11/08/2013

Politique et xénophobie: dangereux cocktail

Chronique, 11.08.13

simonetta_sommaruga_span12.jpg

 Simonetta Sommaruga. La conseillère fédérale donne des explications relativement
peu convaincantes concernant les restrictions faites aux requérants d'asile en Suisse.


Totalement scandaleuses, les restrictions faites aux requérants d’asile à Bremgarten et à Vallorbe. Les communes font savoir à ces gens qu’ils ne sont pas «souhaités» dans certaines zones dites «sensibles». L’accès ne leur est pas formellement interdit pour des raisons de légalité et de respect des droits fondamentaux, selon les propos de la ministre socialiste Simonetta Sommaruga en page 6 du Matin Dimanche. Il convient tout de même de s’interroger sur une telle attitude. Comme le dit très justement la rédactrice en chef du même journal, Ariane Dayer, ces requérants d’asile sont dans ces centres parce qu’ils ne sont justement pas suspectés de délinquance. Or, justifie la conseillère fédérale en charge du dossier, les gens ont peur.

 

Et c’est justement là toute la problématique récurrente dans ce débat. La crainte. Viscérale, selon certains. Le rejet de l’autre, parce qu’on capitalise électoralement sur ce sentiment répugnant. Les citoyennes et les citoyens sont au pied du mur. Leurs représentants les inondent de statistiques tronquées pour qu’ils voient chez les étrangers le danger incarné. Le mal fait Homme. C’est tout bonnement inacceptable de distiller ainsi la peur dans l’esprit des individus. Et c’est surtout un pari risqué, qui peut conduire à des mesures extrêmes. Ces requérants d’asile en font déjà les frais. La vérité, c’est que le discours de ces communes traduit une réalité: les gens venus d’ailleurs, on n’en veut pas en Suisse. On préfère qu’ils se cachent.

 

Pourtant, notre pays a toujours été une terre d’accueil. Et ce n’est pas parce qu’aujourd’hui, certains politiciens en mal d’idées font de la lutte contre l’immigration et les requérants d’asile leur fonds de commerce, qu’il faut commencer à inverser la tendance. Qu’une ministre socialiste puisse défendre de telles mesures est proprement ahurissant. C’est le comble de l’opportunisme politique. Nul n’ose se lever contre ce qui est en train de passer, parce que de plus en plus, les politiciens commencent à voir un ras-le-bol au sein de la population.

 

Mais ce sentiment, n’est-ce pas justement ces représentants qui jouent à manipuler les statistiques qui l’ont insidieusement répandu dans la tête des citoyens? C’est un véritable cercle vicieux, duquel on ne sortira jamais, à moins que des politiques courageux s’élèvent vertement contre un climat de haine qui tend à gagner l’ensemble de la population et de la classe dirigeante. Fatalement, lorsqu’il sera trop tard pour revenir en arrière, quand ces mesures auront conduit au désastre, l’adage qui dit que la victoire a de nombreux parents mais la défaite est orpheline prendra tout son sens. Parce qu’au fond, nul n’osera assumer un échec en la matière. Les chaises musicales pourront recommencer.

 

Grégoire Barbey

13:49 Publié dans Air du temps, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : asile, xénophobie, politique, simonetta sommaruga |  Facebook | | | |