Gregoire Barbey

12/01/2012

L'éloge d'Alexandre Jollien

Alexandre Jollien est un écrivain et un philosophe suisse, né en 1975.

À sa naissance, un évènement tragique survient : Alexandre s’étrangle avec son cordon ombilical, laissant quelques séquelles motrices. Les dix-sept premières années de sa vie, il les passe dans un institut spécialisé. Loin de s’y résoudre, il puise durant ces années une force et un courage à toute épreuve, développant un goût prononcé pour la philosophie qu’il décidera d’étudier au sortir de l’institut.

Sa première œuvre, la plus marquante à mes yeux, est l’Éloge de la Faiblesse, parue aux éditions Cerf en 1999. En effet, dans cet ouvrage, l’auteur nous conte son combat quotidien et en particulier son expérience au sein de l’institut, nous dépeignant avec beaucoup de douceur le portrait de ses camarades, mais aussi de ses éducateurs. Le livre se présente sous la forme d’un discours avec le très estimé Socrate.

Reprenant à son compte le schéma des discours qui firent la renommée de Platon, Alexandre nous montre par combien sa capacité d’analyse, son intelligence et son humanité sont vives. Loin d’être une autobiographie égocentrée, son ouvrage est une invitation à rentrer dans un monde sciemment mis de côté par la société de « l’anormalité », au sens premier du terme. Dès les premières pages, force est de constater que sa motivation est admirable. À travers une centaine de pages, il nous fait plonger toujours plus loin au cœur de la vie d’un homme, qualifié à tort de « pas comme les autres », et qui nous montre, avec une modestie à toute épreuve, que sa différence ne réside non pas dans son handicap physique mais bel et bien dans son intelligence et sa bonté merveilleuses.

Pour ma part, son ouvrage fut ma première rencontre philosophique, et je la tiens pour infiniment précieuse parce qu’elle m’a ému et donné goût à cette sage discipline.

Plus récemment encore, j’ai lu son dernier né, intitulé le Philosophe nu, qui est agencé sous la forme d’un journal où l’auteur se met métaphoriquement à nu. Il traite plus spécifiquement des passions, et encore plus précisément de celles dont est victime Alexandre dans son quotidien. Non pas ! Que dis-je, cela pourrait être généralisé, car effectivement nous sommes tous sujets à l’expression de nos passions. Il s’efforce donc, car se dévêtir ainsi demande courage et détermination, de nous communiquer avec réflexion et recul ses expériences quotidiennes, et les difficultés auxquelles il est constamment confronté. Il nous révèle la part vulnérable qui fait partie de tout un chacun, avec une éloquence qui force le respect et nous émeut sans cesse. Personnellement, cette œuvre m’a autant, si ce n’est plus encore, ébranlé dans mes fondements. Par ses mots, Alexandre a témoigné à l’être que je suis, tourmenté également, qu’il y a d’autres personnes qui livrent le même combat, et qui font montre d’une volonté immense.

Sa perception de l’existence nous traduit l’esprit d’un homme courageux, et sincère. À chaque page, je m’émerveillais de la proximité que nous partagions dans nos vies respectives. Déjà que je lui vouais une certaine affection de par la motivation qu’il m’a donné, à son insu, de me plonger corps et âme dans la philosophie, ce livre a terminé de me convaincre quant à l’incroyable personnalité dont est tout entier composé monsieur Jollien.

À la suite de cette lecture, aussi ému que je puisse l’être, je me suis décidé à le contacter par e-mail.

Pensant jeter un pavé dans la mare sans m’attendre à une quelconque réponse, le contraire me fut offert. Aussi, je fus émerveillé et honoré de trouver un jour dans ma boîte de réception un message envoyé par Alexandre en personne. Et plus encore à la lecture des quelques phrases qu’il m’a destiné, et par l’infinie bonté dont recèle décidément tout son être. Il m’a fait part de sa compassion pour le parcours qui a été, et qui est le mien, et m’a gentiment proposé qu’un jour nous nous rencontrions.

Le lecteur ne s’étonnera pas si je l’exempts de traduire toute l’émotion qui s’empara de moi à cette formidable invitation.

Entre temps, j’ai appris qu’il donnait une conférence dans ma ville, Genève, et me suis permis de le recontacter afin de lui demander s’il lui était possible de m’obtenir une place gratuitement, car mes moyens financiers étant très, très restreints, il ne m’aurait pas été possible d’y assister autrement que par cette possibilité.

Moi, qui me disais qu’il n’y avait pas de raison particulière pour qu’il me réponde puisqu’il devait recevoir des dizaines voire des centaines de messages quotidiennement, je fus encore plus surpris lorsqu’il me répondit une fois encore et par l’affirmative. À n’en pas douter, et ce malgré la célébrité qui désormais est la sienne, Alexandre est resté et restera le même, c’est-à-dire un homme de grand cœur et avenant pour son prochain dès que l’occasion lui en est donnée.

En cela, je ne puis que lui témoigner mon éternelle gratitude et ma reconnaissance la plus sincère.

Le soir de la conférence, Alexandre m’a remis en personne le billet pour pénétrer dans le théâtre en tant que spectateur. À n’en pas douter, cette rencontre, bien que très brève – l’espace de quelques instants – a fini d’achever mon admiration à son égard. Lorsque je l’ai vu, je me suis dirigé vers lui, tout penaud comme je le suis d’aventure dans une telle situation, et me suis présenté à lui. Il était bien sûr accompagné, ce qui n’a pas manqué de me gêner plus encore ! Moi, l’éternel timide qui manque de confiance en soi… Et pourtant, en lui serrant la main et en croisant son regard, j’ai senti sur moi des yeux d’une infinité bonté, et un cœur grand comme ça. Non pas que je veuille dépeindre d’Alexandre une image idolâtre, mais les faits sont là, et moi qui suis particulièrement sensible de nature, je n’ai pas manqué de lire sur son visage ce que je supposais déjà à la lecture de ses livres et à l’écoute de ses interviews dont je m’étais par ailleurs régalé avant d’assister enfin à l’une de ses conférences.

Alexandre était donc accompagné de Matthieu Ricard pour discourir sur le thème de l’altruisme. Une salle de théâtre presque pleine, soit environ sept-cents personnes selon mon estimation, à l’écoute de ces deux penseurs, l’un moine bouddhiste, l’autre philosophe. Une fois de plus, Alexandre me surprit encore. Dans ses paroles, pleines de sincérité et de bonté, s’exprimait également un humour émouvant, remplit d’une joie de vivre qui m’a littéralement scotché sur mon siège de spectateur.

Finalement, je suis reparti de cette conférence avec la certitude qu’Alexandre est un homme d’une très grande valeur, et qu’il mérite la réussite qui est sienne.

J’espère vivement le revoir, et plus encore de le rencontrer personnellement, pour apprendre à le connaître et disputer de philosophie en sa compagnie !

Si le lecteur, par cette courte et peu représentative éloge de la richesse qui compose l’être d’Alexandre Jollien, n’est pas convaincu qu’il lui faille acquérir l’un de ses ouvrages pour nourrir son esprit de sa bonté et de sa beauté intérieure, alors je suis un bien mauvais écrivain, et je ne saurais mieux dire que « mea culpa ».

02:29 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : alexandre jollien, philosophie, bonheur, sensibilité, philosophe, littérature |  Facebook | | | |

10/01/2012

Questionnement sur la violence

Qu’est-ce qui nous rend si violent ?

Je constate avec effarement que les mots « civilisé », « respect » et « tolérance » n’ont aucun sens dans nos sociétés. La civilisation suppose que l’être humain mette de côté ses instincts et ses pulsions pour vivre en communauté. Est-ce vraiment le cas ?

Non. L’industrie médiatique, d’une part, met tout en œuvre pour cultiver nos fantasmes et nos instincts. D’autre part, les actes dont nous nous rendons coupable envers nos semblables et les autres espèces témoignent d’une incapacité à se détacher d’une violence primaire. Les avancées scientifiques permettent de réaliser à quel point l’intelligence humaine est complexe.

De tous temps, l’être humain a voulu s’émanciper du reste du vivant, cherchant toujours une différence qui le placerait au-dessus des autres. Il a inventé des termes spécifiques pour contrôler ces différences. Entre autre « espèce » et « race ». Comme si, indubitablement, il lui fallait se situer en dehors de ce tout. Un besoin viscéral qui de nos jours a encore une importance non dissimulée.

Partir des divergences pour établir un chaînon du règne animal, voici une bien étrange attitude.

Ne faudrait-il pas d’abord faire l’inventaire de nos ressemblances, nos similitudes, pour mieux nous situer dans cet ensemble dont nous faisons, que nous le voulions ou non, partie intégrante ?

 

L’humanisme, terreau de la violence.

Ce comportement a eu pour but de nous établir sur un trône qui nous arroge le droit de disposer du reste de notre planète, et plus récemment, de conquérir l’Univers, puisque pour l’instant nous sommes les seuls représentants d’une forme de vie intellectuellement très évoluée.

Les autres, qualifiés d’espèces, sont donc devenus intrinsèquement liés à nous. L’humanisme a contribué à cette représentation anthropocentriste du monde. Mais ce courant de pensée philosophique est né malade, gravement. Atteint d’une forme de virus parasitaire que j’appellerai « violence ».

Dès lors, il s’est propagé à une vitesse vertigineuse, et a asservi nos semblables qui étaient affublés du terme de « sauvage » afin d’instaurer à nouveau une différence justifiant notre droit de disposer d’eux… Le colonialisme et l’expansion territoriale ont très vite trouvés des alliés de choix. La religion et la philosophie, toutes deux anthropocentristes, se sont pour une fois entendues sur un même sujet. L’asservissement allait de pair avec cette manière de percevoir l’humanité comme détentrice de tous pouvoirs.

La violence était véhiculée par le biais de cette perception. Puisque nous pouvions différencier les animaux entre eux et surtout d’avec nous-mêmes, il était également possible de le faire dans notre propre espèce. De là, les races ont pris une nouvelle identité. Les sauvages, c’est-à-dire les êtres humains que nous avons rencontré au gré des voyages des colons et de leurs découvertes, étaient donc indubitablement différents de nous, puisque leurs civilisations et leurs coutumes apparaissaient comme « primaires ». Pourquoi ne pas en faire des esclaves ?

Aussitôt dit, aussitôt fait. D’ailleurs, avant même les races, le sexisme a toujours existé au sens de l’humanité, du moins dans nos sociétés récentes. Les femmes n’ont jamais eu les mêmes droits et traitements que leurs semblables hommes. Aujourd’hui, l’esclavagisme et le sexisme tendent à disparaître, bien que dans certains cas, nous pouvons aisément les rattacher à des comportements humains, quand bien même nous pourrions longuement débattre de l’aliénation au travail, comme nouvelle forme d’esclavagisme. Ceci est un fait.

 

La violence dans nos assiettes, le paradoxe de l’ère industrielle ou les animaux esclaves.

L’humanisme, aujourd’hui, a apposé sa marque sur de nombreuses questions morales et juridiques.

Il justifie que les animaux, à savoir tous les êtres vivants sensibles en dehors de l’homme, soient à la disposition de l’humanité afin de répondre à ses besoins. Dès lors que nous naissons de ce côté-ci de la vie, l’élite de l’existence terrestre finalement, nous avons tous les droits sur les animaux. Dans une certaine mesure, puisque l’hypocrisie sociale tend à donner des droits juridiques à ces mêmes animaux pendant que d’autres naîtront, seront élevés et mourront dans des conditions innommables.

À partir de là, quelle est la limite entre les animaux sauvages, de bétails et les animaux domestiques ? Il n’y en a aucune, du moins moralement et philosophiquement. Scientifiquement, encore moins. Pourtant cela suffit à permettre des massacres et des génocides à grande échelle, sans que quiconque ne s’en indigne, nonobstant d’irréductibles défenseurs de la « cause animale », évidemment marginalisés.

« L'abattage des animaux pour fournir de la viande représente plus de 1090 animaux par seconde soit 60 milliards d'animaux tués chaque année représentant 280 milliards de kilos (vs. 44 milliards en 1950) » selon la FAO.

Pouvons-nous décemment tolérer une telle ignominie dans le seul but de remplir nos assiettes de chairs tendres et savoureuses ? Pendant que d’autres êtres humains meurent de faim dans le reste du monde qui plus est, alors que les ressources économisées pour l’élevage et l’abattage de ces pauvres bêtes permettraient de nourrir la population mondiale sans même dépenser un centime de plus ?

Voilà un exemple de violence d’une envergure phénoménale, et qui est acceptée tacitement par la majorité des êtres humains. N’y a-t-il pas matière à s’offusquer ?

Et à relier d’autres formes de violence, qui plus est ?

L’homme craint la mort, parce qu’il en a conscience. Pourtant, le voici chaque jour responsable, même passivement et indirectement, de dizaines de milliers de morts ! Si ce n’est des millions. Je nomme cette forme de mort « la sublimation sous cellophane », parce qu’il s’agit de la rendre (la mort) appétissante et agréable à regarder. Que dire de cette contradiction fondamentale, sinon qu’elle dépasse l’entendement ?

L’élevage, ce n’est de loin pas, comme l’ont clamé longtemps durant les producteurs, un conte de fée pour enfants. À l’heure actuelle, le bétail a subi de nombreuses crises, notamment il y a quelques années la maladie de Creutzfeldt-Jakob, plus communément appelée la « vache folle ».

Elle aurait été transmise par des bovins atteints de l’ « encéphalopathie spongiforme bovine », apparue en 1985, elle est directement liée à l’alimentation des animaux : la politique inhumaine du profit a poussé des producteurs à recycler les déchets d’abattoir. Vous l’aurez sans doute remarqué, la plupart du bétail consommé est issu de mammifères herbivores, et de volailles. Ce sont les farines de viande et d’os animales. Ce que nous ne voudrions pas même mangé, nous le donnons à ces pauvres bêtes pour économiser un maximum.

Imaginez seulement les centaines de milliers d’animaux innocents qui ont été abattus froidement lors de cette crise alimentaire.

D’autres tactiques économiques sont à l’œuvre dans l’élevage et le gavage. Certains animaux bénéficient de traitements spécifiques, comme par exemple les truies, qui sont modifiées afin de pouvoir enfanter plus souvent, entre autres abominations.

Cette forme de violence, indubitablement, termine directement dans nos assiettes, l’air de rien, sublimé par de belles cellophanes et quelques indications rassurantes. La transparence pour les consommateurs,

Violence, violence et encore violence ! Toujours violence. Dans nos pensées, dans nos coutumes, dans nos habitudes et nos automatismes. Elle se cache en chacun d’entre nous.

Les médias en font leur gagne-pain, ils la transmettent, l’habillent et la délivrent en toutes circonstances.

Manger devient alors un acte qui ne permet pas la remise en question, puisqu’il est nécessaire. Et c’est bien là que le bât blesse.

Il faut être capable de se représenter mentalement toute l’ampleur de cette question, et ce n’est pas chose aisée, car il importe de s’émanciper des carcans conditionnés par nos us et coutumes. Une tradition, même alimentaire, est sujette aux lois éthiques qui régissent nos comportements, c’est-à-dire que nous pouvons nous y pencher et suggérer qu’il faille changer drastiquement nos habitudes fondamentales.

En 60 ans, nous avons augmenté le massacre des animaux avec un ratio multiplicatif de 7 !

Paradoxalement, nos découvertes en éthologie et dans les autres disciplines qui étudient les animaux n’ont fait qu’avancer, rendant ces êtres plus près de nous qu’ils ne l’ont jamais été. Je ne rentrerai pas davantage dans le sujet et n’accorderai pas de place à l’expérimentation et le divertissement, responsables également d’atrocités envers les animaux, mais ayez malgré tout à l’esprit que cette violence ne s’arrête pas à nos assiettes…

 

La violence est-elle un bien commun ?

Ma question, aujourd’hui, est la suivante : la violence que nous perpétrons à l’égard de nos semblables, qui sont dotés au moins des mêmes capacités cognitives que nous (toute proportion gardée), et peuvent ressentir la douleur, la tristesse, la peur et le stress, ne pourrions-nous pas lui imputer la responsabilité d’une dégénérescence de la violence, qui ne s’arrête malheureusement pas aux frontières des animaux non-humains et des animaux humains ?

Il y a d’autres sujets à aborder dans cette thématique, j’en suis conscient. Je considèrerai les médias comme autant de facteurs déterminants dans la contamination globale de la violence au sein de nos habitudes. Mais pour l’heure, je m’arrêterai aux constatations susmentionnées, il y a déjà énormément de travail, et c’est probablement la situation la plus urgente à traiter, car ce que nous sommes capables d’infliger à des êtres doués de sensibilité semblable à celle de l’être humain, nous pouvons indubitablement la reproduire sur notre prochain.

Je conclurai cette mise en exergue d’une problématique d’importance par une citation de Romain Rolland, lauréat du prix Nobel de littérature en 1915 :

« La cruauté envers les animaux et même déjà l’indifférence envers leur souffrance est à mon avis l’un des péchés les plus lourds de l’humanité. Il est la base de la perversité humaine. Si l’homme crée tant de souffrance, quel droit a-t-il de se plaindre de ses propres souffrances ? »

11:42 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : air du temps, réflexion, violence, questionnement |  Facebook | | | |