20/03/2012

La politique des p'tits copains

 

L'élection partielle du 17 juin prochain pour le siège laissé vacant par le démissionnaire Mark Muller (PLR) nous fera au moins voir la politique genevoise sous son plus simple appareil ; et qu'il ne fait pas bon à voir !

Ils sont nombreux, les p'tits copains, à négocier des accords inter-partis pour s'assurer la conquête d'une place lors d'élections futures. Ils sortent même le grand jeu, et réclament manu militari des accords écrits pour en soutenir un, d'autres, des garanties pour un apparentement, bref, la totale.

Ce sont toujours les mêmes énergumènes, complaisants dans leur auto-satisfaction, qui jouent au poker menteur avec la population. L'électoralisme et la spirale du pouvoir plutôt que l'honnêteté envers le citoyen lambda, nous ne sommes plus surpris. À tel point qu'aujourd'hui, les relations incestueuses entre certains politiciens se font à la vue de toutes et tous. Qui donc osera remettre en doute leur comportement ? Qu'importe, d'autres p'tits copains les défendront. Genève reste, malgré sa place prépondérante au niveau international, un petit village où tous les grands pontes se connaissent, se côtoient et s'apprécient, pour autant que des intérêts soient en jeu.

De vrais Borgia, qui face au Peuple se donnent en spectacle, prêt à tirer l'épée du fourreau pour affronter l'un des leurs, et dans les coulisses déversent du poison dans les verres qu'ils serviront à boire à leurs électeurs. Mais ils oublient que dans la Grande et Valeureuse Genève, tout finit par se savoir, et que taire de telles informations n'est pas à la portée de tout le monde.

Pas grave, nous boirons un bon vin le samedi matin au Marché de Rive pour réfléchir à une stratégie nouvelle, qui permettra de berner les consciences naïves qui peuvent griffer quelques noms sur leur bulletin de vote. De toute façon, au pays de Calvin, toutes les solutions peuvent être trouvées, pour autant qu'un accord se fasse dans l'intérêt des acteurs politiques.

Quelques sourires, des poignées de main, et le tour est joué. Le jour d'après tombera un communiqué de presse haut en rebondissement, pour officialiser un accord dont le Peuple sera bien évidemment écarté, puisqu'il n'existe que lorsqu'il faut faire adouber les motions et les personnalités de ces messieurs-dames de la politique.

La politique genevoise vaut son pesant de cacahuètes en matière de spectacle. Chaque année, la R'vue nous en fait un, d'ailleurs, pour illustrer la piètre représentation qui nous est offerte trois cent soixante-cinq jours par an.

Bref, sur ce, il me faut conclure, je dois retourner à mes occupations politiques, et le Bourg-de-Four m'appelle pour y retrouver un adversaire avec lequel je trinquerai au salut des forces maçonniques qui nous offrent la décence du Pouvoir.
Ne soyez pas trop surpris, même moi j'y prends goût, à la politique des p'tits copains...

 

Grégoire Barbey

11:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : politique, copinage, copains, accords, incestueuse, relation, inter-parti, mensonge, borgia |  Facebook | | | |