09/04/2012

Pourquoi je ne modère pas les commentaires

 

Pour donner suite à l'excellent billet de Catherine Armand, et aux récentes controverses qu'ont connu mes deux derniers articles avec des commentaires inadmissibles, je tenais à expliciter ma position quant à la modération et au paradigme de la blogosphère selon lequel les propos tenus dans les commentaires sont de la responsabilité de l'auteur du blog, d'un point de vue juridique.

Mettons de suite cartes sur table : ceci est légalement invérifiable. M'étant renseigné, cette menace ne tient aucunement la route.

En ce qui me concerne, j'ai fait un choix, parmi d'autres qui m'étaient proposés : celui de ne pas modérer les commentaires. Ce faisant, ceux-ci apparaissent instantanément sur les articles où ils sont postés.

Pourquoi ai-je opté pour cette décision ?

Pour plusieurs raisons. Je ne me sens pas responsable quant à la teneur des propos énoncés sur mon blog. Il ressort, d'après moi, de la responsabilité de leurs auteurs que de ne pas écrire des insanités ou de manquer de respect à autrui. Je ne suis pas juge et n'ai en aucun cas le pouvoir de décider ce qui doit être accepté ou ne doit pas l'être. Je rechigne, sur mon propre blog, à censurer des commentaires selon des prétextes que je ne cautionne pas nécessairement. Je préfère que ceux qui publient des horreurs puissent être identifiés, cela me semble sensé. Je ne veux pas sombrer dans l'arbitraire et, comme par exemple Éric Stauffer, ne sélectionner que les commentaires qui flattent mon ego. Si aujourd'hui, sur la Tribune de Genève, tant d'individus peuvent diffamer, insulter, manquer de respect et j'en passe, en toute liberté, c'est d'abord un choix politique de la part des responsables de la plate forme du site. Ne nous leurrons pas, les méthodes employées pour éviter la profusion de commentaires répugnants sont inexistantes. Déléguer la responsabilité des propos tenus par autrui aux propriétaires des blogs est excessivement culotté, sinon inacceptable.

Ayant choisi de ne pas modérer les commentaires, j'assumerai pleinement ce choix.

Toutefois, je précise vomir toutes les atrocités qui peuvent parfois assombrir mes articles. Nonobstant cela, mon choix ne doit aucunement souffrir une quelconque partialité, sans quoi il n'aurait plus rien de cohérent. Et moi, j'aime mettre mes paroles en actes.

Dès lors, je vous prierai de comprendre et, à défaut de le partager, respecter ma décision.

Pour ce qui est du nettoyage, je laisserai cette tâche à ceux qui sont rémunérés dans ce but précis.

En somme, la responsabilité des propos tenus n'incombe qu'aux auteurs et, malheureusement pour eux, aux propriétaires de la plate-forme, non à ceux qui tiennent des blogs.

Espérons que cesseront désormais la polémique sur ce sujet.

 

Grégoire Barbey

13:08 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : commentaires, armand, modération, responsabilité, pénal, juridique, légal |  Facebook | | | |

02/04/2012

Clôturer les commentaires sur les articles de presse de la Tribune de Genève, pourquoi pas ?

 

Messieurs-dames de la Tribune de Genève, de grâce, protégez-nous de la bassesse humaine en fermant les commentaires sur les articles de presse de votre site !

Ce sont toujours les mêmes qui écument jour et nuit les informations quotidiennes pour y déposer leurs messages remplis de haine, de mépris, d'inculture, d'irrespect, d'intolérance et d'impertinence.

À quoi donc servent ces commentaires, sinon à nous donner envie de vomir une certaine portion de nos semblables qui, sous couvert d'anonymat, se permettent de déblatérer d'effroyables et sordides réponses à des sujets bien souvent à l'opposé de leurs racontars malfaisants. Ils confondent les thématiques et raccourcissent des problématiques complexes par des écrits plus pauvres encore que ceux du Président du Mouvement Citoyen Genevois en la personne d'Éric Stauffer.

C'est dire si le niveau est élevé. Non, je ne suis de loin pas un contempteur de la liberté d'expression. Mais ici, il n'est aucunement question de cela. La possibilité de déposer des commentaires est probablement intéressante, mais le site de la Tribune de Genève est malheureusement gangrené par d'étranges énergumènes qui ne nourrissent en rien les débats lancés par les articles de presse. Le fait est qu'il n'y a aucun intérêt concret à conserver ces commentaires, dont la modération laisse à désirer, sinon à vouloir démontrer qu'une certaine portion de l'humanité résidente à Genève et environs est à vomir.

J'en ai souvent discuté avec de nombreuses lectrices et de nombreux lecteurs du site. Il semble que l'opinion soit plutôt défavorable à l'égard de ces commentaires. Et cela donne une image assez négative des rédactrices et rédacteurs qui laissent fleurir de tels messages.

Personnellement, je ne les lis plus depuis déjà fort longtemps. Mais lorsque cela m'arrive, je suis inévitablement dépité par tant de bêtise.

Alors je vous le demande, pourquoi ne pas clôturer définitivement cette option qui n'apporte rien de positif à l'image de la Tribune de Genève et ne fait qu'envenimer des débats inutiles ?

Grégoire Barbey

 

P.S. : merci aux quelques 11'000 lectrices et lecteurs qui ont écumé presque 30'000 pages sur mon blog durant le mois de mars ! Je ne vous oublie pas et vous en suis fortement reconnaissant. La fidélité que vous me témoignez me va droit au cœur.

 

16:40 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : commentaires, plateforme, tribune de genève, site, bassesse, bêtise |  Facebook | | | |