à l’utilisation de caméras que l’Etat doit en faire autant et remplir les rues avec de pareils appareils.

 

L’autorisation sera évidemment donnée pour la mise en place de ce projet. Mais après les deux ans qui serviront de phase test, il sera nécessaire de tirer un bilan exhaustif de l’utilisation des caméras. Au cas où la criminalité aurait baissé, il ne suffira pas seulement de l’imputer à la vidéosurveillance: il faudra démontrer qu’il n’y a pas seulement eu une migration des individus contrevenants vers des zones dénuées de caméras. Et ne pas minimiser les autres facteurs qui peuvent entrer en ligne de compte et justifier une baisse – même partielle – de la criminalité. Au cas où le bilan serait par trop négligé, les citoyens devront prendre leurs responsabilités et signifier à l’Etat leur refus d’être filmés en permanence pour des résultats peu encourageants. Car sacrifier une partie de sa liberté n’est pas un acte anodin. Et quand bien même certains professent déjà la réussite d’un tel programme, il est impératif de se rappeler que l’Etat doit être au service des citoyens. Et non l’inverse. A chacun de se battre pour protéger ses données personnelles. Une chose est sûre: les faits sont tenaces. 

 

Grégoire Barbey

09:45 Publié dans Air du temps, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (194) |  Facebook | | | |

16/02/2013

Face à la répression et l'absence de liberté: la fuite

 

La politique liberticide à Genève causera l’inévitable fuite des jeunes cerveaux vers des horizons plus festifs et surtout moins restrictifs. L’avenir à la fois politique et économique d’une région réside dans la qualité de sa jeunesse. Mais la récente décision du Service du commerce (refuser à 28 bars la permission d’ouvrir jusqu’à deux heures du matin) ne fait que confirmer une réalité immanente à la mentalité genevoise: une incompréhensible fermeture d’esprit envers tout ce qui peut exprimer une quelconque forme de joie et de festivité. Le calvinisme règne en maître. Le dimanche, les stores sont fermés, les citoyens ne sortent pas ou peu. Tout le contraire des Espagnols, par exemple. Punir l’ensemble des acteurs de la vie nocturne à Genève revient à condamner le canton à une population toujours plus vieillissante, les jeunes s’évadant à Lausanne. Ville d’ailleurs éminemment réputée et attractive pour ce qui est des festivités nocturnes.

 

Toute obstruction à la liberté des êtres humains entraine nécessairement des conséquences sociétales, qu’elles soient rapidement identifiées ou longtemps ignorées. Certains feignent de les constater par lâcheté. La frustration n’apporte jamais des résultats positifs pour toutes et tous. Il n’est pourtant pas question ici de nier la légitime réaction des citoyens qui se plaignent du bruit. Mais ces déconvenues ne sont pas le fait de toutes celles et ceux qui sortent et vont dans des bars. En vérité, toute restriction est une solution inadaptée à la situation, et démontre le manque de réflexion des pouvoirs publics censés garantir le respect des libertés.

 

«La politique sociale à Genève n’est toujours pas sortie du schéma de la répression face à tout désagrément.»

 

La démagogie de ces vieux de la vieille, qui eux aussi furent jeunes à leur époque et qui ont d’ailleurs connu les années fastes de la vie nocturne genevoise il y a trente ans, impliquera malheureusement des conséquences évidentes sur la fuite des jeunes cerveaux. Parce qu’il n’est pas démontré qu’un jeune s’expatriant hors de Genève revienne ensuite s’y installer pour travailler après ses études. Quitter la Cité de Calvin pour un autre canton, c’est découvrir une richesse méconnue dans la possibilité de jouir de sa liberté. Toute proportion gardée.

 

S’il faut relativiser cette décision, elle permet malgré tout d'émettre deux constats: la politique sociale à Genève n’est toujours pas sortie du schéma de la répression face à tout désagrément; et il n’y a visiblement aucun ministre pour venir remettre un peu d’ordre dans cette gabegie qui dure depuis trop longtemps déjà. Punir tout le monde, c’est prendre le risque de perdre ceux qui se sentent injustement spoliés de leur liberté de vivre. Et de profiter de leur temps libre. Doivent-ils se sentir heureux dans une ville où il n’est pas possible de s’amuser lors de ses jours de congé? A chacun de répondre selon sa conscience. Remarquons tout de même le manque profond de réflexion de cette décision, qui causera inévitablement une érosion de la satisfaction des jeunes à Genève. Érosion qui, il faut le souligner, a commencé il y a déjà quelques années. Peut-être serait-il bon de rappeler aux technocrates et autres adeptes de la justice punitive qu’ils ont été jeunes aussi un jour.

 

Grégoire Barbey

21:59 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook | | | |