Gregoire Barbey

20/09/2013

L'honneur de participer à la communauté

Chronique, 20.09.13

geneve-2.jpg

Genève. N'oubliez pas d'accomplir votre devoir le 6 octobre et participez à cette grande
aventure qu'est la démocratie. Ensemble, nous pouvons faire avancer notre société. Agissez!


Chers amis genevois, chères amies genevoises,

Comme vous le savez, il reste deux semaines avant les élections cantonales. Le 6 octobre, vos voix compteront. Contrairement aux autres, je ne vais pas vous dire pour qui voter. C'est à vous et à vous seuls d'en décider. Faites-le en votre âme et conscience. Mais de grâce, votez! Si vous ne le faites pas, comment pourrez-vous vous plaindre de la situation? Comment pourrez-vous vous sentir acteur de notre société? N'est-ce pas justement par l'acte de donner sa voix pour tel ou tel candidat qu'un citoyen accomplit à la fois son devoir et veille à ses intérêts?



Voter, ce n'est pas simplement glisser par dépit une enveloppe dans l'urne ou dans la boîte aux lettres la plus proche de chez vous. C'est faire un choix, et ce n'est pas n'importe lequel: la décision que vous prendrez pourra influencer le contexte politique de Genève pendant toute une législature, soit 5 ans selon la nouvelle constitution. Ne renoncez pas à exercer votre droit et votre devoir par ras-le-bol. C'est le meilleur moyen de laisser la place à ceux que vous ne voulez pas voir. Voter, c'est décider qui des citoyens qui se présentent à ces élections sera habilité à représenter vos intérêts. C'est aussi mandater ces personnes pour respecter votre identité, et vos besoins.



La démocratie est un contrat passé entre le peuple et ses représentants. Si vous ne le paraphez pas, comment pouvez-vous être lié contractuellement? Votez donc, mes amis, mes amies. Il s'agit d'un moment crucial, car à chaque nouvelle législature, les cartes peuvent être redistribuées, les majorités peuvent évoluer, voire changer drastiquement. Encore une fois, je ne vous dirai pas pour qui voter. De mon côté, mes choix sont faits. Et qu'importe si ma voix compte pour beurre au final. J'aurai accompli mon devoir, et à défaut de voir élire celles et ceux pour qui j'ai voté, j'aurai la satisfaction de n'être pas resté passif face à mes responsabilités de citoyen.



Alors mes chers amis et mes chères amies, vous qui me lisez, si vous êtes en âge de voter, ne passez pas à côté de cette chance. En regard de bien d'autres pays à travers le monde, vous êtes privilégiés. Par respect pour celles et ceux qui ne peuvent choisir, faites-le. Agissez en véritables acteurs de votre société, et ne laissez pas les autres décider à votre place. Prouvez qu'en Suisse, nous méritons ce luxe dont nous sommes bénéficiaires. Si vous le faites, alors j'aurai accompli bien plus que mon devoir. Peu m'importe quel sera votre choix, pour autant que vous prenez la responsabilité d'en faire. Rien ne me ferait plus plaisir que de voir cette année grimper le taux de participation. Réalisez mon souhait, et protégez vos intérêts.



Le 6 octobre, je vous sais gré de voter, pour votre bien et celui de vos proches et enfants!


Grégoire Barbey

09:44 Publié dans Elections du 6 octobre, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

17/09/2013

Sébastien Desfayes: la doctrine social-libérale

Interview, 17.09.13

GBSD.jpg

Sébastien Desfayes. L'avocat et juge suppléant au Tribunal civil s'est lancé dans la course
au Grand Conseil sur la liste PDC. Il est vice-président de la section Ville de Genève.

 

Sébastien Desfayes est avocat et associé de l'Etude Perréard de Boccard. Il assume également la fonction de juge suppléant au Tribunal civil de Genève. A 42 ans, il a décidé de prendre part aux élections au Grand Conseil sur la liste du Parti démocrate-chrétien (PDC). Très actif, il gère également la communication pour la campagne de son parti et occupe la fonction de vice-président de la section Ville de Genève. A l'occasion de sa candidature, il a accepté d'en dire un peu plus sur son engagement et sa personnalité. Entretien.

 

Pourquoi le PDC?
Vous devriez reformuler la question: pourquoi pas le PDC? S'il existe un parti dans lequel tout le monde doit se reconnaître, c'est bien celui-là. Les résultats des votations démontrent, tant sur le plan cantonal que fédéral, que 80% des Suisses approuvent les propositions soutenues par le PDC. Par ailleurs, j'avais 20 ans quand Jean-Philippe Maitre était conseiller d'Etat. C'était une personne que j'admirais. Il m'a vraiment donné envie de m'engager en politique et d'être un démocrate-chrétien. Je me reconnaissais et je me reconnais toujours dans ses idées.


Mais qu'est-ce qui vous attire précisément au PDC?
Ce qui m’attire, c'est sa doctrine sociale-libérale qui prend en compte les nécessités économiques, tout en prenant soin de ne pas creuser les inégalités; mieux, de les réduire sans pour autant tomber dans une société égalitariste. Le PDC défend l'intérêt général. Et contrairement à ce que l'on pense, la plupart des partis ne le font pas: certains ne défendent pas le bien commun: beaucoup de partis sont en effet excluants, que ça soit par xénophobie, ou encore par la défense d'intérêts particuliers. Le PDC n'est pas le parti d'un dogme ou de lobbies. C'est un parti qui cherche à défendre les intérêts du plus grand nombre. C’est ce qui fait sa spécificité.



Quand vous dites que le PDC «cherche» à défendre les intérêts du plus grand nombre, c'est qu'il n'y arrive pas toujours?
C'est un parti charnière dans l'échiquier politique suisse et genevois. Il tente de rassembler les partis sur certains projets et il y parvient très souvent. Mais il est vrai qu'en raison de la polarisation croissante de la vie politique suisse, qui est soit dit en passant regrettable, il est de plus en plus difficile de créer le consensus sur des projets qui répondent pourtant à l'intérêt général. C'est malheureusement une vérité.



Qu'est-ce qui vous a amené à vous engager politiquement?
Plutôt que d’être une marionnette, je préfère être un acteur. On entend trop de gens qui se plaignent de la politique sans qu'ils ne prennent la moindre mesure pour remédier aux problèmes qu'ils invoquent. Moi je préfère directement tenter, à un échelon local, d'influer sur le cours des choses. C'est précisément pour cette raison que je me suis porté candidat au Grand Conseil.



Vous êtes avocat, comme beaucoup d'autres. Ne pensez-vous pas qu'il y en a trop en politique? Ne faudrait-il pas une représentativité plus large des corps de métier et des différentes sensibilités?
S’agissant de votre seconde question, oui c'est un fait: le Grand Conseil devrait être représentatif de la société en général, et refléter sa diversité, aussi sur un plan socio-professionnel. En revanche je remarque et déplore que les avocats sont beaucoup moins représentés aujourd'hui au Grand Conseil qu'ils ne l'étaient il y a de cela à peine trente ans. C'est bien dommage parce que les avocats maîtrisent les lois et sont au contact direct de la population et des entreprises. De ce fait, Ils connaissant bien les préoccupations et les besoins de l'ensemble de la société, ce qui est capital quand il s’agit de proposer des projets législatifs pertinents. 


Est-ce qu'il y a un sujet qui vous tient particulièrement à coeur?
La défense du tissu économique genevois, ce qui inclut les grandes entreprises comme les petites et moyennes. On ne peut pas opposer les PME aux multinationales. Les unes dépendent directement des autres. Ces cinq prochaines années seront capitales pour les entreprises du Canton. Par exemple, l'abolition des régimes fiscaux spéciaux nécessitera une refonte totale de la fiscalité genevoise des entreprises. C'est la mère de toutes les batailles. Car tout dépend à Genève de la vigueur de l'économie. L'Etat dépense beaucoup d'argent, il faut bien qu'il ait des ressources. C'est tout le principe du social-libéralisme que j'évoquais au début de notre entretien. 


Qu'est-ce qui vous différencie des autres candidats?
Les 475 candidats sont tous différents. C'est donc difficile pour moi de dire ce qui me différencie d'eux. Mais je pourrais vous parler volontiers de mes qualités: je pense être une personne courageuse: le courage est une vertu que l'on ne retrouve pas à chaque coin de rue. J'ai aussi une véritable passion pour la politique, mais sans qu'elle ne constitue pour moi un gagne-pain ou une raison d'être.


Et votre raison d'être, quelle est-elle?
Essayer dans la mesure du possible d'être heureux et de faire en sorte que les gens autour de moi le soient.

Qui ne serait pas d'accord avec vous sur ce sujet?
Tout le monde serait en accord avec moi à ce propos. Reste à savoir si c'est toujours appliqué dans les actes.

 

Interview: Grégoire Barbey

11:25 Publié dans Elections du 6 octobre, Genève, Journalisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

11/09/2013

La salive vraiment acide de Claudio Marques

Chronique, 11.09.13

1238295_10151861378079819_1704641344_n.jpg

PDC. Le président des Jeunes démocrate-chrétiens Claudio Marques a taclé ses colistiers
sur son profil Facebook parce qu'ils ont eu l'outrecuidance de s'octroyer une affiche en couleur.

 

Les tensions internes au sein du Parti démocrate-chrétien (PDC) à Genève débordent sur les réseaux sociaux. Le président des Jeunes démocrate-chrétiens (JDC) Claudio Marques a lâché son fiel à l’encontre des candidats figurant sur l’affiche du chirurgien Philippe Morel. En effet, ceux-ci sont au nombre de sept et sont en couleur. Crime de lèse-majesté lorsqu’on pense que la charte graphique du PDC en est restée au début du XXe siècle, c’est-à-dire en noir et blanc. Voilà donc, surgissant des ombres épaisses du néant, le chevalier Marques, armé de sa morale et de son mépris pour ceux qui veulent être élus. Et il attaque: certains membres du parti se sont fait incendier par le délirant président des JDC.

 

Ne me demandez pas comment je le sais: Dieu me priverait de sa grâce. Mais c’est un fait: certains au sein du PDC n’apprécient pas qu’il y ait des membres suffisamment ambitieux pour se mettre en avant. Faut-il, comme les autres, rester tapi dans le vide abyssal auquel ceux qui ne se montrent pas nous ont habitués? C’est un choix. Philippe Morel et ceux qui l’accompagnent sur cette affiche en ont fait un autre. Et c’est tout à leur honneur. Qu’il y ait des personnalités agacées par cette mise en scène, je le comprends. Que cet agacement s’étende sur les réseaux sociaux et se transforme en croisade contre ceux qui agissent, cela m’est par contre tout à fait insupportable.

 

Que le templier Marques range sa lame dans son fourreau et lave son linge sale en famille. Après tout, ce n’est pas une stratégie très réfléchie que de répandre sa colère sur les réseaux sociaux. Si Claudio Marques ne veut pas faire cavalier seul, nul ne lui en tiendra rigueur. Que d’autres veulent s’investir pleinement pour leur (ré)élection, il n’y a pas à tergiverser. Et puis ce cher chevalier drapé d’un bonnet blanc ne se plaint pas lorsqu’il apparait également sur une affiche de campagne avec six autres personnes, dont les deux candidats au Conseil d’Etat, Luc Barthassat et Serge Dal Busco. Chacun a le droit de se montrer, de tenter de convaincre les électrices et les électeurs. C’est le défi d’une campagne.

 

Mais qu’un président des JDC se permette de tacler publiquement les membres de son propre parti, alors qu’il exerce une fonction honorable, voilà une attitude bien vile et lâche. Président des JDC, son rôle serait plutôt de prendre contact avec les principaux intéressés, et d’en discuter calmement. Perdre le contrôle de soi-même pour s’illustrer à travers Facebook d’une jalousie mal dissimulée, voilà une erreur politique des plus flagrantes. L’unité du PDC a souvent été remise en cause – et même à travers mon blog –, et l’un de ceux qui devraient préserver une certaine image du parti finit par exposer sans pudeur les dissensions internes qui règnent dans la formation. Un peu dommage, et un coup dans l’eau. L’assemblée des délégués qui aura lieu demain soir risque d’être houleuse. Et si la croisade continue, comptez sur moi pour vous en informer.

 

Grégoire Barbey

14:03 Publié dans Air du temps, Elections du 6 octobre, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

04/09/2013

RTS: entre discrimination et subjectivité

Chronique, 04.09.13

rts_logo1.jpg

Radio Télévision Suisse. Le débat organisé par la chaîne de télévision entre les candidats
au Conseil d'Etat sera parfaitement discriminatoires envers ceux qui n'occupent pas de fonctions.

 

La RTS organise un grand débat entre les candidats au Conseil d'Etat le lundi 23 septembre. La confrontation durera 70 minutes et s'articulera autour de 4 thèmes. Un débat pour découvrir les candidats moins visibles? Pas tout à fait. La RTS prévoit, dans son mail envoyé aux présidents des partis et dont j'ai obtenu copie, que seuls les candidats appartenant aux partis représentés au Grand Conseil pourront être au centre du débat. Soit 6 candidats. La place pourra être intervertie selon les thématiques au bon vouloir des candidats.

Les autres, ceux qui ne font pas partie du Grand Conseil – crime de lèse-majesté – seront disséminés dans le public et n'auront droit qu'à une intervention durant toute la soirée. Déjà l'année dernière avais-je fait remarquer une importante discrimination envers les petits candidats lors du débat pour la partielle au Conseil d'Etat, remportée par Pierre Maudet. J'ai de la peine à saisir comment les têtes pensantes de la Télévision suisse romande ont pu fomenter un tel déroulement. Ce qui est sûr, c'est qu'à nouveau, la RTS discrimine les petits candidats plutôt que de les mettre en avant, ce qui serait son rôle en tant que média. C'est véritablement regrettable et une solution plus intéressante aurait pu être trouvée pour offrir à chacun le droit de s'exprimer au même niveau.

 

Grégoire Barbey

12:03 Publié dans Elections du 6 octobre, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

03/09/2013

Les Verts ont plagié la cravate de Brélaz

Chronique 03.09.13

Plagiat.jpg

Les Verts. La section genevoise s'est servie du concept des yeux verts du chat présent
sur la cravate du syndic de Lausanne Daniel Brélaz. Le chat affirme qu'ils ne l'ont pas averti.

 

Les campagnes visuelles des partis politiques à Genève ont fait beaucoup de bruit. Notamment celle des socialistes, accusée d’être la copie d’une publicité de la marque automobile Mercedes. Pourtant, les Verts ont également plagié un concept déjà existant (voir ci-dessus): les yeux verts du chat sur la cravate du syndic de Lausanne, Daniel Brélaz! Contacté, le chat sur la cravate se dit «indigné» et se réserve le droit d’engager des poursuites contre la section genevoise des Verts. «C’est tout simplement scandaleux. Depuis des années que j’exerce le rôle de chat de cravate, personne n’avait eu l’outrecuidance de nous copier», a-t-il confié, visiblement sur les nerfs.

 

Daniel Brélaz n’a pas souhaité commenter l’affaire. Et la présidence des Verts n’était pas joignable ce mardi matin. Peut-être s’agit-il d’un plagiat par négligence (formule consacrée aujourd’hui par la conseillère d’Etat neuchâteloise Monika Maire-Hefti). Quoi qu’il arrive, des suites seront probablement données pour faire la lumière sur cette étrange coïncidence!

 

Grégoire Barbey

12:51 Publié dans Elections du 6 octobre, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

28/08/2013

Petit arrangement entre amis au Grand Conseil

A chaud, 28.08.13

1353085728.jpg

Bertrand Buchs. Le député démocrate-chrétien est l'un des rares à s'être opposé
à l'augmentation des émoluments du Grand Conseil. Il proposait 10% au lieu de 25%.

 

Le Bureau du Grand Conseil a accepté une hausse de 25% des émoluments des députés. Depuis plusieurs mois, des parlementaires m’avaient parlé de ce projet. La raison principale, c’est la refiscalisation de leurs jetons de présence en 2014. A l’heure où l’on a coupé dans le budget de l’Etat pour réduire le déficit et proposer des comptes à l’équilibre, la classe politique s’octroie des privilèges sur le dos des contribuables. Si je comprends bien qu’un engagement politique est chronophage et représente un investissement sur le plan personnel et salarial, il n’empêche qu’il y a quelques règles à respecter. Quand on taille dans les dépenses publiques (j’y étais favorable), on montre l’exemple. Et l’on n’en profite pas pour s’offrir des montants plus élevés à la vue de tous.

 

Cette attitude est tout simplement inadmissible. Quelques semaines avant les élections, c’est véritablement donner l’impression aux citoyens qu’on les prend pour des cons. Des vaches à lait dont on supprime volontiers certaines prestations par souci idéologique lors de la présentation du budget. Mais derrière, on fait tout le contraire, alors qu’on représente les autorités publiques, et qu’il conviendrait de se montrer irréprochable. Et surtout solidaires, bon sang! Seuls les démocrate-chrétiens, et notamment Bertrand Buchs, ont eu la décence de s’opposer à une telle hausse. Ce dernier proposait 10%. Est-ce que les citoyens voient souvent leurs revenus bondir de 25% dans leur vie? Même indexés sur l’inflation, leurs salaires ne progressent jamais autant.

 

Je pensais voir quelques députés PLR s’offusquer d’une telle décision. Ils ont activement participé à la baisse des prestations pour alléger le budget. Par cohérence politique, le parti aurait pu prendre position contre cette augmentation. Et proposer, comme le PDC, qu’elle soit revue à la baisse. Mesdames et Messieurs les politiques, jouer à ce jeu-là à l’approche des élections cantonales, c’est se tirer une balle dans le pied. C’est donner un fort mauvais signal aux citoyens qui, pour la plupart, se saignent aux quatre veines pour nourrir leur famille. Et baisser les prestations qu’ils paient avec leurs impôts tout en augmentant les montants touchés par les députés, c’est une schizophrénie qui ne manquera pas d’en énerver plus d’un. Agir ainsi en pleine période électorale, c’est donner des arguments aux partis non-gouvernementaux. Et du même coup, prendre le risque de ne jamais voir ses émoluments augmentés, faute d’être élu le 6 octobre. Il n’y a pas de quoi féliciter la députation.

 

Grégoire Barbey

12:49 Publié dans Elections du 6 octobre, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | | | |

24/08/2013

Double-visage et allure de suppositoire

Chronique, 24.08.13

1422209_pic_970x641.jpg

 Parti socialiste. Les affiches pour les candidats au Conseil d'Etat cachent deux visages
et ont la forme d'un suppositoire. Volontairement ou non. Le message est donc ambigu.


La campagne publicitaire du Parti socialiste à Genève fait parler d’elle depuis quelques jours dans les médias. D’abord la Tribune de Genève, puis la RTS. La chaîne de télévision du service public parle d’ailleurs de plagiat, puisqu’une campagne très proche a été menée par Mercedes en 2012. Pour ma part, je ne pense pas qu’il s’agisse véritablement d’une copie conforme. Probablement un hasard. Et puis qu’importe, l’essentiel est le message. Et justement, parlons-en. Les photos sont intéressantes (voir ci-dessus), et leur choix n’est peut-être pas anodin. En y regardant bien, deux visages apparaissent.

 

Serait-ce un message subliminal à l’attention des électeurs et des électrices? Faut-il comprendre par cet habile montage qu’il y a derrière l’apparence des candidats socialistes au Conseil d’Etat une autre face qui n’est pas montrée publiquement? La question se pose. En outre, la forme des visages rappelle également quelque chose de singulier: un suppositoire! Toujours un hasard? Soit les socialistes sont des gaffeurs hors pair – ce qui ne peut être totalement exclu –, soit ils ont un talent certain pour les métaphores politiques. En tout état de cause, le message à interpréter est clair: en votant pour les socialistes, le citoyen ne sait pas ce qui l’attend, puisqu’il y a, dans l’ombre, un aspect volontairement caché aux regards trop insistants. De l’ombre à la lumière, les socialistes feront face à leur destin le 6 octobre prochain. D’ici-là, nous pouvons nous délecter d’une campagne pour le moins particulière!

 

Grégoire Barbey

17:08 Publié dans Elections du 6 octobre, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook | | | |

17/08/2013

La haine des uns et l'ignorance des autres

Chronique, 17.08.13

119648.jpg

Adolf Hitler. Le dictateur le plus meurtrier de notre histoire récente
l'avait malheureusement compris: il suffit de se servir des émotions du peuple...

 

J’étais hier soir à la vogue de Bardonnex avec mon ami Sébastien Kaech qui distribuait des flyers pour sa campagne au Grand Conseil. Et j’ai été surpris des réactions des gens. Choqué serait même plus adapté. A l’une des personnes à qui il a distribué son tract, il a reçu la réponse: «je ne vote pour lui que s’il veut foutre dehors tous les étrangers». J’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’une blague un peu maladroite. En discutant davantage, j’ai vite compris qu’il était convaincu par ce qu’il venait de dire. Pour lui, les frontaliers et les immigrés volent les emplois des Suisses. Une croyance qui se répand de plus en plus à cause du MCG et de l’UDC qui favorisent volontairement cet amalgame.

 

Comme le disait Talleyrand il y a quelques siècles, «la politique a toujours été et sera toujours une certaine façon d’agiter les hommes avant de s’en servir». C’est exactement la stratégie de ces partis qui jouent aux funambules sur une corde si mince qu’un faux mouvement peut suffire à les faire tomber d’un côté ou de l’autre. Malheureusement cet exercice d’équilibriste est dangereux et a des répercussions particulièrement néfastes sur une certaine frange de la population. Il est facile en situation de crise – ce qui peut d’ailleurs être observé à chaque période de l’Histoire – de flirter avec des discours politiques polarisants. A Genève, ville internationale, le chômage est en comparaison nationale bien plus élevé. Divers facteurs micro et macroéconomiques peuvent en expliquer la cause.

 

Mais tout un chacun comprendra qu’il n’est pas très vendeur en politique de se concentrer sur des explications intellectuelles, concrètes et précises. Ce que le Peuple veut depuis toujours, c’est une victime expiatoire, un bouc émissaire sur lequel passer sa colère liée à son impuissance. Ces partis-là, c’est justement leur fonds de commerce. On prend une catégorie de la population et on l’assimile à tous les maux vécus par la majorité. Adolf Hitler avait très bien compris ce principe en son temps et l’avait même exploité avec un talent cauchemaresque. En s’en prenant à la population juive, qui ne représente même pas 1% de l’humanité, et en l’accusant d’être à la base de toutes les souffrances des citoyens allemands, il a réussi à transformer la raison en émotion.

 

Les gens ne sont pas toujours raisonnables. Ils le sont même plutôt rarement. Surtout lorsqu’il s’agit de politique, chose à laquelle ils ne s’intéressent que très moyennement. Ils ont donc des réponses tout aussi moyennes, qui s’apparentent à une méconnaissance des sujets. Croire que le chômage est uniquement lié aux étrangers – il l’est probablement un peu –, c’est faire montre de bien peu d’érudition dans le domaine. Mais c’est également un danger à prendre très au sérieux. Plus la population est ignorante, plus le risque de manipulation de masse est élevé. Je ne dis pas ça avec une position élitiste. Au contraire. Le but est justement d’éduquer les citoyens. De leur inculquer les notions essentielles à leur bonne compréhension des enjeux sociétaux. Or, ici, nous avons des partis qui attirent leurs adhérents en se servant de leur manque de connaissance. Et font de leur sentiment d’injustice une haine farouche. Il va falloir prendre des mesures, et celles-ci passent peut-être par une réforme de l’enseignement. En proposant notamment des cours où les jeunes citoyens peuvent apprendre à se renseigner sur un sujet. Des possibilités, il y en a plein. Il faut juste les saisir avant qu’il ne soit trop tard. Pour que la gangrène qui ronge une certaine frange des Genevois ne nécessite pas l’amputation.

 

Grégoire Barbey

14:54 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (42) |  Facebook | | | |

16/08/2013

Les candidats doivent se profiler davantage

Chronique, 16.08.13

poggia_0.jpg

Mauro Poggia. Force est de constater que le parti de l'avocat genevois bat beaucoup
le terrain et se montre très offensif dans sa campagne. Sera-t-il élu au Conseil d'Etat?

 

Genève aborde les élections avec une certaine pudeur. Eté oblige, la politique est beaucoup moins présente à la fois dans les médias et dans la tête des citoyens, plutôt occupés à s’aérer l’esprit. Pourtant, il n’en reste pas moins que la date fatidique se rapproche à grands pas. Nous sommes déjà mi-août, et les élections se tiennent le 6 octobre. Dans moins de deux mois donc, les candidats sauront s’ils ont été plébiscités par le Peuple. Fin août, les véritables festivités devraient débuter et les partis vont probablement lancer leurs machines de guerre électorales.

 

Un constat néanmoins, l’invraisemblable présence continuelle du MCG. Tous mes lecteurs savent Ô combien je ne me sens pas proche de ce parti. Il faut néanmoins lui concéder en toute bonne foi cet engagement sur le terrain qui, malheureusement pour les partis gouvernementaux, séduit bon nombre de citoyens qui se sentent de facto valorisés et écoutés. Un bon point donc pour cette formation politique qui n’a pas profité de l’été pour cesser ses activités. Et un danger pour les partis traditionnels qui, eux, n’ont pas souhaité s’afficher de façon ostentatoire.

 

Ce qui manque toutefois à cette campagne, ce sont de véritables projets. Je lis de-ci de-là quelques esquisses bien timides. Surtout de la communication lissée et rompue. Mais rien de concret. Est-ce qu’il y a beaucoup de candidats qui ont proposé des projets de loi pour lesquels ils vont s’engager durant la législature? Très peu. Et il faut une fois de plus remarquer qu’un de ceux-là est un MCG, l’avocat Ronald Zacharias, qui a présenté dans la Tribune de Genève son idée. Bien sûr, je ne dis pas qu’il faut faire comme le Mouvement citoyen genevois. Au contraire. Seulement, les candidats doivent oser s’engager. Prendre des risques. Quitte à décevoir. Quitte à ne pas rentrer dans le politiquement correct.

 

La politique c’est ça: se mettre à découvert, recevoir des balles, et se relever plus fort encore. Pour l’heure, je ne vois guère cette attitude. J’espère que cet état d’esprit va gagner en visibilité d’ici au 6 octobre, car Genève est dans un blocage politique pour le moins inquiétant, et il serait temps de prendre des décisions qui vont dans le bon sens. De mon côté, je continuerai à suivre de très près tous les événements qui se produiront d’ici aux élections et ne manquerai pas de revenir régulièrement sur ceux qui m’auront marqué ou nécessiteront quelques précisions. Ma grande inconnue étant au Conseil d’Etat: est-ce que Mauro Poggia réussira à obtenir un siège au gouvernement? Comme je l’ai précédemment dit, je pense que cela est possible. Et cela risque d’en surprendre plus d’un.

 

Grégoire Barbey

16:56 Publié dans Elections du 6 octobre, Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

15/08/2013

La communication trop élitiste et lisse du PLR

Chronique, 15.08.13

379743_10151576597539792_1137261067_n.jpg

 Laurent Naville. La présidence du PLR lui a reproché
ses critiques envers Pierre Maudet sur Facebook.


Le positionnement du Parti libéral-radical (PLR) manque cruellement de visibilité au sein de la population. S’il est évident qu’il conquiert une partie importante des voix de la droite économique, il n’en reste pas moins largement relégué derrière l’UDC en ce qui concerne les thèmes sécuritaires et sociaux. Le parti ne pèche pas par manque de propositions en la matière. Mais plutôt par absence d’une communication claire et vulgarisée qui se destine à l’ensemble de la population et non pas à une certaine strate de celle-ci. En Suisse occidentale, les sections des cantons du Valais et de Neuchâtel en ont fait les frais: la récente fusion des Libéraux et des Radicaux a créé un flou important dans l’esprit des électeurs. Dans certaines régions, cela s’explique par des oppositions idéologiques beaucoup plus marquées.

 

Tel est le cas particulier de Genève, où les Libéraux étaient majoritaires face aux Radicaux. D’un point de vue des idées, leurs différences étaient et sont de taille: là où les Radicaux veulent un «Etat fort, ni plus, ni moins» pour paraphraser François Longchamp, les Libéraux nourrissent une vision d’une administration publique svelte, permettant aux initiatives privées d’évoluer sans une contrainte réglementaire trop envahissante. Evidemment, lorsque deux partis fusionnent et ne semblent pourtant pas partager certains points essentiels (alors qu’ils se retrouvent foncièrement en accord sur la plupart des sujets), la base est prise entre deux feux. La communication du PLR à Genève tente de minimiser ces tensions internes. Il s’agirait plutôt de les laisser s'exprimer pleinement pour mieux les combattre.

 

C’est qu’à Genève, la tension est spécifique. Les Radicaux étaient minoritaires au gouvernement. Et soudainement, par un coup politique magistral digne d’un roman, en pleine législature, ils récupèrent la majorité. Certains essaient de dire qu’aujourd’hui, Radicaux et Libéraux sont réunis au sein du même parti. Mais lorsque les langues se délient, beaucoup finissent par avouer le contraire. Parce qu’on n’efface pas plus d’un siècle d’Histoire en claquant des doigts, et en communiquant que «tout le monde il est beau tout le monde il est gentil». Bien sûr que non. La politique, c’est autre chose. C’est la confrontation des idées. C’est l’opposition. Les alliances et les stratégies qui laissent parfois une partie de ses pairs sur le carreau. La tension est palpable, et les élections cantonales à Genève n’arrangent rien.

 

La proposition d’installer des caméras de vidéosurveillance par Pierre Maudet a agacé certains Libéraux. Pas tous, soyons précis. Mais il n’en reste pas moins qu’un nombre, même restreint, a tendance à voir d’un mauvais œil cette mesure. Certains l’expriment, comme le Jeune Libéral-Radical (JLR) Laurent Naville, sur les réseaux sociaux. Moins rompu à la communication et aux pressions internes, son désarroi face à une politique qu’il juge «antilibérale» l’a poussé à donner son avis publiquement. Mais dans le parti de Pierre Maudet, ça ne se passe pas comme ça. Surtout si l’on est candidat. Laurent Naville a donc fini par retirer sa publication, qui n’a pourtant pas échappé à l’œil avisé de Marc Moulin, confrère émérite du Temps. En janvier, j’avais fait état en dernière page de L’Agefi du document que les candidats Libéraux-Radicaux au Grand Conseil devaient parapher et respecter.

 

Il s’agissait notamment de ne pas s’exprimer dans les médias sans en avoir référé au secrétariat du parti, pour ensuite faire l’objet d’une éventuelle approbation par le groupe ou la présidence. Toute critique publique envers le parti ou ses colistiers était également proscrite. Le document avait finalement été abandonné, la levée de boucliers ayant suffit à remettre en question son existence et surtout sa pertinence dans un parti prônant la liberté. Toutefois, dans les faits, les prérogatives demeurent. C’est cet aspect-là, trop lisse, trop travaillé, qui va causer du tort au PLR au sein de la population. Cette dernière n’est pas dupe et sent très bien lorsqu’on tente de la manipuler. Le site du parti dédié aux élections cantonales du 6 octobre est une ode à la communication sans aspérité, au langage technocratique et dénué de sentiments. Cette forme d’expression, le peuple ne l’apprécie guère. Elle ne résonne pas dans son oreille. Il manque clairement un élément: la musique des mots. Et le goût des sonorités qui s’entrechoquent, qui s’allient et se délient. L’impression de rêver à une République plus paisible, prospère et adaptée.

 

Tout cela, le PLR semble le mettre de côté. Comme si la présidence du parti se contentait de surfer sur la vague de ses électeurs acquis à sa cause. Les autres, et ceux qui ont quitté les rangs à la suite de la fusion et pour toutes les raisons mentionnées plus haut, on s’en fiche. Ils ne comptent pas. Pourtant, ces gens pourraient faire la différence. Ils pourraient venir étoffer la force d’un parti en difficulté, même s’il reste la première formation politique du canton. Ce qui pourrait changer au terme des élections. Et à ce moment précis, il sera beaucoup trop tard pour une remise en question dont les effets ne seront visibles que 5 ans plus tard pour les échéances suivantes. A Neuchâtel et en Valais, le PLR a perdu des plumes, l’extrême droite représentée par l’Union démocratique du centre (UDC) a progressé de façon inquiétante, obtenant des sièges historiques dans les Exécutifs.

 

Le PLR à Genève doit impérativement contrer la montée des extrêmes, plus marquée avec le Mouvement citoyen genevois (MCG) qu’avec l’UDC. C’est un parti raisonnable, qui défend des positions sécuritaires répressives (qui à titre personnel ne me conviennent pas forcément, mais ce n’est pas le propos de mon billet) en accord avec le trend actuel. Au niveau du social, les Radicaux composant le parti, notamment des Pierre Maudet et des François Longchamp, ne sont pas en reste. La communication du parti nécessite une révision drastique. Qu’elle se rapproche des intérêts des citoyens. L’économie, pour la plupart des individus, est un sujet particulièrement ésotérique. C’est une thématique qui me passionne et que je défends personnellement. Mais je sais combien elle semble lointaine pour de nombreuses personnes qui luttent au quotidien pour nourrir leur famille et subvenir à ses besoins. C’est précisément-là que le PLR doit frapper. Revoir sa stratégie. Repenser son implication. Descendre de son piédestal de premier parti gouvernemental. Et se montrer plus avenant avec les préoccupations de la majorité. Ce n’est que comme ça que les Libéraux-Radicaux conserveront une avance certaine sur leurs adversaires. Et qu’ils pourront continuer à œuvrer pour Genève. Dans le cas contraire, la défaite sera cuisante. Et ce ne sera pas faute de les avoir prévenus.

 

Grégoire Barbey  

12:07 Publié dans Elections du 6 octobre, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | | | |