04/03/2012

Aux dogmatiques de la bienpensance

 

Ils sont là, dans l'ombre, et attendent patiemment le moindre tressaillement. Ils observent, en silence, pour saisir une opportunité d'user de leur verbiage mal calibré afin de répandre leurs lapalissades. Ce sont toujours les mêmes, se pavanant d'une rhétorique égalitariste, à prêcher de grands et beaux discours sur la nécessité de respecter chaque individu, qui finalement crachent dans leur propre soupe. Leur credo est « faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ». Les belles idéologies, peaufinées et lustrées, dont ils s'accaparent pour rentrer dans l'arène font bien souvent abstraction de la réalité tangible. Ils confondent théorie et pratique, usent d'amalgames scandaleux.

La tolérance, oui, mais pour autant que vous suiviez leurs idées. Celles et ceux qui démontrent des pensées antagonistes ou divergentes seront ostracisé(e)s sans pitié ni avertissement.

 

Ils hurlent à qui veut l'entendre leur anticléricalisme et sombrent pourtant dans d'obscurs dogmatismes. Certains d'avoir en leur possession les lumières de la Raison, ils iront jusqu'à nier des faits pour imposer leurs idéaux. Bravant les frontières de l'absurde, ils se jettent corps et âme en de longues argumentations sophistiques avec pour objectif de vous prouver qu'il n'y a justement rien à prouver. Ils plaident avec insistance que leurs discours sont tout ce qu'il y a de plus corrects, et qu'il va de soi d'adorer les mêmes idoles qu'eux. Les contradictions se taillent la part du lion en de telles circonstances.

Ils s'efforcent d'être clairs tout en ignorant que seuls les cours d'eau sans profondeur sont transparents. Mais ne vous y trompez pas : leurs luttes s'arrêtent aux réseaux sociaux, et lorsqu'il s'agit de s'engager physiquement, ils contesteront l'efficacité de ce procédé. Le chat qui n'arrive pas à atteindre sa nourriture dira toujours qu'elle est mauvaise ! Sous couvert de réflexions empathiques, ils érigent des temples à la gloire de leurs certitudes. Ils refusent le dialogue à celles et ceux qui ne sont pas de leur avis, et font usage des méthodes de répression qu'ils condamnent eux-mêmes.

C'est l'Art des insignifiants. Pléthore d'idéologies respectables, néanmoins aucun respect des autres.

Rien n'arrête jamais les langues de pute, sagement assises sur leur chaise de bureau, à scander virtuellement des slogans qu'elles taisent une fois passé le seuil de leur porte.

Ne vous formalisez pas, elles sont partout, et veillent, prêtes à s'extraire de leur réceptacle pour postillonner leur démagogie.

Il faut les occuper, en leur offrant de quoi tailler leur verbe, sans relâche. À trop parler pour ne rien dire, elles finiront par se déshydrater.

Et pendant ce laps de temps, faire diversion en frappant dans la fourmilière, là où sont réunis les insectes colporteurs des plus viles maladies dogmatiques.

 

Grégoire Barbey

18:21 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : dogmatisme, liberté d'expression, intolérance, insignifiants, lapalissades |  Facebook | | | |