08/06/2012

La tolérance zéro, oui mais pas pour Éric Stauffer !

 

Chronique, 08.06.12 16h19

 

Aujourd'hui, la Tribune de Genève nous apprend que le député libéral Pierre Weiss s'est fendu d'une interpellation au Grand Conseil concernant l'un de ses collègues, Éric Stauffer, qui prend des libertés qui ne sont pas du goût de tous. En effet, ce dernier semble apprécier de se parquer devant l'Hôtel-de-Ville, ce qui n'est bien évidemment pas permis. Mais qu'importe, lui, le grand agitateur des masses, le « dard » de la République, comme il s'est lui-même qualifié jeudi 07 juin lors du débat à Forum RTS la 1ère, n'en a que faire. D'ailleurs, j'étais moi-même présent le mardi 05 juin dernier, devant la tour de la télévision RTS. Le même individu est venu dans son 4x4 et s'est garé sur le trottoir en face. Aux remarques bien avisées, il a haussé les épaules et s'est contenté de dire qu'il n'y avait de place nulle part ailleurs.

 

C'est fort de café pour celui qui prône dans son programme une tolérance zéro à l'égard des criminels. Et les incivilités, elles, faut-il qu'elle restent impunies lorsque l'on se nomme Éric Stauffer ? Je me le demande bien. Quant à savoir s'il faut ou non être d'accord avec la démarche de Pierre Weiss, je n'aborderai pas cela ici, je n'y vois guère d'intérêt. Ce qu'il faut néanmoins savoir, c'est ce non-respect des valeurs essentielles de notre Cité de la part d'un homme qui brigue un poste aussi important que celui de conseiller d'État. Au département de la Sécurité. Un comble ! Nous verrons le 17 juin ce que pensera le Peuple de sa candidature. En tout cas, la tolérance zéro du tribun MCG est à géométrie variable, comme la morale de son compère Mauro Poggia. Enfin, tout le monde le savait.

 

Grégoire Barbey

16:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : genève, politique, stauffer, parking, mcg, weiss |  Facebook | | | |

24/04/2012

Thierry Cerutti et sa rhétorique scabreuse

 

TC_Lol.PNG

Thierry Cerutti, ancien Conseiller administratif et Maire de la commune de Vernier, député au Grand Conseil, sous les couleurs du MCG, a semble-t-il quelques leçons de courtoisie et de bienséance en retard. Pour un homme de sa trempe, qui se revendique comme étant la personnalité dont les genevois ont besoin, lire ses diatribes scabreuses sur les réseaux sociaux fait peine à voir.

Son humour et sa rhétorique ne sont malheureusement pas très évolués, et lorsqu'il s'en prend à mon âge, je n'en suis que plus amusé.

« vilain garçon ! référence à ta maman lorsqu'elle t'a surpris récemment avec ta main dans ton slip devant un magasine pour adulte. »

Ces propos sont-ils dignes d'un député ?

Pour ma part, j'en doute. Mais comme aime à le dire le Président de son parti, Genève est une République bananière.

Monsieur Cerutti, les genevoises et les genevois méritent mieux que vous.

 

Grégoire Barbey

20/04/2012

Grand Conseil : qu'elle est belle notre démocratie !

 

Étant particulièrement intéressé et concerné par la chose publique, j'assiste aux séances du Grand Conseil et du Conseil Municipal dès que l'occasion se présente. Depuis la tribune réservée au public, je suis aux premières loges pour voir ce qui s'y trame. Mon préféré est indubitablement le Grand Conseil. Entre le MCG qui monopolise la parole pour faire voter des motions qui font sourire tous les rangs de la gauche et de la droite modérée, un Président en la personne de Pierre Losio qui peine à garder une unité et un respect dans les rangs des députés, et des personnes qui semblent s'être trompées de lieu, il y a toujours quelque chose de solennel, un sentiment puissant émanant de cette salle qui voit réunir près d'une centaine de personnalités dévouées à la société. Surtout lorsqu'un député du MCG ou de l'UDC prend la parole : le brouhaha semble être automatique. Le spectateur, conscient de son devoir de bon citoyen, a bien souvent de la difficulté à entendre ce qui se dit, tant les discussions sont intenses, concernant les sujets à traiter. En général, les résultats des votations à l'égard des motions proposées par les partis d'extrême droite sont sensiblement les mêmes. Plus de deux tiers de l'assemblée s'y oppose systématiquement, quand bien même le projet peut sembler pertinent voire, plus rarement cependant, intelligemment proposé, évitant les habituelles tergiversations réactionnaires de ces partis symptomatiques.

Il est également fort intéressant de garder un œil quant au nombre de députés présents. Le chiffre fluctue au cours d'une même séance, lorsque certains s'expriment, d'autres préfèrent se rendre à la cafétéria, peut-être parce que les écouter leur donne soif. Il y en a qui sont connectés sur Facebook et suivent en temps réel les publications concernant la réunion en cours, participant parfois même aux discussions ! Et quelques individus profitent de ce temps « libre » pour vaquer à leurs occupations, notamment consulter la presse du jour, ou échanger quelques vacuités sur leur quotidien avec leurs amis et alliés.

Qu'elle est belle, notre démocratie !

Hier, à la mémoire d'un ex-député radical ayant récemment quitté notre monde, était rappelé l'un de ses propos : tout bon citoyen devrait au moins une fois dans sa vie siéger pour une législature. Comme je le comprends !

 

Grégoire Barbey

09:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : grand conseil, démocratie, genève, député, mcg, udc, gauche, droite modérée |  Facebook | | | |

28/03/2012

Le mariage de l'UDC et du MCG, caricature de La Fontaine

Le mariage de l'UDC et du MCG*

Avant hier,
Éric Stauffer
Lissait ses vices,
Se mirant et s’admirant,
Tel Narcisse,
Dans l’eau flatteuse d’un étang.

Dans le reflet du miroir,
Dame Amaudruz allait chantant
En agitant sa pauvre poire
Nonchalamment.

Cupidon passait céans
Ayant fort mauvaise mine.
Poussé par une humeur chagrine,
(Une vilaine rage de dents!)
Il voulut que sa flèche aille
Transpercer à la fois le cœur
De la dame aux mille détails
Et de notre mignon vengeur.

Aussitôt à la folie ils s’aiment
Et veulent devenir amants
Réalisant dans l’instant même
Qu’ils ont chacun leur élément.

C’est bien connu le populiste
A peur des évangélistes !
Pourtant, tout de courage,
Il tourne la page,
Pour honorer sa belle élue.
Las! Ses efforts sont superflus,
Et sans avoir pu consommer,
Le poids de tous ses vices,
A tôt fait de l’entraîner
Dans les Abysses.

Dame Amaudrz, qui ne prononce
Jamais un mot de trop,
En silence le remonte
À la surface, où Éric, dans ses sabots,
Boit sa honte mais ne renonce:
Il faudra bien qu’il la monte!

C’est bien aussi dans les idées
De la belle admirée,
Qui sur la verge d’un bond se hisse;
Notre bougre veut faire l’amant
Mais sur le bleu ses assauts glissent
Infiniment;
Bientôt notre pauvre présidente
Vient à manquer d’esprit. Elle suffoque,
L’heure de la retraite sonne;
Foin d’amours loufoques!
D’un coup de rein elle rejoint
Son univers ethnique,
Laissant sur le bord son poupin
Avec sa trique!

Voici pourquoi fut aussi triste
Le mariage de l'UDC et du MCG
Tout cela à cause d’un malaimé
Qui avait peur du dentiste.

Librement adapté de la célèbre fable « le mariage de la carpe et du lapin », de Jean de La Fontaine

Grégoire Barbey

15:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Éric stauffer, céline amaudruz, mcg, udc, mariage, alliance |  Facebook | | | |

17/03/2012

Le PDC a-t-il peur de présenter un candidat à l'élection partielle du 17 juin prochain ?

 

Nous entendons beaucoup parler des Socialistes, des Libéraux-Radicaux, du Mouvement Citoyen Genevois et récemment des Vert'Libéraux concernant l'élection partielle pour un siège au Conseil d'État qui se jouera le 17 juin prochain. Mais il est un parti, pourtant très connu, qui n'a actuellement aucune présence médiatique, ou si peu qu'il serait indécent d'en tenir compte. Un parti qui, relevons-le, avait dépensé en énergie et en argent pour la campagne d'un certain prétendant au poste de Maire lors des dernières élections pour le Conseil Administratif de la Ville de Genève.

Oui, je fais allusion au Parti Démocrate Chrétien. Aucun candidat ne s'est annoncé à la candidature. Rappelons que l'assemblée générale PDC est programmée pour le 29 mars prochain. Il y aurait néanmoins fort à parier qu'ils ont des noms à proposer.

Qu'en conclure ? Que les membres du PDC se refusent à rentrer dans l'arène pour laisser toutes ses chances à Pierre Maudet, qui sera probablement désigné par son parti pour partir à la (re)conquête du Conseil d'État ?

Ou qu'ils ne se sentent pas en mesure d'aligner un prétendant sérieux pour le poste à pourvoir ?

Pour ma part, j'opterai pour la première option, la seconde étant proprement hypocrite et irréaliste, eu égard aux différentes personnalités qui font partie du PDC. Alors pourquoi diable offriraient-ils au PLR leur abstentionnisme électoral ?

Peut-être afin de protéger l'Entente, qui n'est pas au mieux de sa forme actuellement. Mais il faudrait alors qu'ils songent à devenir réalistes. Cette fameuse Entente ne justifie aucunement l'immobilisme du PDC, d'autant plus que le PLR est responsable de cette débâcle en l'occurrence, puisque le siège maintenant vide était en leur possession il y a encore peu. Leur céder le passage pour qu'ils récupèrent ce qu'ils ont (bêtement) perdu, c'est quand même un comble !

Il est également possible que Maudet lui-même ait passé un accord avec les huiles du PDC. Ce ne serait pas la première fois, ni d'ailleurs la dernière, qu'il ait recours à de tels stratagèmes pour s'assurer la victoire. Mais bon sang, le PDC courbera-t-il l'échine à chaque fois qu'un de leurs alliés brigue un poste important ? Espérons que non, surtout si cela profite à ceux qui ont potentiellement offert à la gauche une opportunité de se complaire d'une majorité de siège au Conseil d'État.

Telle une jeune pousse qui veut faire ses premiers bourgeons, mais dont un arbre imposant, de par l'ombre qu'il répand alentours, l'empêche d'accéder aux rayons du soleil, le PDC semble aujourd'hui incapable de se mettre en avant lorsqu'il faut faire concurrence au PLR, qui lui ne s'est jamais donné la peine de freiner ses ardeurs électorales.

Ont-ils peur de s'opposer aux Libéraux-Radicaux, même pour une simple campagne ?

Cela semble déraisonnable, toutefois leur attitude le laisse à penser. D'autant plus qu'il serait judicieux de jouer la carte du Centre pour réunir et certains électeurs de la gauche modérée, des indécis et de la droite déçue des frasques incessantes des traditionalistes du PLR. De surcroît si l'on tient compte de la candidature d'Éric Stauffer, qui pourrait bien séduire quelques voix dont l'indignation n'est pas prise en compte par la droite à l'heure actuelle.

Cependant, rien n'est encore joué. Le PDC a encore une dizaine de jours pour réfléchir à cette interrogation, et les listes seront rendues d'ici un mois, de quoi leur permettre d'y songer sérieusement.

Gageons qu'avec un peu de lucidité et d'égard pour leur électorat, les démocrates chrétiens sauront prendre une décision intelligente pour la pérennité de leur parti. Et qu'ils ne laisseront pas aux vieux aigris qui d'ailleurs se tapent parmi le loisir de se tailler seuls la part du lion...

 

Grégoire Barbey

 

18:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : pdc, mcg, plr, ps, élection partielle, conseil d'État, débâcle, électorat, opportunisme |  Facebook | | | |

27/02/2012

Vox populi ad Stauffer eternam : les déboires d'un incapable

 

Il serait peut-être temps de remettre les pendules à l'heure. Investiguant quelque peu sur l'animal Stauffer, je suis tombé sur une vidéo pour le moins explicite. Monsieur le président du Mouvement Citoyen Genevois profère notamment des insultes à l'encontre de quelques habitants devant la salle Municipale d'Onex. C'est intéressant, avec la récente altercation de Monsieur Stauffer et Monsieur Weiss au Grand Conseil, d'illustrer que ce comportement n'est pas un cas isolé, et qu'il pourrait même être considéré comme faisant partie inhérente de la personnalité de notre député MCG.

Qu'un représentant politique se permette de lâcher à l'encontre d'un citoyen des insultes comme « trou du cul » est inacceptable.

Il faut démontrer clairement aux électeurs et électrices le véritable visage de ce personnage, son exubérance et son mépris des valeurs qu'il dit vouloir défendre. Loin de moi l'idée de jouer les moralistes, mais en tant que citoyen, je ne puis tolérer qu'un tel individu prenne des responsabilités qui auront une influence directe sur ma vie avec une attitude aussi malhonnête et irrespectueuse.

Notez qu'à peine le conseiller d'État Mark Muller a annoncé sa démission, Éric Stauffer s'est porté candidat pour le ministère de la Sécurité. Il s'est pourtant exposé d'une manière peu favorable à son image jeudi dernier. N'a-t-il aucune conscience ?

Ses belles promesses et sa fierté ne le porteront pas au pouvoir. Il doit être remis à sa place, ses clowneries ont suffisamment durées !

D'après mes sources, je sais que certains partis de droite ne voteront jamais en sa faveur. Néanmoins, il continuera à briguer des places importantes dans l'administration politique de notre République et Canton de Genève, ainsi que plus généralement en Suisse.

Pouvons-nous, nous citoyens et citoyennes, accepter qu'un monsieur incapable de gérer ses émotions et ses pulsions puisse avoir en mains des postes clefs? J'ose espérer que non.

Lui qui parlait de République bananière jeudi au Grand Conseil peut à présent se présenter comme le président des gaffes et du manque d'égard porté à la population.

Monsieur Stauffer, je vous prie de vous verser un verre d'eau bien froide sur la tête, et de vous réveiller. Nous ne sommes pas en Russie, ici les gens doivent se respecter, et se comporter de manière à ne pas porter atteinte à l'intégrité (psychique et physique) de leurs semblables.

Il serait peut-être temps de suivre l'exemple de votre collègue Mark Muller et vous diriger vers la porte de sortie définitivement, afin de laisser gérer la politique à des personnes compétentes et intègres.

Vous promettiez le nettoyage des rues de Genève en 40 jours. Montrez le chemin à suivre, faites le premier pas !

Le Peuple vous en sera reconnaissant.

 

Grégoire Barbey

 

http://www.youtube.com/watch?v=quqcreU9HGc&feature=re...

 

419246_3465494318655_1309930747_3497971_1373550620_n.jpg

15:41 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stauffer, déboire, dérives, politique, république, bananière, populisme, mcg, weiss, plr |  Facebook | | | |

26/02/2012

Stauffer doit démissionner pour le bien du Grand Conseil et de la République

 

24 février 2012, le président du MCG Éric Stauffer s'illustre une fois de plus par son attitude indigne d'un député au sein du Grand Conseil. Que Pierre Weiss se soit mal comporté en l'accusant à tort, c'est un fait, et je ne défendrai pas son geste que je trouve tout-à-fait inadéquat. Nonobstant cette provocation gratuite, l'attitude d'Éric Stauffer est inadmissible et dénote clairement le vrai visage de l'intimé. La réaction du député est symptomatique. Le PLR Pierre Weiss lance des accusations à son encontre, et Stauffer tape du poing sur la table tout en se levant brusquement. Peu de temps après, il se saisit de son verre et en vide le contenu sur Weiss, ce qui crée instantanément une réaction hostile des membres du Grand Conseil. Non-content de son action totalement inadaptée en ces lieux, le président du MCG invite ses acolytes à le rejoindre et se dirige avec véhémence dans la direction de son adversaire, passant ses mains derrière le dos, comme pour se retenir d'une pulsion violente.

Cette description de la scène (visible sur le lien présent à la fin de cet article) permet de constater le populisme archaïque dont fait usage Éric Stauffer. Plutôt qu'essuyer avec intelligence et retenue les critiques de Pierre Weiss pour ensuite y répondre de manière civilisée, il préfère se livrer à l'expression de ses pulsions animales, découvrant sa vraie nature, celle d'un rustre incapable de se contenir ! Parce qu'il n'obtient pas ce qu'il veut, à savoir renvoyer le projet de loi du CEVA en commission, il perd les pédales. N'y a-t-il pas des problèmes plus importants que la construction de cette ligne ferroviaire ? Qui, effectivement, pourraient donner envie de se lâcher tel un taureau enragé ?

Ce comportement est à l'image de son parti, qui joue sur la peur des gens, acclamant des mesures xénophobes, comme ce récent soutien à la préférence nationale pour les travailleurs des HUG.

Pire, un communiqué de presse s'en est suivi, prenant la défense inconditionnelle du président MCG. Dans une interview donnée à la TSR, Stauffer confie qu'il n'agirait pas autrement si cela devait se reproduire. Quid d'un tel député ? Lui qui a demandé la démission de plusieurs élus dans divers secteurs, n'est-ce pas finalement quelque peu culotté de sa part ?

Et ce n'est pas tout. Sur son profil Facebook, il publie le lien de l'article parut dans Le Matin, comme par satisfaction. Je lui ai adressé un commentaire, respectueux, dans lequel je lui faisais part de mon désaccord sur son attitude, et ai également appuyé sur mon désir de le voir démissionner.

Monsieur Stauffer, en grand républicain qu'il est, amoureux des valeurs de la démocratie, a supprimé mon intervention et m'a par la même occasion bloqué l'accès à son profil.

Pour un homme qui se dit proche des citoyen-ne-s genevois-es, cette anecdote met à mal son image.

Qui sait, si je le croise, peut-être me versera-t-il le contenu de son verre sur la tête ?

En tout cas, cet énergumène n'a rien à faire au Grand Conseil, et il doit être destitué de ses fonctions.

En tant que Citoyen, je requiers sa démission.

 

Grégoire Barbey

 

http://www.youtube.com/watch?v=X_33KRtYZr8&context=C3...

 

Une image créée par un ami, la Politobox, l'alternative pour jeter les politicien-ne-s qui oublient les intérêts du Peuple !

 

423017_3464787500985_1309930747_3497459_52376075_n.jpg

22:18 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : stauffer, politique, mcg, weiss, plr, scandale, inacceptable, censeur, rustre |  Facebook | | | |