25/05/2012

L'envers du justicier Poggia : des principes Mauro à géométrie variable

 

Chronique, 25.05.12 8h45

 

Mauro Poggia, conseiller national MCG et avocat au barreau de Genève, semble avoir la morale qui fluctue au gré de ses envies. En effet, dans la Tribune de Genève de ce jour, ses méthodes peuvent à juste titre être remises en question. Le célèbre politicien qui a construit sa renommée à travers son combat contre les assurances maladies a-t-il des choses à cacher ? C'est la question que peut légitimement se poser les lectrices et lecteurs du quotidien genevois. Si Poggia peut plaider ne pas connaître suffisamment bien la Loi sur les démolitions, transformations et rénovations de maisons d’habitation (LDTR), peut-il raisonnablement nier devoir s'informer, en tant qu'avocat, des lois qui régissent nos comportements ? Cet argument, de « bonne foi », me semble léger. Pour ne pas dire honteusement mensonger. De surcroît, la déontologie qui va de pair avec le métier qu'il exerce ne devrait-elle pas remettre en question la légitimité de son implication dans cette affaire familiale ? Je ne suis pas persuadé, mais je puis me tromper, que d'un point de vue émotionnel, la défense d'un proche soit la garantie d'un travail exemplaire en la matière.

 

Quelle fable inventera donc le conseiller national MCG pour se disculper de tous les doutes qui s'imposent dans cette sombre affaire ? À force de vouloir se donner une image de défenseur des opprimés, Monsieur Poggia en a oublié les bonnes manières. Et, avec cela, le respect de l'éthique et des lois. Pour un avocat, c'est fort de café.

 

Mise à jour : À la lumière de ces faits, j'ai redécouvert, grâce à un lecteur perspicace, les propos de Mauro Poggia, tenus sur mon propre blog. Le citer est donc de circonstance : « Pour ce qui est de mon programme, je propose, contrairement à certains, non des commentaires sur les actions d'autrui, mais des actes concrets, comme je le fais depuis 30 ans, en qualité d'avocat, au service, le plus souvent, des plus démunis. Ceux-là mêmes qui nourrissent les belles phrases sans lendemain d'une certaine classe politique bienpensante, à laquelle je me garderai bien de vous assimiler précipitamment. » Plus loin : « Je suis peut-être un idéaliste, mais l'on ne fait rien sans idéal. Je ne suis pas venu en politique pour me faire connaître ou pour faire carrière, mais bien parce que j'ai vu, en côtoyant les difficultés de mes clients, que les choses doivent changer. Je continuerai tant que je pourrai croire à ce que je fais, même si, malheureusement, la politique, plus encore que les autres secteurs de notre société, est tenue par des personnes pour qui il s'agit du seul moyen de réussir enfin quelque part. » Il a le sens de l'humour, ou alors ce n'est qu'un fieffé menteur. Au lecteur averti d'en juger. Vous pouvez retrouver ces commentaires sur cet article.

 

Grégoire Barbey

15:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (72) | Tags : politique, avocat, lois, déontologie, morale, corruption |  Facebook | | | |

29/03/2012

Dans les cordes, 28.03.12 : Maudet l'ectoplasme, signé Charles Poncet

 

En ce mercredi 28 mars 2012, Charles Poncet était l'invité de l'émission Leman Bleu « Dans les cordes ».

Pour lui, le PLR, c'est comme la fable de La Fontaine : « je suis oiseau, voyez mes ailes, je suis souris, vive les rats », dit la chauve-souris.

Voilà son opinion du candidat à l'élection partielle du 17 juin prochain, qui, rappelons-le, représente les couleurs du parti de monsieur Poncet :

« Pierre Maudet est un politicien ectoplasmique, c'est-à-dire qu'il n'a d'idéologie que de se faire élire. »

« Il me fait penser à cette boutade d'Edgar Faure : ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent qui change. »

Là, l'avocat libéral enfonce définitivement le clou pour terminer le cercueil de son collègue radical. Propre en ordre, Poncet rappelle sans détour à Maudet son changement de cap par rapport à l'UDC, ce même parti sur lequel il « a vomi » tout son fiel, pour reprendre la formulation chère à Céline Amaudruz.

Notons, entre parenthèses, que l'invité de Décaillet lâche à son intention des propos que le blogueur de la Tribune de Genève devrait se remémorer : « tout flatteur vit au dépend de celui qui l'écoute ».

À la question : « pour qui allez-vous voter ? », Poncet répond : « je préfère avoir une femme de gauche, droite dans ses bottes, (...) je préfère avoir des gens qui ont des idées arrêtées, qui sont fermes, qui sont solides, avec qui on peut discuter, que soit un rigolo, monsieur Stauffer me le pardonnera, soit un ectoplasme et monsieur Maudet ne me le pardonnera pas. Alors je voterai pour Anne Emery-Torracinta. »

Saluons ici l'honnêteté de Charles Poncet, qui a dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Ce courage n'est malheureusement pas la qualité de son parti.

Gageons qu'avec cela, notre bon Maire de la Ville de Genève pourra mettre de l'eau dans son vin, et qu'à l'heure où j'écris ces quelques lignes, son sourire narquois et complaisant a dû se teinter de jaune...

 

Grégoire Barbey

08:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : charles poncet, avocat, plr, ps, anne emery-torracinta, pierre maudet |  Facebook | | | |

24/02/2012

EXCLUSIF : Maître Bonnant rejoindra-t-il les Indigné-e-s ?

Après avoir essuyé les attaques littéraires de l'éminent avocat genevois, dont la réputation n'est plus à faire, le mouvement contestataire « Ocuppy Geneva » s'est entretenu avec l'intimé dans son luxueux bureau, proche de la route de Champel. Trois émissaires se sont donc laissés happer dans la gueule du loup !

« Je vous attendais plus nombreux » confia le maître des lieux. « Je pensais que vous viendriez à quarante-deux, armés de sprays pour vous venger du vieux con. Je m'étais préparé à cette éventualité. »

Visiblement, l'ancien ne semblait pas dormir l'esprit tranquille. Le trio, bien éduqué et poli, l'a rassuré qu'il n'avait jamais été question d'une telle manœuvre – bien que l'idée fut séduisante.

Contenant son aversion pour les vêtements bas de gamme et fripés, Maître Bonnant s'est ensuite emporté par son verbe acéré et entraîné, gesticulant en tous sens, fixant tour à tour le regard de ses invités. Il énonça ses reproches au mouvement des Indigné-e-s genevois : l'absence de hiérarchie, de porte-parole, de structure et l'opacité des revendications. Selon lui, l'homme qui détruit doit avoir également les mains du bâtisseur. Il n'a pas mentionné l'offense esthétique que ces personnes lui procuraient.

Peut-être parce qu'il avait lui-même conscience que ses vieux jours ne sont pas ce qu'il y a de plus artistiquement agréable à contempler.

Cela étant, un long et poétique monologue s'en est suivit. Le plaideur s'est plaint des différences entre sa personnalité et celle de ses filles, ce à quoi un jeune indigné lui a rétorqué, en citant Confucius : « n'oublie pas que ton fils n'est pas ton fils, mais le fils de son temps ».

À la stupéfaction lisible sur son faciès, il a réalisé que la jeunesse n'était pas si stupide et inculte qu'il ne le pensait. Bien sûr, comme un Roi sur son trône, le Peuple est la dernière de ses préoccupations. Il est contre la distribution des richesses, leur a-t-il dit, parce qu'il gagne de très hauts revenus. Néanmoins, il paie ses dettes. À commencer par celles du fisc, bien sûr ! Il a également assuré qu'il avait beaucoup d'amour pour son prochain (moins pour sa prochaine, il faut le souligner) au point de ne pouvoir laisser personne sur le bord de la route... pour autant qu'il croise la sienne ! Cela fait chaud au cœur de l'apprendre, car les multinationales et autres entreprises qui font appel à ses services d'avocat n'ont pas cette vocation sociale.

Bref, lorsque l'hôte céda la parole à ses convives, ils purent s'exprimer quelque peu, et ce avec l'improbable privilège de ne pas avoir d'honoraires à payer en fin de séance. Que de bonté pour ce prototype de la bourgeoisie d'un siècle passé !

Les Indigné-e-s, comme toujours très stratégiques, ont proposé à leur adversaire idéologique une petite visite au sein d'une assemblée générale pour qu'il puisse se rendre compte de la « réalité du terrain ».

Celui-ci a accepté, mais n'a cependant pas mentionné les coûts qu'occasionnerait un tel déplacement, ni la date. Il faut dire que malgré l'âge, Maître Bonnant a ses petites habitudes bourgeoises, le contrarier dans ses attentes serait, à n'en pas douter, une mauvaise manière de le faire adhérer à leur cause.

Après avoir, gratuitement une fois de plus, rédigé un autographe sur un ouvrage d'Adam Smith, la « théorie des sentiments moraux » que l'un des Indigné-e-s avait apporté, il dut mettre fin à l'entretien. Près de deux heures se sont écoulées, le tout à l’œil !

Fort de son assurance, le trio a souhaité faire une photo en la compagnie de leur ancêtre commun, l'homo aristocratus, qui, il y a de cela quelques siècles, représentait une espèce répandue au sein de l'humanité.

Maître Bonnant, toujours heureux de pouvoir rendre service, a accepté. Il désirait simplement que cela se fasse dans son bureau onéreux afin de compromettre davantage ses adversaires. N'est-ce pas de bonne guerre ?

Les Indigné-e-s ont ensuite quitté les lieux, après les remerciements et salutations d'usage.

Une seule question persiste : Marc Bonnant rejoindra-t-il le mouvement ?

Grégoire Barbey

 

Bonnant.jpg

 

00:23 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : bonnant, avocat, indignés, politique, invraisemblable, information |  Facebook | | | |