15/02/2012

Aux faux prophètes du journalisme

 

Qu'ils sont nombreux, les faux prophètes du journalisme ! « Vive la liberté de la presse », scandent-ils à qui veut bien prêter l'oreille à leurs élucubrations. Leurs lapalissades recouvrent des pages entières, que cela soit sur des blogs ou dans des journaux. Ils se prêtent volontiers une image. J'en connais un parmi tant d'autres qui prétend ne pas avoir d'amis, d'être libre et indépendant ! Eh, faut-il le croire ? Au gré du vent, il se laisse porter. Il prend la défense des opprimés, non pas de ceux qui meurent de faim ou qui agonisent dans l'injustice, mais de ceux qui récupèrent la monnaie de leur pièce, après avoir trop longtemps joué avec la confiance du Peuple. Ces mêmes personnages, lugubres, apathiques, qui se précipitent pour vanter leurs mérites et l'effort qu'ils font pour protéger les intérêts des leurs. Oui, mais encore faut-il faire partie de cette caste privilégiée.

Ces discoureurs de l'actualité qui n'ont foi qu'en la liberté érigent des temples à la gloire de ce mot, comme s'il était question d'un symbole sacro-saint. Ne blasphémez pas en leur présence, ils sont à l'affût du moindre mécréant, prêt à bondir sur leur proie tout en psalmodiant pour vous convaincre de rejoindre le cortège funèbre des hypocrites. Pas de Judas dans leurs rangs, ils sont tous à la solde d'un idéal inexprimé et pourtant palpable : l'opportunisme. Si vous osez vous opposer à leur idéologie universaliste, ils proféreront menaces, insultes, métaphores et anathèmes à votre encontre ! Certains, pas les plus futés, iront jusqu'à vous recommander d'ouvrir des cahiers pour y lire toute la propagande qu'ils veulent vous faire avaler, de préférence sans la moindre résistance. Soyez discrets, les murs ont des oreilles, et ces prêtes séculiers n'hésitent pas à se passer le mot.

Fuyez, où vous serez brutalement jeté en pâture aux lions de la cité de Calvin.

Ils n'auront aucun remord à s'essuyer les pieds sur vous, et si vous vous relevez, ils feront de vous un exemple à ne pas suivre.

Ne vous laissez pas tenter par le Diable, votre nom pourrait rapidement faire le tour des agences de presse ! Vous ne devez pas déranger ces contempteurs de la bienpensance, où vous serez sacrifié sur l'autel de la Liberté néolibérale. Ils parent leurs torchons de termes acerbes, usent de rhétoriques fallacieuses, de dialectiques éristiques et vous prouvent que deux et deux font cinq parce qu'ils l'ont voulu. Ils s'autoproclament « voix du peuple », celui-là même qu'ils méprisent en cirant les pompes des édiles engraissées sur le dos du contribuable.

Il faut les garder à l'œil, quitte à devoir les attaquer de front, car ce sont les faux prophètes du journalisme, et ils corrompront tout ce qui va à l'encontre de leurs principes. Tenez-vous le pour dit.

 

Grégoire Barbey